Le Royaume Désuni

Posté par grosmytho le 20 septembre 2014

Resultat-EcosseLes Ecossais se sont prononcés : à 55% c’est non.

Dommage, serait-on tenté de penser. Le divorce semblait naturel entre l’Ecosse social-démocrate, scandinave de cœur, opposée aux guerres coloniales et assoiffée de protection sociale, et l’Angleterre à la mentalité anti-pauvres, sa financiarisation à outrance et sa volonté de participer à toutes les petites guerres victorieuses de l’allié Etasunien.

Avec une unanimité suspecte, tout ce que le monde compte de chefs, de dignitaires et de dirigeants s’était prononcé contre l’indépendance écossaise. Obama promettait des catastrophes, minaudait que l’Ecosse indépendante risquait de ne pas être accueillie au sein de l’Otan. Les poupées gigognes de l’UE avaient prévenu que l’Ecosse, en tant que pays neuf, serait jetée hors de l’Union et devrait suivre la procédure longue et humiliante réservée aux pays candidats… avec la quasi-certitude d’un veto de l’Espagne, du Royaume-Uni, de la Belgique.  David Cameron avait pour sa part prononcé des discours aussi insipides que larmoyants, alternant menaces et promesses pour essayer de faire changer d’avis ces irascibles voisiEu for indepns du Nord. Evidemment, avec tout ce beau monde engagé vent debout contre l’indépendance de l’Ecosse, il fallait s’attendre à des manœuvres peu reluisantes. CIA, NSA, MI5, d’autres encore, devaient être sur les dents pour discréditer les dirigeants indépendantistes, tenter de brouiller le message régionaliste, jeter le doute et le discrédit sur l’avenir de la Calédonie…

Immédiatement après l’annonce des résultats, j’ai demandé à Amandine de fouiller les internets à la recherche de nouvelles de manifs monstres, de soupçons de trucage des votes, etc. Il y a bien ici et là des vidéos youtube montrant des urnes bourrées et des surveillances relâchées ; mais c’est facile à mettre en scène ailleurs et ne constitue pas vraiment une preuve. J’avais rencontré (à Pékin !) des indépendantistes convaincus, et ils étaient enthousiastes et sûrs de gagner. Croyez-moi, s’il y avait le moindre soupçon de fraude, ceux-là seraient aujourd’hui sur les barricades, en train d’incendier des bus et de lancer des tomates sur la BBC. Mais non : il faut se rendre à l’évidence, les Ecossais sont sont désappointés, mais convaincus du résultat. C’est la gueule de bois et non l’indignation qui règne…

Que s’est-il passé?    yes

Pour moi c’est clair : les indépendantistes ont péché par manque de professionnalisme.

Et pourtant ce n’était pas évident de faire pire, dans la surenchère grotesque, que la campagne « Better Together ». Le mépris affiché de Cameron pour un référendum qu’il croyait gagné d’avance, puis ses promesses fébriles de dernière minute lorsque les sondages indiquaient que le Oui pouvait l’emporter, ont pu faire vomir l’Ecossais le plus loyaliste.

Mais ils ont pourtant réussi. independenceAlex Salmond (le chef du parti indépendantiste) est parvenu à dérouter son électorat en ne préparant aucune réponse à la question que tout le monde se posait : quelle monnaie pour l’Ecosse indépendante ?    

Lorsqu’on lui posait LA question, celle qui inquiétait tous les Ecossais, qu’ils soient pour ou contre, il répondait par des affirmations vagues et trahissait son manque de préparation. « On continuera d’utiliser la Livre anglaise, et advienne que pourra » qu’il avait balancé ! Cela alors que Londres clamait haut et fort qu’il n’en était pas question, que la banque centrale d’Angleterre s’y opposerait, etc. Alors que l’UE affirmait haut et fort que l’Ecosse devrait se passer de l’Euro ! Sur une question aussi capitale pour l’électorat, il était criminel de ne pas présenter un scénario, un schéma, un truc qui tienne debout. D’ailleurs l’analyse des intentions de vote le montre: ont voté massivement pour le Oui, les jeunes sans le sou, les étudiants, toutes ces racailles d’assistés au compte perpétuellement dans le rouge. Alors que les retraités, eux, ont eu un sursaut de dernière minute: qui va payer les retraites ? Et avec quoi ?

catalans

On nous dit maintenant que l’exemple écossais va donner des idées à la Catalogne ou à la Bavière ? Permettez-moi d’en douter : une bonne équipe de foot, un bon potentiel touristique et un accent régional ne suffisent pas à nourrir le combat pour l’indépendance. L’exemple écossais le montre : il faut beaucoup, beaucoup plus que ça pour faire une nation. Rendez-vous le 9 novembre à Barcelone !

Publié dans Eco, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Les amis vs la famille

Posté par grosmytho le 2 septembre 2014

« On choisit ses amis, on ne choisit pas sa famille » – oui, enfin ça c’est le cas général : lorsqu’on se marie, lorsqu’on décide d’avoir des enfants, lorsqu’on divorce, on remodèle bien quand même sa famille suivant ses choix. A contrario, quand on est ami avec le parrain de la mafia, on n’a pas toujours le choix, il faut rester pote avec lui… ou aller nourrir les poissons.

Au niveau des Etats, c’est presque pareil. Je vous parlais récemment des choix déchirants à venir entre amis (d’outre-Atlantique) et famille (Russie) pour la France et l’UE. On y est.

Nos amis étasuniens qui n’ont pas d’intérêt économique en Russie (0,5% de leurs échanges) poussent l’Europe à plus de sanctions. Obéissante, l’UE obtempère. Mais à chaque tour de vis supplémentaire, cent articles se demandent plaintivement : « La Russie risque-t-elle de riposter ? Et si elle décrétait un embargo sur nos pommes, nos radis et nos choux ? Aïe, aïe, aïe ».mistral en travers

Nos amis russes, qui n’ont pas tellement la fibre de l’économie, sont moins naïfs que nous en termes de géopolitique. La presse chez eux s’étonne ouvertement de cette mitraille gros calibre que l’Europe semble décidée à s’envoyer dans le pied. Alors que leur pays, pressentant un coup de tabac, prend méthodiquement le rythme d’une économie de guerre froide. OK, certaines marchandises vont faire défaut, certains produits de luxe seront plus chers…   Faire ceinture ? Ils n’ont pas encore complètement perdu l’habitude.

Et ils ont aussi du répondant. Sans parler des mesures extrêmes, comme couper le gaz, il y a les petites mesures vexatoires. L’espace aérien russe nous sépare de nos marchés d’avenir, en Asie, pourrait se fermer. Les négociations laborieuses avec l’Iran ou la Syrie, ou la Corée du Nord, pourraient s’arrêter. Et puis la Russie, c’est quand même un gros débouché pour l’Europe (8,2% des échanges extérieurs de l’UE) et dans certains secteurs, comme l’agroalimentaire ou le tourisme, ça peut faire mal. Ou dans celui du spatial, où l’Euro-GPS vient de subir un sale revers à cause des Russes (l’ont-ils fait exprès ?).

Mais il y a pire.russia-wants-war-look-how-close-they-put-their-country-to-our-military-bases

Il y a les Mistral. Oubliez les indignations vertueuses de nos pucelles effarouchées « on ne peut pas livrer des armes à un pays en guerre ! ». Pipeau. D’abord, on le fait tout le temps. Deuxièmement, les armes (surtout les Mistral) sont en service pendant des décennies, qui peut garantir la paix sur une aussi longue période ?

Oubliez aussi les exposés pseudo-cartésiens de nos économistes diplômés : 3000 emplois, 1,6 milliard d’Euros, emplois induits, etc etc. Pipeau encore.

Le vrai problème, qu’a compris mais pas résolu Molasson 1er, c’est la crédibilité de la France en tant que partenaire géopolitique. Le Mistral, c’est le cas emblématique qu’observent tous les ministres de la défense de tous les pays, et qui va conditionner nos ventes d’armes pour les décennies à venir. Pas convaincus ? Je m’explique.

Lorsqu’on vend des systèmes d’armes complexes, on s’engage sur la durée : opter pour des Mistral ou pour des Rafale, c’est faire le pari que la France sera là pour les pièces détachées, pour les réparations et l’entretien, coûte que coûte, quelle que soit la situation (notamment en situation de crise). A chaque fois qu’un pays organise un appel d’offres pour des avions de chasse, au-delà du prix d’achat et du rapport coût-performance, ce qui importe c’est la viabilité du partenariat stratégique. Si le Brésil, l’Inde, d’autres encore, examinent nos Rafale, ce n’est pas pour leurs formes affutées ni pour leur prix tellement attractif. C’est parce qu’ils seront fournis par un pays, la France, qui n’est pas les USA, et qui sera moins susceptible que ces derniers d’utiliser le chantage (aux pièces détachées, voire pire) pour les contraindre à quelque nouvelle aventure militaire, à quelque deal économique foireux, ou que sais-je. affaires étrangères

Le cas des Rafale illustre bien la situation : si on n’arrive pas à en vendre un seul, c’est tout simplement parce que la France est perçue (par l’Inde, par le Brésil) comme un partenaire peu fiable, trop obéissant à Oncle Sam, trop susceptible de servir de courroie de transmission aux imprévisibles caprices de ce dernier.

Voyez ce que dit l’affaire Mistral sur notre offre en matériel militaire : un contrat signé par la France en 2011, avec acomptes payés rubis sur l’ongle, peut être remis en question sur un simple froncement de sourcils étasunien. Obama fait sa grosse voix, et voilà déjà qu’on pétoche et qu’on cherche des prétextes pour ne pas livrer à nos partenaires ce que l’on s’est engagé à leur fournir.

Quand on vend des armes, on vend bien sûr un produit, mais on vend aussi la politique étrangère qui va avec. C’est pour cela que la Russie a repris la seconde place sur ce marché, que la Chine progresse à grands pas, alors que la France voit ses positions traditionnelles s’effriter. (Attention, les estimations varient grandement d’une source à l’autre. Normal, pour des machins qui se négocient en secret. Mais bon, la tendance reste nette).

 

Publié dans Emploi, Propagande | Pas de Commentaire »

Mon cher Vladimir,

Posté par grosmytho le 11 mai 2014

J’habitais à Moscou depuis déjà quelques années lorsque tu as pris le pouvoir en 2000. Je faisais partie de la petite minorité de gens qui étaient catastrophés par ta victoire. Et je reste convaincu que celle-ci était entachée de manœuvres particulièrement cyniques de la part des services secrets que tu dirigeais peu de temps avant. Des attentats utilisés comme prétexte à l’ « opération antiterroriste » en Tchétchénie etc.

Obama UkraineJ’étais à l’époque indigné par la rhétorique de guerre froide que tu déployais, par le serrage de boulons généralisé qui allait à rebours des progrès démocratiques de ton prédécesseur Eltsine. La presse démocratique n’avait pas de mots assez durs pour ton attitude de défi à l’Otan et aux « ONG de défense des droits de l’homme » que tu soupçonnais toujours de noirs desseins…

L’unité territoriale de la Fédération de Russie était ton obsession. Tu n’as pas hésité à organiser des massacres absolument épouvantables en Tchétchénie et ne cessais jamais d’indiquer, par des allusions transparentes, que le séparatisme de la « République d’Itchkérie » bénéficiait du soutien actif de mystérieuses puissances étrangères qui voulaient détruire la Russie. Ta paranoïa envers tout ce qui pouvait de près ou de loin ressembler à une ingérence étrangère primait sur tout. Ni la loi, ni le jeu démocratique encore hésitant, ni les libertés individuelles ne pouvaient à tes yeux exister s’il existait le moindre risque qu’ils puissent servir à accroître l’influence étrangère dans le pays. D’où tes campagnes impitoyables contre NTV (la chaîne de télé privée de Gousinski), contre certains oligarques rebelles (Berezovski, Khodorkovski), la censure impitoyable qui s’est abattue sur la presse, les limogeages, les élections truquées ou du moins « arrangées ».

Poutine Ukraine1 Poutine Ukraine2

J’étais scandalisé et je m’indignais. Quel cynisme, quelle paranoïa ! Alors que l’Ouest se réjouissait sous Eltsine des avancées démocratiques, qu’il encourageait comme il pouvait (investissements, ONG, relations diplomatiques, intégration au G8, etc), toi Vladimir tu me semblais le dernier des ingrats !

UkrainePourtant mes amis qui t’admiraient cherchaient à m’ouvrir les yeux : les avancées de l’Otan dans les pays de l’ex-URSS, violant la promesse faite à Gorbatchev en échange de la dissolution du Pacte de Varsovie. La guerre en Yougoslavie (ou plutôt contre la Serbie), malgré les vétos et les mises en garde de la Russie.

C’est au moment de la guerre en Géorgie (en 2008, donc) que j’ai pour la première fois pris la mesure du cynisme occidental envers ton pays. L’Occident démocratique n’hésite pas à fomenter des coups d’Etat et des soulèvements « populaires » dans les pays où passent ses intérêts pétroliers ou autres. Ni à lancer des opérations terroristes et/ou militaires dans des pays souverains tout en accusant les dirigeants en place des pires crimes. En dépit des protestations de la Russie comme en Libye ou en Syrie.russiasputininukraine

C’est à partir de là que j’ai commencé à tout reconsidérer : les révolutions colorées en Ukraine n’étaient pas si idéalistes que ça finalement. Les Timoshenko et Iouchtchenko, à qui l’Ouest avait forgé une image de petits angelots démocratiques, montraient leur vrai visage : celui de dirigeants mafieux occupés à dépecer le pays et désormais à s’entre-déchirer. L’Otan « non agressif » s’apprêtait à installer des batteries de missiles en Pologne et en République tchèque. A intégrer l’Ukraine et la Géorgie. A resserrer, comme un boa constrictor, son étreinte pacifique autour de la Russie…

Poutine Ukraine4Cette dernière crise ukrainienne a fait tomber les masques. On accuse la Russie de « masser des troupes sur son propre territoire proche de l’Ukraine », tandis qu’agents de la CIA, secrétaires d’Etat, agitateurs béhachéliens et personnels militaires étasuniens s’y ébattent en toute quiétude ! Des « observateurs de l’OCDE » se révèlent en fait être des conseillers militaires ! Un putsch organisé et soutenu de l’étranger nous est vendu comme une avancée démocratique, alors que des referenda tenus localement sont quasiment considérés comme des crimes de guerre ! La machine de propagande occidentale, d’habitude si habile à habiller d’oripeaux humanitaires d’inqualifiables ingérences armées a cette fois connu des ratés. Elle est tombée sur un os et révèle ses peu avouables mécanismes !

Poutine Ukraine3

Le Monde titre « Entre apaisement et démonstration de force, à quoi joue Poutine ? ». Il joue à défendre l’intérêt de la Russie contre les agissements violents et illégaux de l’UE et des USA en Ukraine.

C’est toi qui avais raison, Vladimir. Pas sur les homos, pas sur le contrôle des médias. Mais sur la géopolitique. Le monde occidental est en guerre contre ton pays et ce dernier ne peut avoir de priorité plus haute que de sauvegarder coûte que coûte sa souveraineté et son indépendance.   

Une position d’ailleurs énoncée avec clarté, même si elle est un peu longuette (pour faire la place à tous les arguments, citations, références au droit international et comparaisons historiques), dans ton discours du 18 mars devant les deux chambres du Parlement russe. Le Monde et Marie Jégo (qui certainement dormait) n’y ont vu que « mise en scène du triomphe » et des « salves anti-occidentales », là où en fait il y avait a) un cours magistral de géopolitique qui met l’Occident devant ses contradictions ; b) un rappel des faits qui mentionne les agissements irresponsables et illégaux des puissances occidentales en Ukraine ; c) des assurances formulées sur l’avenir  de la Crimée et des relations avec l’Ukraine ; d) un appel aux Occidentaux à respecter le droit international, assorti il est vrai d’une mise en garde tout de même assez modérée.

Publié dans Propagande | 2 Commentaires »

Obama, Hollande et les bastonours

Posté par grosmytho le 10 avril 2014

Hollande et Obama nous le promettent : cette fois, trop, c’est trop ! Poutine est allé trop loin, il va s’en mordre les doigts ! On va enfin découvrir cette fermeté chantée par les poètes épiques, si habilement dissimulée jusqu’ici par Molasson 1er et Barack-le-compromis-bipartisan.

Comme tous les grands mollassons, ils choisissent pour leur inattendu coming-out l’adversaire le plus redoutable, le plus féroce, le plus dur, le plus impitoyable. Poutine, vraiment ? Avouons qu’ils ne manquent pas d’air, nos apprentis-Matamore ! On aurait pu croire qu’ils allaient commencer par s’entraîner sur quelque roitelet africain, sur quelque dictateur chauve et édenté du proche-Orient, sur le dirigeant inexpérimenté d’un pays facilement contournable. Mais non ! Quelle n’est pas la surprise de leurs aficionados qui voient leurs deux picadors favoris descendre dans l’arène dans leur costume de lumière, pour attraper par les cornes le toro le plus retors, le plus féroce et le plus expérimenté. Ils jouent leur va-tout.Russie crimée

Désolé, malgré tout mon patriotisme occidental, je ne mise pas sur le duo de clowns contre la bête féroce.

Washington a mis en garde contre la violation du droit international que constitue le référendum en Crimée. « Le référendum sur l’avenir de la Crimée viole la Constitution ukrainienne et le droit international. Toute discussion sur l’avenir de l’Ukraine doit inclure le gouvernement légitime » du pays, a affirmé Barack Obama lors d’une brève intervention à la Maison Blanche. Légitime ? Un gouvernement composé dans l’urgence des coups de feu, un gouvernement qui fait plus de place aux vœux de la diplomatie étasunienne qu’à ceux des Ukrainiens ?

Crimée

Désolé, cher Barack : l’Ukraine ne possède pas aujourd’hui de gouvernement légitime. Dans ces conditions, chacun des peuples & territoires qui la composent doivent réfléchir, pacifiquement, aussi démocratiquement que possible, à leur avenir.

Les appels des Etats-Unis ont ceci de particulier qu’ils reviennent toujours à réajuster les principes du droit international aux intérêts des USA contre ceux de ses rivaux, en particulier de la Russie, de la Chine, de l’Iran, du Venezuela, des pays arabes : du reste du monde, quoi. Dans le cas de la Yougoslavie, l’urgence était de découper le pays en petites républiques indépendantes (91-00). Dans la crise géorgienne (2008), au contraire, il était capital de conserver le pays intact. Dans le cas du Soudan du Sud, il fallait partitionner (2010 ?). Cette fois en Ukraine, le mot d’ordre est à nouveau l’intégrité territoriale. Et à chaque fois, c’est au nom du droit international. Pourquoi ?

Le droit international comprend deux principes potentiellement contradictoires : il y a d’un côté le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et d’un autre l’inviolabilité de la souveraineté nationale. Le droit des gens, et le droit des Etats.

Lorsque ces deux principes cohabitent, tout va bien : le peuple x vit heureux dans les frontières du pays x et l’Etat se charge, dans le respect le plus absolu des droits de l’homme et du citoyen, de faire respecter la souveraineté et l’indépendance nationales.

Crimée 1945 2014Malheureusement, ce cas est relativement rare. Dès que cohabitent plusieurs peuples aux langues et aux cultures différentes, dès que des minorités veulent faire entendre une différence, ces deux principes entrent en conflit. Un conflit potentiellement violent.

Ces principes se contredisent dans de nombreux pays : minorités aspirant à l’autonomie, voire à la sécession ; mouvements révolutionnaires (terroristes/résistants) réprimés ou tolérés par les autorités en place ; minorités privées de territoire lorgnant vers un rattachement aux minorités du pays voisin. C’est indémerdable si les populations sont mélangées ; c’est explosif si elles sont concentrées dans différentes parties du territoire.

Le problème n’est pas le droit international (qui comprend les deux principes) mais son interprétation. Lequel des deux doit prendre l’ascendant sur l’autre ? Privilège de la domination médiatique : la réponse est toujours fournie par les USA, en fonction de leurs intérêts ; réponse reprise en chœur par leurs alliés occidentaux. C’est pour cela que l’on a eu la partition de la Yougoslavie, puis de la Serbie (alliés proches de la Russie), celle du Yémen, celle du Soudan, etc. Si au contraire c’est une partition qui arrange la Russie, on entonne le chant de « l’intégrité territoriale », comme avec le cas de la Crimée.

Ce serait drôle si ce n’était pas si tragique : les pays occidentaux doivent leur belle unité territoriale à mille ans de guerres et de génocides qui ont uniformisé les peuples et redessiné les frontières. D’autres pays plus récents n’ont pas cette « chance » : leurs frontières encore fraîches n’ont pas eu le temps de cicatriser. Elles traversent des territoires et des régions ethniquement semblables, ignorent des minorités locales, méprisent des réalités incontournables sur le terrain. Le processus qui nous paraît si inacceptable chez les autres se produisait chez nous voici à peine quelques décennies. Il s’agissait des fameuses « heures sombres » de notre histoire. Si sombres qu’on a parfois du mal à croire qu’elles ont réellement existé…

La Crimée devait bientôt être rebaptisée: avec les larmes et les trémolos qu’elle suscite, on va l’appeler désormais la Lacrymée.

 

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Crimée : tous à poil !

Posté par grosmytho le 18 mars 2014

C’est le printemps, il fait beau, et on a envie de chanter, avec JF Copé : tous à poil ! A poil l’Ukraine ! A poil l’UE ! A poil les USA ! A poil la presse !

crimea

 

L’aventure criméenne est un test en plusieurs dimensions.

Test avant tout pour l’Ukraine : son aptitude à évoluer vers la démocratie. Depuis son indépendance c’est le pays d’ex-URSS où l’expérience démocratique était la plus profonde mais aussi la plus chaotique. Contrairement aux pays baltes qui ont pris le pli assez facilement et sans grosses déconvenues, de l’intégration-éclair dans l’Otan à l’intégration dans l’UE, voire même pour l’Estonie et la Lettonie l’adoption de l’Euro. Contrairement aux « stans » (Kazakhstan, Kyrgizstan, Ouzbékistan, Turkménistan, Tadjikistan) qui ont tous opté pour des formes de dictature assez dure et généralement peu éclairée par les anciens chefs du PC régional reconvertis au capitalisme autocratique. Comme en Russie, en Arménie, en Géorgie, la démocratie se cherche en Ukraine. Il y a des germes et il y a des rechutes. Des élections généralement entachées de fraude et de coups de théâtre, des bagarres au parlement, les populismes toujours à fleur de peau. C’est un test d’aptitude de l’Ukraine à l’indépendance politique (envers la Russie, mais aussi l’Otan, l’UE), économique (gaz, aide internationale). Un test d’aptitude de l’Ukraine à cicatriser ses blessures territoriales et à reprendre une vie équilibrée après.

Un test pour la Russie. Oubliez ces histoires de minorités menacées : en Russie comme en Crimée, les deux minorités les plus importantes sont les Ukrainiens et les Tatars. Ces gens cohabitent depuis des siècles, en Russie, en Crimée, en Ukraine. La langue non plus n’est pas le problème : tous parlent russe (mais se réclament de cultures nationales différentes). Les questions sont autres. La Russie réussira-t-elle à intégrer rapidement la Crimée avec laquelle elle n’a pas de frontière terrestre ? Que se passera-t-il à Kharkov et à Donetsk ? Où passe réellement la frontière entre les peuples de Kiev et de Moscou ?

Sur ce test s’en greffent d’autres. La Crimée nous ramène à une véritable conférence de Yalta. La Russie vient à nouveau de gagner un coup de poker (après l’affaire géorgienne en 2008, après le sauvetage in extremis de la Syrie en 2013) : elle renaît donc en grande puissance capable de défendre ses intérêts contre la volonté d’une communauté mondiale soudée. L’Occident va-t-il prendre acte de ce changement et accepter la Russie comme acteur incontournable ? Ou va-t-il (comme c’est apparemment le cas aujourd’hui) la ranger dans la catégorie des Etats-parias contre lesquels on empile sanctions et menaces (Cuba, Corée du Nord, Iran, Syrie, Chine etc) ? Ces Etats que l’on n’ose pas attaquer militairement et contre lesquels on défoule une vertueuse et permanente indignation ?

L’Occident va devoir réévaluer la place de la Russie dans les affaires du monde, et cela peut conduire à une forme de découplage. Les USA vont sûrement refuser de prendre en compte les intérêts de la Russie en Europe de l’Est et continuer d’avancer leurs pions avec l’Otan : Kiev est la prochaine pièce à prendre sur cet échiquier. Mais l’Europe va retrouver ses choix déchirants d’autrefois entre amis (d’outre-Atlantique) et famille (Russie). Fin de la leçon d’anglais : on retrouve les réalités du gaz, des marchés en croissance, des opportunités de coopération technologique, militaire et même politique. L’Allemagne a la première compris cela – elle ne votera pas les sanctions.

La presse occidentale va elle aussi devoir évoluer ! Notre presse n’est libre que dans les limites qui vont de l’atlantisme modéré à extrême. Dans le cas de la Crimée, on l’a vue hésiter ; le challenge propagandistique était trop gros. Lisez les articles du Monde, et ensuite déroulez les commentaires : quand la ficelle est trop grosse, les contradictions trop évidentes, le public ne suit plus. Poutine n’est pas Hitler, les Criméens ne sont pas les Sudètes, un référendum n’est pas un crime contre l’humanité. Allons plus loin : les inquiétudes étasuniennes ne sont pas démocratiques mais géostratégiques ; le gouvernement putschiste de Kiev largement coopté par Washington n’est pas légitime ; la lumière doit être faite sur ces mystérieux snipers qui tiraient sur la foule et sur la police sur la place Maïdan.

Le cas criméen braque le projecteur sur les contradictions du monde occidental qui se voit toujours en chevalier blanc démocratique, parce que soudain les rôles sont renversés. C’est la Russie qui intervient et l’Occident qui se trouve face au fait accompli. Le droit des peuples à l’autodétermination fonctionnerait pour tous (l’Ecosse prépare un référendum en septembre), sauf lorsqu’ils choisissent la Russie ? L’intervention militaire dans des pays souverains serait toujours morale (Yougoslavie, Irak, Afghanistan, Libye, Mali, Centrafrique, la liste est trop longue) et légitime, sauf quand c’est la Russie ?

Aujourd’hui la Russie, demain la Chine, après-demain le Brésil et l’Inde : le monde est redevenu multipolaire. La réunion du G8 de Sotchi ne sera pas annulée : elle va servir de nouveau Yalta.

 DERNIERE MINUTE: le dossier le plus détaillé à lire pour ceux qui veulent vraiment comprendre la situation ukrainienne est là avec texte, vidéos, infographies et tout.

Publié dans Eco, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Le jihad de François est illégal, finalement

Posté par grosmytho le 9 mars 2014

Le tribunal correctionnel de Paris vient d’envoyer en prison 3 jeunes hommes interpellés à l’aéroport de St Etienne alors qu’ils prenaient le chemin de Damas.

Hollande qatar On comprend ce jugement du point de vue de l’émotion générale et des craintes suscitées : volonté de décourager les velléités jihadistes parmi les désœuvrés de l’Hexagone, volonté de montrer après la calamiteuse affaire Merah que l’Etat désormais suit, prévient, surveille et sévit. Du point de vue juridique, il est simplement aberrant. Il punit une intention, un crime qui n’a pas été commis, sur la foi de preuves bien maigres (visite de sites « faisant l’apologie de la violence »…).hollande jihad

Finalement, Youssef, Salah-Eddine et Fares vont en prison pour leur état d’esprit (« radicalisés » par la « propagande islamiste »)… qui était aussi celui de François Hollande ! Rappelez-vous, notre belliqueux Don Juan voulait, entre deux saillies officieuses rue du Cirque, aller punir Bachar El Assad et soutenir la guérilla islamiste qui met la Syrie à feu et à sang !

Dans les pays (France et Royaume Uni surtout) qui se sentaient des fourmis dans les jambes, c’est désormais l’alerte maximale : apparemment des centaines de jeunes s’embarquent pour le jihad syrien. La crainte est qu’ils en reviennent aguerris, endurcis, rompus à la clandestinité. Et se lancent dans un jihad européen… Comme quoi, en géopolitique comme dans les affaires familiales, on gagne à s’occuper de ses fesses plutôt que de celles de la voisine.

François l’Infidèle a eu de la chance de tourner casaque à temps ! Radicalisé lui aussi par ces sites internet de propagande atlantiste qui diabolisent Assad, mais privé du soutien de son ami Barack, il a finalement décidé de renoncer à son projet de jihad sur la Syrie. Bien lui en a pris !Jihad africain

On imagine que sinon il serait en train de croupir en prison avec ses jeunes collègues…

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

L’Ukraine – le test de nullité pour Obama et Hollande ?

Posté par grosmytho le 6 mars 2014

Certains admettent presque, à contrecœur et du bout des lèvres, que Poutine n’a pas tiré un coup de feu en Crimée.

Et puis bon, quand la Russie parle d’intérêts stratégiques pressants, c’est un peu plus convaincant, non, qu’Obama  qui nous sort la même tous les ans ? Un coup c’est sur les différents entre la Chine eukraine 2t Taïwan, un autre sur le Tibet ou le Yemen, puis sur le conflit entre Soudan du Nord et du Sud, après entre le Pakistan et l’Afghanistan ? Il a vraiment des intérêts vitaux partout, çui-là ?

Comme Hollande au Mali, en Centrafrique, au Niger ? Vitaux, vraiment, les intérêts ?

Madame Merkel rapporte sa conversation avec Poutine à Obama en disant « Il a perdu tout sens des réalités, il vit dans son monde… ». Remarque intéressante !

En fait, le monde réel est tout autour de nous, à nos portes, et nous, les Occidentaux, vivons dans une sorte de fable éducative made in Hollywood. Nous au moins, quand on bombarde humanitairement des pays lointains, c’est bon pour la démocratie ! Pas comme ces salauds de terroristes ! Des gens se retrouvent pris sous les décombres de leur immeuble, d’autres sont soudain menacés de mort par des islamistes sponsorisés par la liberté importée par nos amis Saoudis et Qataris … mais au moins, c’est pour la bonne cause ! Histoire d’aider le processus démocratique, on balance quelques missiles Hellfire par-ci par-là ! Sur la foi d’algorithmes qui n’établissent même pas l’identité de la cible !ukraine

C’est la technologie de la lasagne Findus appliquée à la politique étrangère : délocaliser le sale boulot à des partenaires étrangers, garder le marketing et la vente. La boucherie aux mains propres. En Syrie, au Mali, en Libye, en Centrafrique, on finance des groupes séparatistes et terroristes pour la partie sanglante, en gardant le marketing/ la télé/ les soldats héroïques. On distribue les bons points, on désigne les gentils et les méchants, des spots télévisés expliquent sous couvert d’info la nécessité d’une intervention…

C’est le bordel en Ukraine. Poutine, qui vit dans le monde réel, prend des mesures pragmatiques : manœuvres militaires dans le sud, sécurisation du territoire de la Crimée (où se trouvent ses bases navales et une population ethniquement russe qui l’accueille avec ferveur), présence sur le terrain… Pas des bombardements de drones : des soldats sans étiquette qui gardent les points stratégiques, aéroports, ports, gares, croisements, pour éviter les débordements. Pas de victime collatérale : juste une présence armée et organisée contre le chaos et l’hystérie ambiante. Même pour ceux qui ne sont pas forcément enthousiastes à l’idée d’être rattachés à la Russie, ça doit être rassurant en ces temps de panique démocratique, quand on-ne-sait-pas-trop-qui prend le pouvoir, on-ne-sait-pas-trop-comment ni pour combien de temps.

ukraine_3Dites-moi ce que vous en pensez : avec les dernières infos qui tombent (les mêmes snipers qui ont tiré sur la foule ET sur la police à la place Maïdan, le référendum en Crimée prévu pour le 16 mars), l’intervention de Poutine paraît de plus en plus claire, carrée, réfléchie. Plus constructive en tout cas que les stupides trémolos démocratiques de l’UE, ou que les menaces de Monsieur le Nobel de la Paix avec ses drones humanitaires … et son caniche Hollande qui promet des « sanctions » (après les « punitions » pour Assad) ! Ah bon on va se passer du gaz russe ? Ah bon les agences de notation vont punir la Russie ? Gageons que Poutine tremble dans ses braies !

Le plus drôle, c’est quand Obama en appelle au droit international ! Le coussin sur lequel il s’assied si confortablement d’habitude. Une fusillade sur la place centrale, un putsch qui renverse un président (antipathique, certes, mais élu), un nouveau gouvernement sorti d’un chapeau qui fait une large place à des extrémistes suprémacistes armés, qui refuse d’enquêter sur la fusillade, tout ça c’est ‘conforme à la constitution’. Mais que le parlement de Crimée organise un référendum, là c’est quasiment un crime contre l’humanité ! Soyons sérieux.

Sans aller jusqu’à dire que le président russe a raison d’occuper militairement la Crimée, reconnaissons qu’il la joue responsable et pragmatique là où les dirigeants démocratiques paraissent contradictoires et hystériques. Ils ont sponsorisé le bordel sous prétexte de démocratie et maintenant ne savent pas quoi en faire. Ils ont fait miroiter l’association mais sans l’intégration à l’UE, la démocratie mais sans le financement, l’amitié mais sans engagement. Poutine, lui, a observé le désordre qui se formait et en a tiré les avantages qu’il a pu trouver.

Ça a fait comme pour l’Iran avec l’invasion US en Irak. Ou comme le Pakistan avec l’invasion US de l’Afghanistan. Le grand frère trouve son intérêt lorsque l’inspecteur Harry vient semer la pagaille chez son rival de toujours.

Publié dans Propagande, Psycho | Pas de Commentaire »

Le nouveau service de Google

Posté par grosmytho le 1 mars 2014

« Une Américaine agressée parce qu’elle portait des GoogleGlass » titre Bigbrowser. Parce qu’elle les portait ? Ou parce qu’elle les utilisait sur des inconnus dans un bar ? Cet incident indécent soulève toutes les questions de ce début de siècle. Les possibilités techniques augmentent les pouvoirs des personnes et obligent à redéfinir les frontières entre droits et devoirs. google-glass-banned-sign

Imaginez qu’on puisse acheter et piloter un exosquelette métallique d’une puissance et d’une rapidité telles que vous risquez de tuer quelqu’un à la moindre fausse manœuvre. Il faudrait réglementer leur usage, encadrer leur vente et leur entretien, etc. Tiens, justement ça existe déjà : la voiture. Le code de la route, le permis de conduire. La gendarmerie, les alcootests, les radars automatiques.

Joy-of-Tech-Glass-vs-iWatchÇa va faire pareil avec les caméras et les Google glass. On a le droit de filmer dans les lieux publics : ça semble logique. Vous êtes touriste, vous filmez la rue, les monuments, vous-même dans un bar etc. A priori personne ne conteste. Petit distinguo tout de même : la loi parle de sujet principal et de sujets secondaires. Vous filmez la cathédrale, un quidam traverse le parvis, OK. Vous suivez ce quidam avec votre caméra dans les rues pour voir où il va, qui il rencontre, où il habite : pas OK.

L’idée de base, c’est que la rue est à tout le monde. Les gens s’attendent à être vus et éventuellement photographiés. Ils sont habillés et se comportent normalement. Quid dans un bar ? Bourrés, en train de chahuter avec leurs potes ? En train de draguer extra-conjugalement ? Au karaoké, en train de chanter faux ? Il y a des situations limite où on veut bien être vu mais pas filmé par des tiers. Mais il n’y a pas de mécanisme pour l’empêcher. On va dire que cela relève de l’appréciation de chacun.

Ce qui est interdit clairement, c’est la diffusion publique payante. Le droit à l’image, retrouver les quidams pour leur faire signer une autorisation de diffusion, les cinéastes amateurs ou professionnels connaissent bien ça. Photos de manifs, d’accidents : c’est le droit d’informer qui prend le dessus sur le droit à l’image.

dilbert-comics-google-glass-invention

La vraie question, celle qui n’est pas résolue apparemment, c’est la diffusion gratuite. Autorisée ? Interdite ? Qui va empêcher et contrôler la mise de ces vidéos sur Facebook et sur Youtube ?  Le désagrément d’être vu bourré ne justifie probablement pas le fait de passer sa vie à traquer l’apparition de LA vidéo sur internet (d’autant qu’on a chacun quelques dizaines de cas où…). Donc il faut vivre avec ? Apparemment c’est une nouveauté qui ne plaît pas à tout le monde : la fille aux GoogleGlass illustre le cas d’école. Elle filme des gens, les gens lui demandent d’arrêter, l’agressent verbalement, elle poste la vidéo sur internet. Tout en se posant en victime d’ « agression », elle leur donne finalement raison : elle était bel et bien en train de les filmer, et elle a bel et bien posté le film sur internet, sans leur consentement.

Ça va finir comme avec la voiture : avec la généralisation des GG, les altercations de ce type vont disparaître du fait de l’égalisation des pratiques. Une fois que tout le monde filmera, plus personne ne s’indignera. Les gens non équipés seront comme les piétons d’aujourd’hui : on leur ménagera un territoire-alibi, des « trottoirs numériques » et des « cyber-passages cloutés », zones d’ombre où ils pourront se réfugier.  Des cas limite seront définis (relations sexuelles ? exhibitionnisme ? propos racistes ?) et des amendes seront fixées pour leur diffusion. Et puis la main invisible va vous caresser dans le sens du poil : des agences de gestion de votre image numérique vous proposeront leurs services. Vous signez, elles filtrent le net en permanence pour trouver les vidéos compromettantes de vous, elles engagent les procédures, récoltent les amendes et vous en reversent (ou non) une partie…

La protection de votre vie privée : le nouveau service de Google ! Ça va s’appeler GoogleParadox©.

Nerd glasses cutout isolated on white background

Publié dans Eco, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Le pacte du choc de la simplification compétitive

Posté par grosmytho le 15 février 2014

On simplifie tellement qu’il y a de quoi être choqué ! Le « pacte » de François Hollande et du Médef est tout bonnement incroyable. L’Etat renonce à 100 milliards d’Euros sur 5 ans, tandis que le patronat (« l’offre ») s’engagerait, peut-être (mais qui, juridiquement ?) à créer 1 million d’emplois.

en direct

100 milliards pour 1 million : 100 patates par emploi créé ! Apparemment ça va être des emplois dorés sur tranche ! Même en comptant les cotisations (pardon, les « charges ») et les impôts (les « confiscations »), 100 000 balles par emploi, ce n’est plus de l’emploi aidé, c’est carrément de l’assistanat caractérisé. Evidemment, ça dépend sur quelle durée c’est calculé. Si on reste sur la période de cinq ans du départ, ça fait 20 000 Euros par an et par chômeur embauché. Un peu chère, non, cette « politique de l’offre » ? Pourquoi donner tout cet argent aux patrons ? A ce prix, c’est l’Etat qui pourrait embaucher directement, au moins on serait sûr du résultat. Alors que là…

En fait, c’est le dogme reaganien bien connuhollande-gattaz-obama des « trickle down economics ». Donnez encore plus de fric aux riches (non pardon aux « créateurs d’entreprise et donc de richesse »), ils consommeront encore plus, et au final, c’est l’homme de la rue et le chômeur qui vont en bénéficier. Les résultats de la politique reaganienne (« reaganomics ») sont débattus jusqu’à aujourd’hui. Ses admirateurs soulignent qu’il a fait baisser l’inflation et réduit un peu le chômage (pas de beaucoup : de 7,1 ils sont passés à 5,5%, mais avec des pics sporadiques à 10%), que son « choc de confiance » a donné un coup de fouet à l’investissement et fait reculer un peu la pauvreté. Mais ses détracteurs pointent l’endettement de l’Etat, qui a bondi de 997 milliards à 2,5 trillons de dollars, une augmentation jamais vue. Comme toujours : sur les 1500 milliards dépensés, quelques millions ont finalement bénéficié aux pauvres…

Le résumé de Gros Mytho : Oncle Sam a boosté spectaculairement l’économie avec des dollars fraîchement imprimés. Une recette qui a été reprise par ses successeurs (les républicains un peu plus que les démocrates), et qui approche maintenant de son inéluctable conclusion : la faillite.

François Hollande a-t-il raison d’imiter Reagan ? Je crois le pari risqué.

socialiste-hollande-Pierre-Gattaz-patronD’abord parce que Hollande n’a pas le charisme de Reagan. On peut réellement parler d’un « choc d’optimisme » avec la rhétorique reaganienne : son approche, très discutable d’un point de vue rationnel, a indiscutablement impressionné son auditoire. Le « grand communicateur » peut se vanter d’avoir enthousiasmé une grande partie de ses ouailles et suscité un regain de confiance. Le contraste avec notre Hollande hésitant, « mou », empêtré dans ses histoires de famille, ne pourrait pas être plus grand.

Ensuite parce que la planche à billets est une recette réservée aux USA. La France ne peut pas imprimer des signes monétaires et asseoir dessus une soudaine expansion économique. Même si on revenait au Franc, imprimer de la monnaie en quantités excessives ne servirait qu’à miner la confiance internationale et au final au collapse et à l’hyperinflation (un phénomène qui attend nos amis d’outre-Atlantique à moyen terme)..

 

Publié dans Eco, Emploi, Socio | Pas de Commentaire »

Les 4 vérités qu’on ne dira pas à Obama

Posté par grosmytho le 24 janvier 2014

Qu’un responsable politique s’envole pour la Chine, et la presse française lui imprime systématiquement une feuille de route : « Tibet, droits de l’homme, yuan sous-évalué, prisonniers politiques, vous devez dire à Xi Jinping ses quatre vérités ». La Chine est menaçante, la Chine est agressive, la Chine est dangereuse : la presse française instruit en permanence contre la Chine le procès qu’elle n’ose pas faire aux USA.

Caporal Pieds dans l'platLe 11 février, c’est un François Hollande à la situation sentimentale clarifiée (espérons) qui s’envolera pour les Etats-Unis. Voici les quatre vérités que François Hollande doit dire à Barack Obama. Pour que la France reste un allié inconditionnel des Etats-Unis, il faut que ce pays :

Renoue avec le respect du droit international. Depuis 2003 et l’invasion de l’Irak qui s’asseyait sur les résolutions de l’ONU, la politique étrangère des Etats-Unis semble avoir complètement occulté ce paramètre. Décomplexé par sa supériorité technologique et son prix Nobel, le pays multiplie les bombardements humanitaires et les frappes chirurgicales dans des pays souverains. Quand la Chine rappelle au monde le principe de non-ingérence, on s’indigne et on crie au cynisme. Comme si les aventures militaires occidentales de la dernière décennie avaient permis, au moins parfois, au moins partiellement, de rétablir la paix civile dans les pays visés ! A chaque fois, le volontarisme humanitaire affiché a précipité une catastrophe que les civils continuent de payer dix ans plus tard. Il est temps pour nos alliés de tirer les leçons de ces échecs et de ramener leur politique internationale dans le giron de la légalité.

Respecte les Droits de l’homme. La victoire du candidat Barack Obama, juriste, spécialiste du droit constitutionnel, avait suscité bien des espoirs pour la cause des droits de l’homme aux Etats-Unis. Il allait mettre fin au scandale des prisons extra-territoriales, des enlèvements et des détentions arbitraires, peut-être même au scandale d’être le seul pays démocratique pratiquant la peine capitale. Malheureusement, la réalité est juste à l’opposé. En 2011, le président Obama a prorogé pour une période de quatre ans le tristement célèbre Patriot Act qui autorise les détentions arbitraires et que dénoncent toutes les ONG de défense des droits. Il vient de prendre une position plus que lénifiante sur le scandale PRISM et les écoutes systématiques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, de dirigeants alliés aussi bien qu’ennemis. Ici encore, le charisme du président nobélisé, son habileté rhétorique, masquent et justifient des pratiques indiscutablement illégales.

Cesse de manipuler le dollar. C’est bien l’imprudence monétaire des Etats-Unis et non le yuan manipulé qui menace la finance mondiale d’une crise sans précédent. On est passé très près de la catastrophe en 2008-2009, et rien n’a été fait depuis pour réduire les risques. Les Etats-Unis ont décuplé leur production monétaire au lieu de chercher à réduire leur déficit. Résultat : un endettement record qui ne sera jamais remboursé et des échanges internationaux libellés en assignats. Le jour où les USA feront défaut, un tsunami monétaire aux conséquences encore imprévisibles s’abattra sur le monde. N’attendons pas la catastrophe pour sortir de la logique « le dollar, c’est notre monnaie et votre problème ». Il faut trouver enfin des solutions équitables au niveau mondial. Yes we scan

Renonce à persécuter les whistleblowers. En 2007, le candidat Obama avait invité les personnes qui en avaient connaissance à s’élever contre les actions illégales de l’administration. Dénoncer les errements de son pays pour qu’on puisse y remédier, c’est une façon positive d’être patriote. Et pourtant Manning, Snowden, Assange, tous ceux qui se sont indignés des violations par les Etats-Unis de leurs principes fondateurs sont désormais recherchés ou emprisonnés pour trahison, comme les dissidents et les activistes politiques le sont dans des pays non démocratiques.

Il ne s’agit pas de diaboliser les Etats-Unis ni d’en faire le Grand Satan. Ce grand pays et cette grande démocratie ont un rôle éminent à jouer dans le concert des nations. Mais notre allié d’outre-Atlantique jouera d’autant mieux sa partition qu’il aura pris le temps de réaccorder un peu son piano.

Ces principes de liberté, de légalité, d’équité, ont fait sa force et la nôtre. Ce sont ces principes qui donnaient au camp occidental son autorité et son aura auprès des pays en développement. Il est à notre portée de renouer avec eux.

Voici ce que François Hollande ne dira pas à Barack Obama. Mais il va sans doute s’expliquer sur le scandale Closer.

Publié dans Propagande, Psycho | Pas de Commentaire »

123456...9
 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2