Nucléaire iranien : qui ment ?

Posté par grosmytho le 4 juillet 2015

trustLe même jour deux articles publiés dans le monde, aussi parfaitement sérieux et renseignés l’un que l’autre, exposent sans passion excessive les enjeux sur le dossier du nucléaire iranien.    

L’un par Yves-Michel Riols, journaliste du Monde, qui reprend les principales données fournies, depuis une douzaine d’années de laborieuses tractations, par les membres occidentaux du groupe 5+1. Le second, par François Géré, président de l’Institut français d’analyse stratégique, beaucoup plus bref, reprend point par point les questions qui restent en suspens alors qu’un accord doit être signé dans quelques jours.

peaceful

 

Le problème est que ces deux articles se contredisent sur un point capital, essentiel, crucial ! Alors que le premier explique que la méfiance occidentale envers l’Iran, la réticence française à lever les sanctions (même en cas d’accord) et plus généralement l’âpreté des négociations est due à des manœuvres de dissimulation de l’Iran (installations cachées révélées en 2009, enrichissement militaire récent, refus de visites de l’AIEA, etc), le second nous apprend que « on s’accorde (qui ?) pour estimer que l’Iran a cessé toute activité nucléaire militaire » depuis… 2003.

Qui ment ? Qui dit la vérité ?

Ces deux articles sont inestimables car chacun résume une des deux vérités possibles (mais incompatibles) qui circulent dans le public privé d’accès au dossier. La vérité officielle, occidentale, atlantiste, qui consiste à présenter l’Iran comme un pays-voyou aux intentions maléfiques, heureusement encerclé par la « communauté internationale solidaire » et ligoté par les « sanctions économiques ». Sanctions économiques qui malheureusement souffrent un peu de la cupidité de certains pays et entreprises qui cherchent à mettre la main sur les milliards de pétrodollars iraniens qui dorment alors que le pays a besoin de tout après des décennies de blocus.iran deal

 

 

Et puis la vérité officieuse, iranienne, tiers-mondiste : les négociations ne seraient en fait rien d’autre que l’euphémisme diplomatique qui décrit un processus de paix négociée avec l’Iran, assiégé, encerclé, affamé par l’embargo décrété sur des prétextes plus ou moins fantaisistes. Une tentative par les Anglo-Américains, qui ont perdu avec la révolution iranienne (1979) le contrôle du pétrole et du gaz iraniens, de reprendre un pied victorieux sur ce pays, de l’écraser de nouveau sous des traités et des limitations de souveraineté (contrôle des installations militaires, interdiction du programme nucléaire, contrôles AIEA « renforcés »). De récupérer le fabuleux marché iranien, non seulement du pétrole et du gaz, mais aussi des infrastructures, des équipements (flotte aérienne commerciale, armes, informatique, que sais-je) qui ne manquera pas de s’ouvrir après 10 ans de guerre et 25 ans d’embargo.

Les deux cas de figure sont envisageables et cohérents, mais séparément : c’est l’un ou l’autre. Soit l’Iran a effectivement tenté, jusqu’à récemment, de berner l’Occident et de poursuivre des ambitions nucléaires, soit il a depuis 2003 accepté le principe d’une « normalisation » dont il essaie désormais d’adoucir un peu les conditions.

knock knockQui ment ? Qui cherche à nous berner ?

Les perfides dirigeants iraniens, ou nos charmants dirigeants occidentaux légitimement élus ? Aussi antipathiques que me sont les premiers avec leur bigoterie anti-féminine et leurs principes religieux d’un autre âge, mon intuition me suggère que pour cette fois ce sont eux qui disent vrai… Au bénéfice du doute bien sûr pour nos valeureux présidents démocratiques.

years of distrust

On attend les révélations à venir de Wikileaks pour trancher.

Publié dans Propagande, Psycho | Pas de Commentaire »

Mariage à Cogolin

Posté par grosmytho le 22 mai 2015

RASSUREZ-VOUS! DETENDEZ-VOUS! RESPIREZ PAR LE NEZ !

Vous avez reçu, j’espère, d’un proche catastrophé, le lien et le récit d’horreur « Mariage à Cogolin », j’espère ? Pas si grave que ça cette histoire…

Maire FN de CogolinCa me paraissait bizarre cette hystérie du « maire obligé contre son gré de marier une sans-papiers ». Moi je me suis marié avec une étrangère et je me rappelle de la paperasse nécessaire. Tout au long du processus on m’a bien répété que rien n’est possible sans avoir produit TOUS LES PAPIERS, copies certifiées, traductions notariées etc etc (je mets des capitales un peu comme les propagateurs de DEMI-VERITES ça fait tout de suite PLUS CONVAINCANT ? PAS VRAI ?).

Quelques recherches rapides sur le site de la mairie et de l’Express qui a mené une enquête fournissent un éclairage un peu différent de l’histoire. Assez rassurant j’espère pour les fans de « la France aux Français » qui se seront une fois de plus monté le bourrichon sur un pet de lapin.

Témoignage d’un proche du dossier:

mariage gris« Je connais parfaitement la personne qui en fait, est arrivée étudiante étrangère et a travaillé à temps partiel, et comme tous les étudiants étrangers, elle a payé ses taxes d’habitation et quand elle a souhaité changer de statut et on le lui a refusé. Elle est arrivée en France à 13 ans et a eu son brevet des collèges, son Bac et sa Licence. Quand un étudiant étranger arrive en France il n’a pas droit à des bourses françaises, donc il est obligé de travailler à temps partiel (comme tout le monde) par contre si jamais il redouble trois fois il est exclu du pays. C’est aussi catégorique que ça. Le problème c’est que l’administration oublie qu’on parle d’êtres humains et un humain crée des liens et une vie familiale et on se rend compte finalement que c’est ça qui est protégé par des lois. C’est de ça dont on parle, d’un maire qui fait une video sur youtube, relayée sur tous les sites patriotes et néo-nazis. Et qui s’offusque car il est obligé de respecter la loi. Il faut savoir qu’avant qu’un vice procureur ne prenne une décision et accorde l’union de deux personnes, il est informé des auditions que le couple a eu avec la police, un interrogatoire, cette femme a eu droit à 2 auditions et rien d’anormal n’a été constaté. C’est un couple NORMAL qui a voulu s’unir avec l’ACCORD ECRIT d’un vice procureur, la seule différence c’est que cette femme avait un titre de séjour expiré depuis 4 mois. Entre vous et moi il y a pire comme cas, des sans-papiers qui le sont depuis des décennies, qui travaillent au black, ne parlent pas un mot de français. Ne mettons pas tous les immigrés dans le même sac, faisons la part des choses et méfions-nous des discours qui poussent à l’amalgame et à la haine comme ceux de Mr Lansade, qu’il aille créer des emplois à Cogolin et redresser sa ville au lieu de perdre du temps à interdire des spectacles de danse orientale et des mariages. »

Publicité mensongère !

Le plus drôle -là c’est de nouveau moi qui cause- c’est qu’à force de lancer ce genre de canular sur le mode « les affreux étrangers viennent facilement et illégalement dans le pays pour tout de suite faire la loi en France », nos chers cons-patriotes risquent de répandre cette croyance dans tout l’internet et que finalement les affreux étrangers, lisant ça dans leur affreux pays natal, vont y croire et venir tenter leur chance !papiers

La France n’est pas une poubelle !

Le deuxième truc le plus drôle c’est à quel point les patriotes de la France aux Français sont faciles à convaincre que le pays (qu’ils prétendent chérir comme la prunelle de leurs yeux) est en réalité une poubelle en décomposition, où les lois sont mauvaises et jamais appliquées, où les affreux étrangers sont partout et détruisent tout en permanence. Franchement, a-t-on envie de leur dire, la France, tu l’aimes ou tu la quittes !

C’était ma minute « la connerie me rend prolixe »

Sinon ça va? Pas de mariage blanc/mixte/forcé/arrangé/illégal/gay en vue près de chez vous ?

Publié dans Non classé, Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Le vrai-faux scoop de John Oliver

Posté par grosmytho le 10 avril 2015

 

 

snowden interviewOn n’est pas toujours à la hauteur de sa réputation. On n’est pas tous les jours en forme. John Oliver, qui expose presque toujours avec talent des problèmes dont les gens devraient se préoccuper un peu plus, a raté son coup. Exprès.

 

A la vue du titre de la vidéo, je me réjouissais de son coup de maître, qui allait remettre un peu d’actualité (le public se lasse si vite des questions difficiles) sur les questions posées par Edward Snowden.

Il soulève quelques interrogations valides…: « existe-t-il un risque de divulguer des infos qui pourraient dans certaines circonstances compromettre la sécurité nationale ? » (exemple du slide ppt que des spécialistes ont pu « décaviarder » et sur lequel se trouvait une info relative à une opération illégale de la CIA au Yémen… mais bon, difficile de supposer qu’Al-Qaeda dispose de services secrets comparables à la NSA, qui collectent, analysent, déchiffrent, synthétisent, corrèlent, en temps réel, toute info qui dépasse…). Son erreur est d’en faire la question centrale de toute la problématique.

assange-zuckerbergOccultant entièrement la VRAIE question centrale : les services secrets sont-ils au-dessus de la loi, ou doivent-ils agir dans le cadre de la loi ?

Et la question subsidiaire, maintenant que nous savons qu’ils agissent effectivement à leur guise, stockent des infos qu’ils sont censés ne pas stocker, écoutent des chefs d’Etat étrangers, y compris alliés, hackent et croisent des infos hors de tout contrôle judiciaire : doit-on mettre en place un contre-pouvoir ou non ? Doivent-ils être encadrés ou non ?

 

monbeaunombriltraitriotL’un des points valides que soulève John est que le public s’en contrebat les valseuses. A un point rarement soupçonné. En dehors d’une poignée d’anarcho-gauchistes (sans doute déjà fichés, cartographiés et mis sur écoute 24/24), les vraies gens ont complètement adopté le principe de Panurge selon lequel « gouvernement totalitaire ou islamo-fascisme, j’ai choisi ». Pire : le public s’en fout, choisissez pour lui, franchement ces questions sont trop sérieuses et complexes pour l’intéresser. Un aspect bien compris par les autorités qui poussent leur avantage exactement aussi loin que le permettent la technologie et l’apathie de leurs ouailles.

Tout de suite après, John recentre la question et pose les limites du débat : Julian Assange est le diable incarné (puisque lui ne se préoccupait pas des conséquences de ses fuites), Snowden peut être éventuellement pardonné (puisqu’il fait très attention à cet aspect). Exit les agissements illégaux des autorités, la menace pour les libertés publiques, les services agissant hors de tout contrôle.

 

don't be google

John Oliver clarifie sa position : ridiculisant Snowden de son ton de censeur pas convaincu, l’interrompant à chaque phrase un peu longue avec des « non, non, non : là je crois entendre l’informaticien de service, je ne comprends rien, je ne veux rien comprendre », rappelant sans arrêt cet exemple (apparemment le seul) d’info « sensible » compromise… finissant avec sa ridicule histoire de photos de bites, il discrédite entièrement la démarche du sonneur d’alerte. Il transforme Edward en gamin turbulent qui a fait une bêtise mais peut être ramené dans le droit chemin.

whistleLe sonneur d’alerte, c’est celui qui, suivant le principe établi par les procès de Nuremberg, alerte le monde sur des agissements et des ordres illégaux venant de sa hiérarchie. Qui sort de l’argument invoqué à l’époque par les fonctionnaires nazis « je n’ai fait qu’obéir aux ordres » et invalidé par le tribunal. Snowden n’a pas « obéi aux ordres » et a révélé au monde, preuves à l’appui, ce que tout le monde soupçonnait sans preuve. C’est un héros, point. John essaie de le faire passer pour un bouffon, comme l’avaient fait à chaud ses collègues Letterman et Steward (« Snowden avait un bon job, un bon salaire, des perspectives de carrière, et maintenant voyez-le, réfugié dans la zone de transit de l’aéroport de Moscou : quel idiot ! »).

Blague subtilement reprise par John qui soulève un rideau pour nous montrer le bâtiment du KGB de l’autre côté de la place… d’allusions en humour noir, il donne à son interview un air de rencontre conspirative sur laquelle plane l’ombre du méchant Poutine. Oubliant que Snowden s’est justement réfugié en Russie pour échapper à la persécution qui s’abattrait sur lui dans son pays natal ! Qu’il bénéficie en Russie du statut de réfugié, donc libre de ses mouvements ! Qu’il ne peut pas rentrer sauf à se retrouver en prison à perpétuité ! S’il y a une ombre qui plane, ce serait plutôt celle du méchant Obama !Yes we scan

John Oliver : on ne peut pas toujours avoir raison, on ne peut pas toujours être drôle. Mais cette fois-ci, vous avez été inquiétant.

 

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Sorcellerie sur internet

Posté par grosmytho le 14 mars 2015

Signalé par Thierry Meyssan : le PS a commandé un rapport sur le complotisme en France pour amorcer la réflexion demandée par François Hollande sur la menace conspirationniste.

Pour entamer sainement une réflexion, rien de tel que d’interroger ses amis. C’est donc  à un certain Rudy Reichstadt que l’on a confié le boulot. N’est-il pas l’animateur d’un site de « chasse aux conspirationnistes » ? (l’Etat demande toujours aux chasseurs des rapports sur l’écosystème).URSS

Le rapport de 11 pages commence fort habilement par expliciter les mécanismes psychologiques qui poussent tout un chacun à chercher un sens caché aux événements, à étudier les liens de causalité possibles, à identifier des bénéficiaires et des complices éventuels. Transgression, anticonformisme, amour des énigmes, méfiance envers les élites, toutes ces motivations sont absolument légitimes, et je dirais même citoyennes ! Mais l’auteur du rapport y voit de dangereuses pathologies, qu’il met tout de suite en relation avec des exemples délirants, sans oublier d’aller sortir le poussiéreux « Protocole ». C’est la faute à la société… on est proche ici de la sortie de route. La société est pleine de psychopathes en puissance, apparemment. Mais si ç’a toujours été le cas, pourquoi devrions-nous nous alarmer ?

menace internetC’est que, nous signale l’auteur, « la montée en puissance de l’internet » a levé les barrières qui empêchent ces gens de s’exprimer dans les médias traditionnels. Encore une fois, Rudy frise le but contre son camp en affirmant, finalement, que la liberté d’expression « sans comptes à rendre à personne » serait dangereuse… Bon nous y voilà : l’internet, l’impossibilité de censurer les contenus, l’expression libre de tout et de n’importe quoi, favorise la diffusion des thèses malades et donc la « radicalisation ». En résumé, tant que les gens étaient des psychopathes isolés, on pouvait facilement les faire taire ; mais là, les pathologies en ligne deviennent collectives et donc plus dangereuses.

C’est là que le rapport perd un peu les pédales : il faut bien répertorier ces groupes « radicalisés » et « complotisés », et la liste de cette « mouvance hétéroclite » est longue. « Admirateurs d’Hugo Chávez et inconditionnels de Vladimir Poutine. Un milieu interlope que composent anciens militants de gauche ou d’extrême gauche, ex- »Indignés », souverainistes, nationaux-révolutionnaires, ultra-nationalistes, nostalgiques du IIIe Reich, militants anti-vaccination, partisans du tirage au sort, révisionnistes du 11-Septembre, antisionistes, afrocentristes, survivalistes, adeptes des « médecines alternatives », agents d’influence du régime iranien, bacharistes, intégristes catholiques ou islamistes ». Presque toute la société, finalement ! Il balance quelques noms aussi, comme par exemple celui d’Etienne Chouard. On peut ne pas être d’accord avec toutes les conclusions de l’économiste, mais Rudy est un peu léger de le balancer lui aussi dans la cellule de dégrisement complotiste où croupissent déjà Thierry Meyssan, Dieudonné, Alain Soral, etc.islamo fascisme

Enfin, il faut expliquer : quel danger représentent ces individus ? L’agitation d’idées n’est-elle pas une tradition nationale ? Base de la démocratie ? Pourquoi faut-il à tout prix combattre des idées, même éventuellement fausses ? Réponse de FH en personne dans son discours à Auschwitz : le danger fasciste ! La NSDAP est à nos portes !

Voilà donc l’image d’ensemble que devait brosser le rapport : le complotisme est en fait un antisémitisme mal déguisé. Celui-ci fourbit bien sûr (il ne sait rien fourbir d’autre) ses armes redoutables, qui ne pourront manquer de le porter à nouveau au pouvoir. On nous en menace depuis la fin de la guerre, JF Revel s’était déjà ému contre cette curieuse obsession des pouvoirs démocratiques qui toujours et partout voient, redoutent, et finalement créent, un « danger fasciste » largement fantasmé.

Le président Hollande, son parti socialiste, ont donc commandité un chasseur de complotistes proche de Caroline Fourest pour diagnostiquer ce « milieu interlope » constitué de toutes ces mouvances « hétéroclites » et le rassembler en une menace unique et catastrophique, celle du fascisme ! Suivant une tradition bien établie, ils traitent de fascistes tous ceux avec qui ils ne sont pas d’accord.

L’Etat en personne fait du complotisme ! L’idée que véhicule le rapport est que toute personne qui refuse de croire la version officielle sur un événement est classé conspirationniste (ou « révisionniste en temps réel » : jolie formule). Quiconque traite de menteur un dépositaire de l’autorité est automatiquement démasqué comme un dangereux paranoïaque. Wikileaks, Swissleaks, les armes de destruction massive, les viols de Kadhafi, l’aventure ukrainienne, ne démontrent rien : nos dirigeants sont toujours sincères, jamais il ne leur viendrait à l’idée de nous berner, tout soupçon est insultant à l‘encontre de personnes qui nous ont si systématiquement démontré leur absolue, universelle et permanente bonne foi.les bobards volent en escadrille

François Hollande en personne fait du révisionnisme ! A propos des camps de concentration, il dit «prendre conscience que les thèses complotistes prennent leur diffusion par internet et les réseaux sociaux. Or nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination». En gros, la Shoah n’aurait pas pu se produire si on avait censuré internet à temps… 

Cette lutte idéologique est finalement bien plus simple qu’elle n’en a l’air. Un grand classique : la religion établie cherche, par des procès en sorcellerie, à se débarrasser de ses concurrents.

A quand la Sainte inquisition numérique ?  

Publié dans Fiches de lecture, Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Plantu se plante, Haski sait p’Haski dit!

Posté par grosmytho le 20 février 2015

Hilarante controverse entre Plantu et Haski. L’un semble se Plantu à skis, tandis que l’autre ne récolte p-Haski l’a planté !

merkel sous écouteJe résume pour ceux qui n’ont pas suivi : acte 1, l’ami Plantu se plante en direct dans une interview à la gazette israélienne Haaretz (attention lien payant), où il compare tout bonnement internet à l’armée allemande qui occupait la France (et d’autres pays j’imagine) et les gens-connectés-à-la-toile-mais-pas-d’accord-avec-lui à des nazis. Bref le genre de comparaison bancale à souhait. Un genre de point Godwin auto-décerné, phénomène fréquent chez les artistes du raccourci qui comparent par commodité à Hitler tout ce qui leur déplaît. snowden-nsa-2013

Plantage de Plantu immédiatement relevé par le grand manitou Haski, qui lui tombe dessus H-à bras-raccour-ski ! Acte 2, dans sa précipitation pour bien faire, l’ami Pierre se prend lui aussi un peu les pieds dans le tapis. Ce n’est pas internet qui occupe la France, nous informe le chef du « premier média internet de France », puisque les hordes terroristes nous terrorisaient déjà avant l’apparition de ce média, cf Salman Rushdie et la fatwa iranienne. Occupation oui, donc, mais pas à cause d’internet.

Gros Mytho arrive sur ces entrefaites pour renvoyer dos à dos nos deux comparateurs.

stop spyingN’en déplaise à Pierre, on peut bien parler d’occupation numérique de la France aujourd’hui, alors qu’on apprend, avec des détails chaque jour plus ahurissants, à quel point, avec quel systématisme, nos amis d’outre-Atlantique ont pris le contrôle total, absolu, monopolistique, de notre environnement numérique. Si c’est pas de l’occupation (de territoire numérique), ça, je ne sais pas ce que c’est. D’ailleurs, preuve de leur pouvoir d’occupation, Google, Facebook et consorts se moquent ouvertement du fisc français qui aboie bien timidement dans leur direction…

N’en déplaise à Plantu, même si les « islamistes » (aidés de quels mystérieux commanditaires ?) parviennent parfois à nous frapper, et douloureusement, comme en janvier, on ne peut pas sans quelque mauvaise foi comparer cela à une occupation. EA moins d’accréditer la thèse du « Grand remplacement » de Renaud Camus et d’Eric Zemmour. En fait d’occupation, il faudrait plutôt parler des guerres que nous menons (avec nos alliés) mondialement contre des ennemis assez vaguement identifiés (si vaguement qu’il s’agit le plus souvent de personnes neutres à, voire amies de, notre « cause »). Notre cause entre guillemets, tant elle est mal définie…  Caricature_Algerie

La propagande perd-elle de son efficacité lorsqu’elle recourt à des contre-vérités trop flagrantes ? Ou alors « plus c’est gros, plus ça passe » ? Les deux écoles n’ont pas fini de s’affronter. Le seul bénéficiaire de cet affrontement est le complexe militaro-industriel.

« Ils nomment zèle leur propension vers la malignité et violence ; ce n’est pas la cause qui les échauffe, c’est leur intérêt ; ils attisent la guerre non parce qu’elle est juste, mais parce que c’est la guerre. » (Montaigne, Essais)

 

NSA

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Charlie tu nous manques déjà…

Posté par grosmytho le 8 janvier 2015

C’est affreux cette histoire. GM comme presque tout le monde en France pleure l’assassinat de quelques-uns des esprits les plus brillants et les plus courageux du pays. Des plus nécessaires aussi, parce que franchement on se demande bien qui va les remplacer.

charbUne petite controverse nous avait opposé à Charlie à l’époque. Vous vous rappelez l’affaire Dieudonné-Valls. Valls voulait « faire taire » Dieudo « par tous les moyens ». Et Charlie-la-liberté-d’expression avait pris contre toute attente le parti de Valls-la-dérive-sécuritaire… GM n’avait pas pu s’empêcher de prendre son clavier et d’envoyer un petit mot à Charlie pour s’étonner de ce paradoxe. Charb avait répondu très fermement que non, certaines opinions mortifères doivent être exclues du débat public. Plus curieusement encore, il affirmait que Dieudonné l’antisémite devait lui aussi (en sa qualité d’antisémite) être interdit d’accès aux médias …

Question éternelle : si l’on doit exclure untel ou unautretel du débat parce que ses idées sont mauvaises, où place-t-on la limite ? Qui d’autre doit-on exclure ? Comment sait-on qu’untel-aux-idées-nauséabondes ne va pas aujourd’hui faire amende honorable et se rallier à celles que vous représentez ? La seule réponse possible est donc que toutes les opinions, toutes les expressions, tous les avis doivent être permis. Il faut séparer les actes des paroles. L’appel au meurtre (pour prendre un cas extrême) n’est pas un meurtre. Les délires de Zemmour, les fantasmes de Houellebecq, les blagues de Dieudonné ne sont pas des meurtres. Ils ne sont ni coupables, ni complices, ni inspirateurs de qui ou de quoi que ce soit. Ils font leur job d’humoristes et de romanciers.charb dernier dessin

On avait échangé quelques mails fort polis mais sans réussir à se mettre d’accord. La position de GM était et reste que ce ne sont pas les idées mais les actes qui tuent. Ceux qui ont tué Charb et Charlie Hebdo, ce n’est pas Dieudo, ce ne sont pas les antisémites, pas plus que les islamistes radicaux. Ceux qui ont tué, ceux qui ont du sang sur les mains, ce sont les deux (ou trois?) tueurs et leurs commanditaires, quels qu’ils soient.

Qui sont les commanditaires ?  Le professionnalisme des exécutants suggère des commanditaires professionnels et dotés de moyens importants. Et sans doute d’une stratégie de brouillage des pistes. Entre la carte d’identité oubliée dans la voiture, le terroriste qui se rend à la police mais qui finalement n’en est pas un, les tireurs cernés dans l’est de Paris puis en cavale en Picardie… pas facile d’affirmer quoi que ce soit pour l’instant.

A qui profite le crime ? Aux ennemis de Charlie. Des ennemis, malheureusement, Charlie en avait beaucoup.

Et pas que des islamistes…antimilitariste

Publié dans Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Le Super-U du XXè siècle

Posté par grosmytho le 20 décembre 2014

Revenu du SuperU (enfin c’était il y a quelques jours) avec deux bonnes nouvelles qui réchauffent le cœur. C’était mieux avant, certes, mais ce mieux et cet avant repointeraient-ils timidement leurs nez bien amochés ? Je ne m’y attendais pas, mais force est de constater.

Ma montre pas chère, made in China, précise, avec alarme et éclairage, au bracelet caoutchouc curieusement solide (normalement c’est ce qui cède en premier) et au cadran d’une résistance aux rayures étonnante, m’avait tout de même lâché : pas trop grave, c’est l’un de ces petits tuyaux métalliques à ressort qui fixent le bracelet, voyez ? Frappé par une branche que je coupais, il a cédé. Tordu, il ne se remet pas en place. A la caisse de SuperU, la dame m’informe, désolée, que « Non, les bracelets, on ne fait plus… » Mais aussi que « attendez, il m’en reste quelques-uns, de quand on faisait encore, je vais voir si j’ai la bonne taille ». Et de sortir la boîte, et de trifouiller, sans mentir, dix minutes, pour en essayer plusieurs et trouver le bon.montre

La dame n’est plus toute jeune : elle est plus vingtième siècle que vingt-et-unième, voyez ? Elle a le temps, elle le prend, elle cherche à rendre service, transposant un peu de son savoir-vivre civil sur son lieu de travail (ça se faisait au vingtième siècle : prendre un café, discuter un peu, offrir un café, même, que personne ne payait  grâce à la carte personnel du magasin, pas comptabilisée). Au vingt-et-unième siècle, pour chaque centime, c’est l’abus de biens sociaux. Une minute passée avec un client qui n’achète rien, techniquement c’est du vol, du détournement de fonds (temps=argent), du bénévolat non autorisé par la hiérarchie. Alors pensez, dix ! Faute professionnelle, de quoi l’envoyer chez Paul Emploi sans préavis). Bref. Elle me trouve le bitoniau de la bonne taille mais n’arrive pas à l’enfiler.

 

Au bout d’un moment, le XXIème siècle planant, menaçant comme un drone, au-dessus de sa tête, elle me dit : « C’est la bonne taille, je vous le donne, si vous avez la patience, vous pourrez l’installer vous-même ? » et d’aller chercher un bout de scotch (pas facturé, çui-là non plus) pour le fixer au fond de ma montre. Je remercie bien bas, je m’éloigne sourire aux lèvres. Et à la maison, en deux minutes, je l’installe. Réparation gratuite ? Sur le temps de travail de la préposée à l’info ? Je sais, je sais, au vingtième siècle, ça ne surprenait personne. Au vingt-et-unième, c’est carrément de la science-fiction.

Ah oui je disais deux surprises : la seconde c’est au rayon « boîtes de thon ». Je suis fan des boîtes de thon, que je trouve assez réussies esthétiquement, et puis j’en aime la contenance (104 g, juste bien pour un, mais ça peut faire en salade pour deux aussi, voire plus), le goût (j’aime mieux les « à l’huile » que les « au naturel » ; l’huile d’olive a ma préférence, je me dis que poisson + huile d’olive… c’est pratiquement le menu crétois pour 2 Euros – manque la bouteille de vin rouge, quand même). Bref : tout à mon exercice de recherche de la boîte idoine (toutes choses égales par ailleurs, je préfère les « miettes » qui font plus « déchets, si tu prends pas on les jette », que « thon entier » qui m’inspire l’impression « ah bordel aujourd’hui il a fallu en jeter cinq avant d’en avoir un bon »), mais curieusement il arrive (et c’est pas rare) que les miettes soient plus chères au kilo que les entiers… mystère. Est-ce parce que l’huile d’olive est recyclée à base d’hydrocarbures usagées pour les entiers, et première pression, effectuée par une vierge effarouchée, à froid pour les miettes ? Dans ces cas-là, je ne vous dis pas le cas de conscience… mais là, ce jour-là, celui de la bonne nouvelle, mes yeux tombèrent sur une mention qui me remplit d’allégresse (avant que mon allégresse ne se contamine d’une petite dose fielleuse de doute cynique, et vous savez comme moi qu’une goutte de fiel suffit à contaminer toute une barrique d’eau de source…). Bref : la mention dit « pêché à la canne ».

miettes de thonOui, vous m’avez bien entendu. Du vingt-et-unième siècle, celui où l’on arrache, au filet raclant le fond, tout ce qu’un coin d’océan contient de bouffable, avant de faire le tri sur le pont et de rebalancer 90% à la mer, pour garder qui les thons, qui les ailerons de requin et qui les morues, on repasse carrément au XIXème, celui où l’on partait en mer avec des cannes à pêche et des appâts, pour tirer de la flotte des poissons carnivores (thons, espadons, que sais-je, je crois que la morue aussi, à l’époque, se pêchait comme ça). Eh bien si j’en crois l’étiquette de SuperU, cette époque revient, et (ce qui me fait quand même douter un peu) ce n’est même pas plus cher que le thon « normal », celui qu’on sélectionne au milieu de tonnes et de tonnes de poissons comestibles mais rejetés morts parce que, ici et maintenant, c’est du thon qu’on pêche (quotas, etc).

 

Peut-être qu’un jour on renoncera même à l’heure d’hiver (héritage débile et contre-productif d’une période où, le pétrole renchérissant spectaculairement, il fallait bien annoncer quelque mesure elle aussi spectaculaire) ?

Je suis un optimiste prudent (donc caché).

Publié dans Eco, Emploi, Socio | Pas de Commentaire »

Le Poing sur la Chine

Posté par grosmytho le 7 décembre 2014

Je cherchais à retrouver ce graphique ! Bordel où l’avais-je vu ce graphique dont l’entrefilet explicatif expliquait exactement le contraire ! Celui où j’ai dû me frotter les yeux, incrédule, prendre ma calculette, me refrotter les yeux, et me rendre à l’évidence : ils nous mentent, ils nous mentent sans rougir ! Ils disent le contraire de la vérité, comme ça, avec naturel, comme si ça allait de soi ! Bref la pièce à conviction qui illustrait mes préventions contre la presse mainstream bien d’chez nous…

Bouleversant mes cartons où s’entassent papelards qui pourraient servir et vieux journaux, magazines poussiéreux et gazettes mangées aux mites, j’aboyai à Amandine de fouiller une fois de plus les internets à la recherche de quelque chose d’approchant.

Eh ben figurez-vous, ça n’arrive que dans les blogs, ces histoires-là, on a trouvé en même temps ! Poussant un rugissement victorieux en brandissant la coupure toute jaunie, j’entendais Amandine dans le salon qui glapissait d’excitation !

Bon, moi d’abord : observez ce graphique, intitulé l’Empire du Milieu lâche un peu de lest. Vous voyez comme moi que, de 8,25 yuans pour 1 dollar à 6,80 yuans, la monnaie chinoise s’est fortement appréciée vis-à-vis du dollar américain : de 21% exactement en 5 ans. Par rapport à l’Euro, c’est moins net puisque celui-ci aussi se renforçait sur cette période par rapport à la monnaie étasunienne.

Lisez maintenant l’explication, le « déchiffrage », puisque c’est ainsi que s’appelle la rubrique du cahier « économie » du Point de la semaine du 1Le Point 1jul2010er juillet 2010 : à en croire les économistes-déchiffreurs, le yuan n’aurait au contraire « cessé de se dévaloriser par rapport au dollar » ! Ce qui agace les Occidentaux, bla-bla-bla. Admirez un peu le tour de passe-passe ! Ce qui agace les Occidentaux, en réalité, c’est que la Chine ne saborde pas son économie en réévaluant d’un coup, brutalement, sa monnaie. Qu’elle choisisse de la réévaluer progressivement, pour accompagner en douceur le mouvement de modernisation de son industrie, voilà qui a le don d’ « agacer » voire même d’exaspérer les « Occidentaux » (en fait les Etats-Unis, qui souhaiteraient voir augmenter fortement le prix des babioles qu’ils importent à crédit par containers entiers et qu’ils n’ont de toute manière aucune intention de payer).

Amandine avait trouvé aussi ! Mais pas la même chose : Le Point aussi, la Chine aussi, mais dans un tout autre contexte. Le Point était condamné pour racisme antichinois suite à un article caricatural sur les pratiques des immigrants chinois en France. « L’humour n’est pas passé » aurait déclaré le rédac’-chef. Un argument recevable lorsque c’est un humoriste comme Zemmour ou Dieudonné qui se fait épingler ; un peu facile pour un « newsmagazine » hebdomadaire qui se veut sérieux.

Le point veut-il faire le point sur l’actualité ou entretenir les préjugés d’un autre âge? A quand une réédition des caricatures antichinoises de l’époque des guerres de l’opium?

chine G8

 

 

Publié dans Eco, Propagande | Pas de Commentaire »

Un centenaire bien mal en point…

Posté par grosmytho le 22 octobre 2014

impotsLes commémorations ont du bon : elles permettent de mettre le nez sur des choses auxquelles on ne fait pas attention normalement. En 2014, on commémore les 100 ans de la Grande guerre… et aussi de l’impôt sur le revenu !

Ce n’est pas anodin, de mettre    en place un truc pareil. Imaginez un peu : jusque-là, votre salaire était à vous. Pas épais, sans seuil minimal, mais au moins vous pouviez le boire en bonne conscience. Le produit de votre travail, la France était encore largement agricole, était maigre, peut-être, mais il était à vous. C’était pour ça qu’on avait fait 1789 : le droit de propriété, la fin des privilèges, l’abolition de la taille et de la gabelle. Dans la France des 200 familles, aux inégalités plus fortes qu’aujourd’hui, il y avait un impôt sur le patrimoine (la fameuse taxe sur les portes et les fenêtres). Mais le revenu était sacré ! La sueur de votre front ! En donner la moitié à l’Etat ? Pas fou, non ? Il aura fallu les Boches, les fleurs au fusil, l’ivresse patriotique pour instaurer ça.

Apparemment l’Etat y avait déjà un peu réfléchi. Lorsque les Allemands sont arrivés, la défense des frontières, pas prête, a été enfoncée, mais l’impôt sur le revenu, lui, il est sorti flambant neuf des cartons. Fin prêt à l’emploi !

augmentation des impôtsEt aujourd’hui, comment se porte-t-il, l’ancêtre ? Disons que ça ne va pas bien fort, mais il n’a pas l’air de vouloir casser sa pipe de sitôt. D’une part, tout le monde a admis qu’il est nécessaire et normal de verser à l’Etat une partie de son revenu, pour payer les routes et les écoles (de moins en moins) et rembourser la dette (de plus en plus).

D’autre part, l’IRPP (Impôt sur le revenu des personnes physiques), enjeu de toutes les batailles politiques, n’a cessé depuis cent ans de se complexifier. Tous les intérêts corporatistes, toutes les politiques natalistes, toutes les péripéties régionales ou sociétales ont laissé leur empreinte, sous la forme d’une loi ou au moins d’un décret d’application, dans le Code des impôts. D’une exonération, d’un abattement, d’un plafond, d’une déduction, d’une réintégration, d’une majoration différée, d’une décote, enfin bref d’une des centaines de petites conduites dérivées qui font la magnifique usine à gaz que nous connaissons aujourd’hui. L’Impôt sur le revenu est l’encyclopédie des revendications et des batailles catégorielles de ces cent dernières années.

impôts-hollandeProgressif dans son esprit, dégressif dans la réalité, vous lirez Piketty pour plus de détails. Progressiste dans ses intentions (l’impôt se veut redistributif), réactionnaire dans son essence (l’ « inquisition fiscale » qui frappe les classes moyennes). Je ne vous livre qu’un chiffre, celui qui m’a abasourdi. Excédé par tous les arguments de tous les tenants du moins d’impôt, fatigué par les jérémiades des tenants du « mieux d’impôt », je me suis procuré le chiffre de tous les revenus en France (salaires, dividendes, retraites etc) que j’ai divisé par la somme que l’impôt sur le revenu rapportait aux caisses de l’Etat. Tenez-vous bien, ça secoue : le taux moyen d’imposition, en France, toutes catégories de revenu confondues, est d’environ 4%.

déclarationComparez ça à ce que vous payez, et posez-vous les questions qui se bousculent forcément. Mais surtout imaginez : si l’on payait tous, chacun, qu’il pleuve ou qu’il vente, qu’on aime ça ou pas, 10% de ce que l’on gagne. Milliardaires, pauvres, sans distinction de race, de couleur de cheveux ou de quotient intellectuel. Raisonnable, non ? Et surtout, le produit de l’IRPP serait multiplié par 2,5. Elle serait pas belle, la vie ? 

Plus de casse-tête des déclarations ! Plus de jalousies de classe ! Plus d’accusations d’assistanat ! Et, cerise sur le gâteau: le budget de l’Etat, rééquilibré, recevrait les louanges mérités de Bruxelles…

Publié dans Eco, Emploi, Socio | Pas de Commentaire »

#Not in my name

Posté par grosmytho le 28 septembre 2014

Des fois je me demande jusqu’où dans l’absurde va se prolonger la glissade de l’inversion des valeurs… verra-t-on la courbe des valeurs se réinverser dans l’autre sens jusqu’à redevenir normale ?

Al#Not in my name dans Propagande la-grosse-manip-300x144ors que les fanatiques de l’EI égorgent un leur troisième victime en quelques jours, l’opinion occidentale semble devenir folle, décapitée elle aussi, on la voit courir comme un poulet sans tête et se heurter à tous les obstacles conceptuels.

Voilà qu’on demande aux musulmans de s’afficher avec le hashtag #Not in my name. Paradoxe bien taclé et souligné par Rue89, qui est pour une fois tout seul contre le flot de louanges et de la bien-pensance du reste de la presse mainstream. A quel niveau de racisme décomplexé sommes-nous tombés s’il faut désormais que les musulmans se désolidarisent publiquement de criminels décapiteurs ? Pas étonnant que Sarko se frotte les mains et parle de revenir ! Quels remugles agitent l’inconscient collectif s’il met dans un même sac l’épicier arabe du coin, l’étudiant algérien dans le bus, et les guerriers de l’EI ? Quelle crise de nerfs traverse le pays s’il croit que toute une partie de la population se réjouit secrètement de crimes qui révulsent la not in my namemajorité ? La dictature de l’opinion en est-elle déjà à exiger l’autocritique des musulmans de France ? Et que fera-t-on à ceux qui ne se prêtent pas à cette mascarade ?

Notre société est-elle si proche de l’explosion ? De la guerre civile ? Faut-il acheter des armes et stocker des vivres ? Ah non, vous voyez bien : les musulmans sortent dans la rue pour protester : ils sont, eux aussi, contre les décapitations. On respire ! Quel soulagement !

Mais… qu’est-ce qui fait qu’on ne respire tout de même pas si bien que ça ? Qu’est-ce qui reste quand même un tout petit peu oppressant ? Ne manque-t-il pas quelque chose à notre bonheur ?

not-in-my-name-what-300x170 drone dans SocioAh j’y suis. Les chrétiens. Quand verra-t-on apparaître des hastags contre les bombardements que nous déversons une fois de plus sur un pays musulman ? Quand verra-t-on les chrétiens de ce pays se réunir et protester, #Not in my name, contre l’usage belliqueux qui est fait de nos impôts ? Contre l’ingérence occidentale qui s’abat sans cesse sur ces pays et les maintient dans une guerre permanente, génératrice de terrorisme ? Irak, Libye, Syrie, mais aussi Afghanistan, Pakistan, Yémen…

slogan-incompris-300x200 guerreParce que bon, barbarie, horreur, abomination… je veux bien. Décapiter des gens, c’est pas sympa. Mais enfin, il s’agit de trois personnes décapitées par une poignée de fanatiques. En gros, trois faits divers. A mettre en perspective, peut-être, un tout petit peu, avec bientôt quinze ans de bombardements quotidiens dans ces pays. Une destruction méthodique, coûteuse, soignée, méticuleuse, pleine de sang-froid et d’ingéniosité scientifique, de tout, infrastructures, fierté nationale, liens amicaux et familiaux, absolument tout ce qui pourrait servir de terreau à un progrès quelconque dans ces sociétés. Que leur a-t-on laissé, en dehors du désespoir ? Que leur reste-t-il, sinon la haine enivrée de religion ? Derrière les discours larmoyants et les considérations sentimentales de nos grands prédicateurs, on ne cesse d’attiser des guerres civiles dans ces pays. Le survol constant des drones, le financement des milices extrémistes, et à l’occasion une petite opération de bombardement humanitaire. Prend-on seulement le temps d’imaginer quel doit être le ressenti sur place ? Et après on fait semblant de s’étonner que les guérilleros qui y prolifèrent soient de plus en plus méchants ? On proteste, la main sur le cœur, après avoir armé et financé ces mouvements ! On pousse de petits cris d’horreur et de dégoût comme si on n’y était pour rien !

iraq-demo-2003-300x187 LibyeAh oui le monde était terrible avec Saddam ! Kadhafi, quel salopard ! Oh et puis Assad, quel affreux jojo ! Mais depuis qu’on les a renversés, depuis qu’on a bombardé les villes et détruit les routes et les ponts, les gares, les ports, depuis qu’on a financé par l’intermédiaire du Qatar et de l’Arabie saoudite des mouvements islamistes, ces pays ont-ils fait beaucoup de progrès vers la démocratie ? Se sont-ils rapprochés de notre mode de vie et de nos valeurs ? Non ? Comme c’est surprenant…

Alors comme d’habitude on nous dit : la recette qui a tout envenimé va tout résoudre cette fois, suffit d’augmenter les doses ! S’ils deviennent fous dans ces pays, c’est parce qu’on ne les a pas suffisamment bombardés. CQFD.

#Not in my name

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

12345...9
 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2