Des bombardements humanitaires, vite !

Posté par grosmytho le 20 juin 2013

C’est bizarre cette unanimité des éditoriaux pour bombarder la Syrie, ou du moins armer les rebelles ! BHL et Glucksmann, nos deux éditorialistes va-t-en guerre habituels, mis au chômage technique, boudent et se taisent.

C’est quand même paradoxal : les islamistes que nous combattons au Mali, il faut les soutenir en Syrie ? Ah oui – parce qu’Assad, aka le boucher de Damas, n’a pas été choisi par nous, alors que Monsieur Traoré, le Bienfaiteur du Mali, arrivé au pouvoir à la suite d’un coup d’Etat suivi de manigances internationales en Avril 2012, si.
Des bombardements humanitaires, vite ! dans Propagande hollande-et-traore-300x150
Double paradoxe : une fois de plus ce ne sont pas les politiciens qui doivent s’expliquer et tresser une rhétorique tortueuse, harcelés et poussés dans leurs derniers retranchements par la presse d’investigation. Non, c’est la presse qui leur sert d’avocat et de porte-parole ! C’est la presse qui relaie comme parole d’évangile leurs mensonges et soumet au crible du doute les quelques infos sensées qui filtrent çà et là. Rassurez-moi : ça ne peut pas être parce que la presse appartient dans notre pays aux groupes de l’armement, Lagardère, Dassault, Bouygues, Alstom ? Ni parce que les entreprises du CAC40, principaux annonceurs, préfèrent à tout prendre la guerre à l’encalminage ? Ni parce que la guerre est une promesse de gros titres par opposition à la paix ?

La guerre civile a fait 100 000 morts en Syrie. D’où vient ce chiffre, ressassé en boucle par tous les médias ? D’où vient, surtout, le fait qu’on a pour la Syrie des chiffres précis qui sont publiés jour après jour, alors qu’on n’a que des données controversées dans les pays où l’Occident promeut déjà, avec le succès qu’on sait, la démocratie ? Combien de morts dans la guerre civile en Irak ? Dans le bourbier afghan ? Dans la guerre civile en Libye ?

Poutine-le-cynique résume parfaitement la situation dans son discours au G8 : « En ce qui concerne la livraison d’armes au gouvernement Assad. Au sujet de la question de savoir qui a du sang sur les mains, et notamment le sang de civils et d’enfants, je pense que personne parmi vous ne va nier que les deux camps ont du sang sur les mains. [temps d’arrêt, cherchant les yeux de Cameron à côté de lui, qui reste coi en faisant semblant de ne pas entendre] Dans ces cas se pose toujours la question de savoir : A qui la faute ? Je ne pense pas que vous allez nier qu’on ne peut sûrement pas aider des gens qui non seulement tuent des gens, mais découpent le corps de leurs victimes pour manger leurs organes. Qui font cela en public et devant la caméra. Ce sont eux, les gens que vous voulez aider ? Ce sont eux, les gens que vous voulez armer ? Dans ce cas, ce n’est probablement pas des valeurs humanitaires que l’Europe met en avant depuis des siècles, qu’il est question ici. En tout cas nous, en Russie, nous ne pouvons pas imaginer une telle situation.

Maintenant, si on laisse de côté les émotions, et si on se concentre sur une approche purement pragmatique, je souhaite attirer votre attention sur le fait que la Russie livre des armes au gouvernement légal de la Syrie, en conformité absolue avec les normes du droit international. Nous ne faisons rien d’illégal, je veux le souligner. Rien-du-tout. Et j’appelle nos partenaires à faire de même. »
poutine Assad dans Propagande assad-300x166 censure

Cette dernière allusion a trait aux livraisons d’armes et au soutien occidental à la rébellion. Tout le monde sait que l’Occident livre déjà armes et conseillers aux insurgés par l’intermédiaire du Qatar. Mais personne ne souhaite trop s’étendre sur ce sujet puisqu’il s’agit d’actions clandestines et parfaitement illégales.

Poutine est cynique, cela n’est plus a démontrer. Mais dans le cas de la Syrie, il est aussi celui qui arrache les masques à ses collègues les super-cyniques occidentaux. Qui participent déjà depuis deux ans, sans avoir l’air d’y toucher, à la guerre civile syrienne. Qui fournissent armes, soutient matériel et informationnel, à tous les extrémistes qu’ils peuvent trouver. Et qui ont sur la conscience la moitié au moins des victimes du conflit, qui sans leur aide serait depuis longtemps terminé. Au profit du méchant Bachar, le boucher de Damas, certes.

Mais dites-moi: à qui profite le conflit actuel qui s’éternise, alors qu’Assad n’a pas l’air disposé à se laisser égorger sur un capot de 4×4 comme son ex-collègue ? Qui compose la bande organisée qui, contente de son hold-up sur le pétrole libyen, veut désormais en découdre en Syrie?

Si vous étiez préoccupé de démocratie, vous demanderiez aux Syriens, aux Irakiens et aux Afghans : « Que préférez-vous? La dictature du tyran connu de longue date, ou la sollicitude droit-de-l’hommiste des Occidentaux ? Les geôles de Saddam ou les bombardements humanitaires anglo-étasuniens ? La corruption de Karzaï ou les drones du Nobel de la Paix ? »

salopards démocratie  corrompus Libye

En termes de cynisme, on se demande qui, des dictateurs au couteau entre les dents ou des présidents démocratiquement élus la bouche en cul-de-poule, ont des leçons à prendre chez les autres.

Laisser un commentaire

 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2