2014 : l’année de la quenelle!

Posté par grosmytho le 22 décembre 2013

Vous avez vu un peu le buzz ? Dieudonné défraie la chronique !quenelle d'or

Insultante, la quenelle ? « L’insulte est un contrat: pour qu’il y ait insulte, il faut accord entre deux parties, nommées insulté et insulteur. L’insulté qui pousse les hauts cris, qui réplique, qui éructe, signe par ces manifestations le contrat qui le lie à l’insulteur et confère au contrat tacite sa validité et son opposabilité aux tiers. L’insulté qui accepte l’insulte se place sur un terrain d’égalité avec l’insulteur : compatibilité d’humeur, de langage et de moyens verbaux employés. Le conflit est alors réputé licite et peut valablement commencer ». (Extrait du Code Civil du Préhau et des Vestiaires art. 163 al. 3)

Donc oui, mais si et seulement si quelqu’un se sent visé. Apparemment il y a des cosignataires: ils se bousculent même au portillon. On (qui?) crie surtout à l’antisémitisme.

Antisémite, la quenelle ? C’est aller un peu vite en besogne : popularisée par Dieudo, lui-même décrété antisémite pour quelques amitiés douteuses et quelques blagues fumeuses (à moins que ce ne soit le contraire), la quenelle tombe-t-elle sous le coup de la loi ? Attention aux raisonnements circulaires : « C’est antisémite puisque c’est Dieudonné qui le fait ». Bientôt sur vos écrans : « Dieudonné est antisémite puisqu’il fait la quenelle ! »

Je ne suis ni spécialement fan, ni spécialement remonté contre Dieudonné. Je le comprends trop pour le blâmer : humoriste, il voulait penser un peu plus loin que l’humour. Dans le PAF il était seul. Il a voulu mélanger, parler de choses dont le PAF ne parle pas. La fatwa est tombée, plus lourde et plus unanime sans doute qu’il ne l’attendait (dans un pays dit « d’expression libre » – on n’est pas en Corée du Nord, tout de même). Il a dit que c’était de l’humour, qu’on l’avait mal compris ; le PAF a rétorqué : c’est de l’humour pas drôle. Tous ses amis d’hier se sont détournés pour protéger leur carrière.

Dieudonné est le symptôme des deux problèmes de la liberté d’expression à la française : premier problème, la liberté d’expression n’est pas absolue, donc où mettre les limites ? La diffamation ? L’appel au meurtre ? OK. Mais les lois mémorielles ! Telle catastrophe historique est sacrée, telle autre ne l’est pas. On peut rire de la répression à Madagascar, mais pas dire qu’il n’y a pas eu de génocide arménien. On peut faire des blagues sur les mains coupées de Léopold au Congo, mais pas sur les camps de concentration allemands. Deux poids deux mesures. Dieudo n’est pas en phase avec ça, il proteste, et il a raison.la malédiction de la quenelle

L’autre problème, c’est la solidarité un peu trop absolue des médias et de la classe politique. On a une presse pluraliste, et plein de chaînes de télé concurrentes ? Sur certains problèmes et sur certaines questions, on dirait qu’une autorité supérieure dit à tous ce qu’il faut dire et surtout ce qu’il faut penser. Dieudo est exclu à vie du PAF, interdit d’antenne, et même Valls, qui tenait des propos DLC dépassée sur les Roms, en fait une affaire personnelle.

Que peut faire Dieudonné ? S’enfoncer dans l’outrance et la caricature pour essayer de faire le buzz sur internet malgré l’omerta. Puisqu’on ne l’invite plus à la rubrique idées, il flirte avec la rubrique faits divers.

  quenelle géante  

C’est dommage, parce qu’il a des choses à dire et des gens pour l’écouter. Mais qu’il arrête de déguiser ça pour de l’humour : c’est beaucoup plus sérieux.

Que dit Dieudo ? Que, concernant les catastrophes et les grands crimes, les médias se tiennent à une affligeante politique de doubles standards. Les victimes appartenant au monde occidental ont un prix cent fois, mille fois plus élevé que les victimes appartenant au Tiers-monde. Y a-t-il du racisme ou de l’antisémitisme à constater cela ? Y a-t-il de la mauvaise foi ou de l’exagération à le dénoncer ? Faut-il faire taire le seul  qui contredit à la télé tous les Zemmour, les Bruckner, tous ces anti-flagellationnistes qui se trouvent sans cesse à la limite du révisionnisme historique ?

quenelle175

quenelle mode d'emploi

Césaire ne disait pas autre chose. Dans son Discours sur le colonialisme il met sur le même plan colonialisme et nazisme ; il voit dans le second l’inévitable punition du premier ; les méthodes appliqués aux non-Européens se répètent sur un peuple européen. Il proteste : c’était acceptable dans les colonies, c’est criminel en Europe ? 

quenelle made in France      quenelle made in USA

Vous me direz: la colonisation, c’est le passé. Arrêtons de ressasser les crimes anciens et essayons de dépasser tout ça. Oui, mais les attitudes de double standard se perpétuent et finiront par nous retomber sur la gueule. Que dira Obama le jour où un drone pakistanais larguera une bombe sur un immeuble aux USA ? Que dira Nétanyahou le jour où l’un de ses voisins annexera la moitié de son territoire ?

Tout ça et bien d’autres rebondissements encore plus inattendus, c’est pour bientôt ! 2014, année de la quenelle ?

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Chine: arrêtons les procès d’intention

Posté par grosmytho le 14 décembre 2013

Alors que la Chine vient de faire alunir son « Lapin de jade », je guette les articles dénonçant l’impérialisme spatial de l’Empire du milieu. Où sont les articles alertant l’Occident que la Chine est sur le point de déclarer la lune sa propriété inaliénable ? Ça serait logique, après tout : l’argument qu’on lui oppose dans le cas des Diaoyu/Senkaku est qu’elle n’occupait pas les îlots qu’elle revendique. Personne ne récuse le fait que la Chine les a découverts en premier, en 1372. Alors, c’est sûr, les Chinois vont établir une base lunaire, puis déclarer la lune « territoire chinois ». Aux Etasuniens qui voudront faire valoir leur droit de premier occupant ils rétorqueront : « Premier occupant ? Mais vous n’y êtes pas retournés depuis 1972 ? Partagez-vous les Diaoyu avec vos amis les Japonais, et fichez-nous la paix ».

 lapin de jade

Est-ce l’approche des fêtes de noël ? Je suis surpris par l’insouciance d’une presse libre qui est normalement plus vigilante. Qui nous a dressés à trouver menaçant le moindre geste chinois, et à nous alarmer encore plus de chacun de ses non-gestes. A chaque fois que la Chine signe un contrat en Afrique, on a droit aux gros titres sur le « néo-colonialisme chinois ». A chaque fois que la dette des USA auprès de la Chine franchit une nouvelle barrière psychologique on a droit au couplet « les USA à la merci de la Chine ». Baptême du porte-avions, manœuvres militaires, lancement  d’un satellite, il ne se passe pas un jour sans que ne paraisse un article dénonçant l’agressivité ou l’impérialisme de la Chine.

impérialisme chinois C’est souvent amusant de constater comment la presse libre fait à la Chine le procès qu’elle n’ose pas faire aux USA. Elle accuse d’avance la Chine, future première puissance mondiale, d’un impérialisme… pour l’instant hypothétique ! Dans le même temps elle feint de ne pas remarquer l’impérialisme parfaitement observable et mesurable des Etats-Unis. On a envie de dire que la méthode douce qu’a la Chine pour nous imposer sa dictature contraste agréablement avec les façons musclées des USA pour asséner la démocratie aux pays qui n’en sont pas pourvus. Si c’est ça son agressivité impérialiste, admettons au moins qu’elle ne force pas trop sur les drones et les invasions militaires. Qu’elle fait preuve de retenue sur les sanctions économiques.

L'UE NE LÈVE PAS IMMÉDIATEMENT SON EMBARGO SUR LES ARMES À LA CHINE

Agressive ? Impérialiste ? Je trouve au contraire qu’elle reste (pour l’instant) étonnamment fidèle à son principe de modestie sur le plan international (« profil bas et dissimulation »). Son refus de soutenir une intervention internationale en Syrie a été présentée comme le comble du cynisme alors qu’il reflète simplement l’approche chinoise de la « non-ingérence dans les affaires d’un pays souverain ». Principe chinois ? Il se trouve que c’est aussi celui du droit international.

On pourrait s’indigner si l’ingérence occidentale était souvent, ou même seulement  parfois, couronnée d’un succès au moins relatif. Mais les catastrophes en Libye, en Irak, en Afghanistan, où à chaque fois l’intervention avait été présentée comme un urgentissime devoir moral, doivent ou devraient inciter tout le monde à la même prudence que les Chinois.

Publié dans Propagande | Pas de Commentaire »

Le pays sans politique

Posté par grosmytho le 11 novembre 2013

 

Ah ces Chinois ! Parlez-leur de foot, parlez-leur de célébrités, parlez-leur de la météo : la conversation s’engage et prend son envol, les banalités prévisibles s’enchaînent, tout se passe au mieux. Essayez d’aborder la politique, comme cela se fait en Europe lorsque les autres sujets sont épuisés, le soufflé retombe. Pays totalitaire et son régime policier : les étrangers en concluent que ce sujet est ici « interdit » et que les gens ont peur de l’aborder. Surtout avec des étrangers !

Le pays sans politique dans Eco manif

Mais lorsqu’on vit un certain temps en Chine on s’aperçoit bientôt qu’il n’en est rien. Vous avez des amis avec qui vous pouvez parler franchement, vous avez des conversations un peu avinées, vous épiez des conversations sans y prendre part et vous constatez : la politique n’est pas abordée, comme ne l’est pas chez nous la chimie. Ce n’est pas par peur mais parce qu’on n’a strictement rien à en dire.

En Occidentaux pétris de notre suffisance démocratique, nous pensons toujours que les Chinois doivent détester leurs élites corrompues ; mais lorsqu’on leur pose la question, les Chinois répondent toujours quelque chose comme : « Corrompues, éloignées du peuple, nos élites ? Mais bien entendu ! Et alors ? Nos dirigeants font leur boulot, nous faisons le nôtre, et c’est très bien comme ça ! Ils ne se mêlent pas de ma vie, je ne me mêle pas de la leur ! ». On peut difficilement leur donner tort : depuis Deng, on peut dire que les dirigeants chinois sont généralement plus populaires dans leur pays que les nôtres chez nous.

peine-de-mort corruption dans Propagande

D’ailleurs la situation chinoise est limpide : les dirigeants du Parti pilotent la politique étrangère et gèrent le pays. Ils le font ni bien ni mal, peu importe : c’est leur job et leur responsabilité. Le peuple n’a pas à s’en mêler : son job à lui est de s’enrichir et de faire bouillir la marmite. Pourquoi se charger d’un fardeau supplémentaire ? D’ailleurs l’économie croît, aucune guerre ne menace, les magasins sont achalandés : motif de grimper sur les barricades ? Les dirigeants savent qu’une grosse bourde de leur part provoquerait remous et ambiance révolutionnaire : leur unique souci est de préserver la stabilité et un progrès lent mais constant et mesurable du niveau de vie. Les citoyens sont contents de la prudence de leurs dirigeants et des progrès accomplis. La méfiance mutuelle conduit à la modération réciproque. Pas d’élections : un processus de renouvellement progressif planifié par le Parti. La politique se fait dans la sérénité et sur le long terme.

C’est à la lumière du système chinois (je ne dis pas qu’il est parfait !) que sautent aux yeux les imperfections et les paradoxes du nôtre.  On nous exhorte sans cesse à participer ! Voter est un devoir ! Il faut connaître les partis politiques et leur programme ! Nous indigner des libertés que prend l’élu avec les promesses du candidat ! Il y a de quoi s’arracher les cheveux ! Suivez la biographie de tous les charlatans qui s’étripent pour une parcelle de pouvoir ! Il le faut ! Etudiez la trajectoire de tous les ambitieux qui vendent père et mère pour atteindre à la magistrature suprême ! Comparez les programmes, soupesez les déclarations ! Il y a de quoi devenir fou ! Lisez dans le Canard enchaîné le récit de leurs bassesses et de leurs turpitudes ! Constatez hebdomadairement l’affolant niveau de la corruption ! Mais, sachez-le, voter et à l’occasion manifester dans la rue, tels sont vos seuls leviers d’action. Choisissez aujourd’hui celui qui vous décevra dès demain ! Jamais vous ne serez invité, jamais consulté, jamais responsabilisé. Regardez, mais ne touchez pas. Spectateur d’un film porno, vous portez une ceinture de chasteté. C’est ça, la démocratie ? C’est ça, le « pouvoir au peuple » ?

« La politique est l’art d’empêcher les gens de se mêler de ce qui les regarde » (Paul Valéry)

On nous dit que le système chinois ne peut pas durer, que ses contradictions internes vont bientôt le faire exploser, qu’au moindre ralentissement économique, les gens vont se révolter, que les ultra-riches vont vouloir prendre part au pouvoir, etc. C’est sûrement vrai, ça se produira un jour.

plenum PIB dans Socio

Moi, je me demande lequel des deux systèmes craquera le premier : la démocratie aussi est mal en point. Partout on voit les régimes démocratiques écartelés par des forces contradictoires qui ne dépendent pas d’eux : la politique fiscale se désagrège parce que la mondialisation fait fuir les richesses, l’Etat endetté dépend des banques qui lui dictent leurs quatre volontés, notamment en termes de détricotage social et de libéralisation du capital. Cercle vicieux. L’électeur voit cela et ne peut rien y faire : tout dirigeant, aussitôt élu, se retrouve dans la même cage que son prédécesseur. Le gérant d’un McDO peut-il changer les recettes et se convertir à la nourriture saine ? Le présentateur météo peut-il changer le temps qu’il fait ? Le président nouvellement élu peut-il empêcher les entreprises de délocaliser, les riches de frauder le fisc et les banques de réclamer leur dû ? L’électeur se sent trompé, et le pire, c’est qu’il a raison. Il n’a le droit que de changer celui qui annonce les mauvaises nouvelles. De plus en plus furieux, il zappe, zappe, zappe encore ! Les nouvelles restent les mêmes : chômage, dette, CAC40 en hausse, impôts nouveaux…

politique-421-300x164 politique

Publié dans Eco, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Dehors les étrangers !

Posté par grosmytho le 7 novembre 2013

Les misérables petits marchandages de l’affaire Leonarda (elle peut revenir, mais sans sa famille; elle peut revenir avec famille, mais sans son père voleur de poules; elle peut suivre des cours de français par correspondance; etc) ont été tranchés par un sondage: 74% des Français veulent qu’elle reste chez elle!

On les comprend, les pauvres !

Les étrangers sont partout ! C’est bien ça qui les rend insupportables : si encore il y en avait moins… si encore on pouvait, de ci-de là, échapper à leur présence envahissante et à leur haleine fétide… on s’en accommoderait. S’ils restaient l’exception… mais là, partout, nombreux, majoritaires, même, c’est plus possible ! On n’est plus chez soi nulle part !

Bien d’accord avec tous les Valls du monde entier ! Dehors les indésirables ! La preuve qu’ils ont raison, c’est qu’ils disent la même chose dans tous les pays. En Europe, en Asie, en Australie même, un seul slogan se décline dans toutes les langues, avec des variations, mais dont le sens général reste le même : « la barque est pleine, fermez les écoutilles ». De gauche comme de droite, en France comme en Angleterre ou en Russie, écoutez-les rivaliser de fermeté, inventer chaque jour des mesures plus radicales pour débarrasser le monde de ce fléau !

Dehors les étrangers ! dans Propagande valls

Endiguer les flux migratoires, parquer et policer les étrangers, renvoyer dans leurs pénates ces indésirables qui prolifèrent, réglementer sévèrement la métèque-attitude qui menace nos belles traditions : les voici, les thèmes universels de toute élection démocratique !

etrangers-en-prison chômage dans Psycho

Quoique… il existe un pays où l’on ignore pratiquement la notion d’étranger.

securite corruption dans Socio

Justement ça tombe bien, c’est un pays sans campagnes électorales. Peut-être est-ce lié ? Ou alors est-ce parce qu’il s’agit DU pays qui compte le plus grand nombre compatriotes, et par voie de conséquence, fait face au plus petit nombre d’étrangers ? Avec 1,3 milliard de Chinois, la Chine n’a à faire face qu’à 6 étrangers par citoyen. Autant dire rien ! Comparez ce chiffre aux 112 étrangers qui menacent et encerclent chaque Français, et vous comprendrez mieux pourquoi on est hystérique ici et flegmatique là…

Force est de le constater : la Chine est le pays où les étrangers sont le mieux traités (bon là c’est fini, vous n’allez plus me croire ni même me lire – cette fois GM-la-provoc’ a dépassé toutes les bornes pourtant assez extensibles du persiflage et les limites bien mal délimitées du sophisme au rabais. J’en conviens volontiers ! Mais laissez-moi encore le bénéfice d’un petit paragraphe, j’essaie de toutes mes forces de me racheter). En Chine on reçoit les étrangers avec une stupéfiante indifférence. Il n’y sont pas traités du tout. On n’y trouve (en général, hein : le pays est grand et tous les cas de figure se produisent à l’occasion) ni cette obséquiosité un peu nourrie d’arrière-pensées qu’on rencontre parfois dans les pays pauvres ou touristiques, qui fait du racisme à l’envers. Où l’on pare l’étranger de toutes les vertus et le compatriote de toutes les verrues. Ni cette condescendante « tolérance » qui dans nos pays accueille l’étranger en lui suggérant de repartir, qui « accepte la différence » tout en le sommant de s’en débarrasser, qui veut « qu’ils s’intègrent » tout en les tenant à l’écart.

brice droitisation

Ni favoritisme, ni ostracisme. Etrangers et concitoyens sont logés (en gros) à la même enseigne : celle du chacun pour soi, certes, celle du capitalisme pur & dur, celle où il n’y a pas vote des étrangers parce qu’il n’y a pas non plus vote des nationaux, celle où il n’y a pas d’assistanat pour les uns parce qu’il n’y en a pas non plus pour les autres.

france-aux-racistes étrangers

Rien de tout ça ici : « Vous êtes étranger ? Grand bien vous fasse, je m’en fous ». Tout au plus cherchera-t-on ici ou là à profiter un peu de votre pouvoir d’achat supposé supérieur à la moyenne en gonflant un peu le prix de départ. Ou de votre infériorité dans la maîtrise de la langue de Confucius pour aménager quelque peu les conditions de la vente. C’est de bonne guerre (économique). Pas de racisme là-dedans, juste un peu d’opportunisme commercial.

Publié dans Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Des racines économiques du racisme

Posté par grosmytho le 3 novembre 2013

Maintenant que je vous ai rappelé l’édifiante histoire de la RDA, rappelons-nous celle, non moins surprenante, de la RFA.

Il y avait autrefois un pays appelé la RFA. Il avait gagné, grâce à ses excellents produits made in Germany, le cœur et l’âme de ses frères ennemis, de l’autre côté du mur. La RDA avait baissé pavillon pour accéder aux précieux Deutsche Mark. Le mur de séparation est tombé, tout le monde est devenu, au terme d’une nuit de liesse, citoyens du même pays, démocratiques, libres et égaux en droit. Happy end ?

Des racines économiques du racisme dans Propagande racisme

Hélas ! On a rapidement découvert que se développait, dans le pays fraîchement réunifié, un racisme aussi ouvert et décomplexé que celui qui sévit aujourd’hui en France. Exactement le même que celui qui s’attaque, chez les Français-ras-le-bol, aux Roms, aux Arabes, aux ‘miséreux-du-monde-qui-viennent-jusque-dans-nos-bras’ etc, etc. Seule petite différence, ce racisme ordinaire, nourri de mépris et de clichés mais n’allant pas jusqu’au passage à l’acte, se dressait contre des personnes qui,  40 ans avant, étaient citoyennes du même pays ! Qui parlaient la même langue ! Séparés par quelques km et un peu plus d’une génération, vous pouviez les entendre lancer des anathèmes style «on ne peut pas les intégrer ! » « ils ne veulent pas s’intégrer ! » « ils menacent l’unité nationale ! ». C’est un peu comme si on voyait les partisans de l’Algérie française d’hier dire aujourd’hui « les Algériens ne seront jamais des Français ». (Ah bon, ils le disent ?)

sondage démocratie dans Psycho

Comme quoi le racisme n’est vraiment pas difficile. Climat propice, terreau nourricier ? Tu parles ! L’intolérance se nourrit vraiment de n’importe quoi. Marx avait raison: c’est la lutte des classes qui détermine tout.

zebres différence dans Socio

Les optimistes diront hourra ! C’est signe que le racisme est avant tout l’expression d’un égoïsme purement économique. Donc relativement facile à résoudre ? Voyez les USA: le racisme a reculé maintenant que les Noirs sont moins pauvres. D’ici que les Chinois et les Africains s’enrichissent un peu, on les aimera mieux?

panda-pas-raciste étrangers

Les pessimistes diront horreur ! C’est donc un ressort qui sera toujours à la disposition des dirigeants machiavéliques, de droite, de gauche, du centre, et des extrêmes ? Valls, Le Pen, Copé, même combat ? On pourra toujours trouver (et notamment à l’intérieur de nos frontières) des pauvres à mépriser, à stigmatiser, à clouer au pilori !

Avouez qu’il est difficile de trouver un pays démocratique où l’immigré n’est pas au centre du débat électoral. De mon côté je n’en vois pas.

discotheque PIB

 

Publié dans Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Souveraineté et compétitivité

Posté par grosmytho le 30 octobre 2013

Il y avait autrefois, il y a fort longtemps, un pays fort lointain, qui a un jour brusquement cessé d’exister. Comment ? Pourquoi ?

Souveraineté et compétitivité dans Emploi communistes-ou-capitalistes-300x124

Il n’a pas été envahi par un voisin belliqueux (son armée était réputée bien entraînée et motivée, équipée de matériel dernier cri). Il ne fut pas non plus noyauté par la CIA (le contre-espionnage de ce pays faisait l’envie et l’admiration des autres pays de la région). En crise économique, ce pays a baissé pavillon. Pas compétitif, il a préféré se suicider.

consommateurs-ou-cons-tout-court chômage dans Propagande

Ses habitants, qui bénéficiaient de l’école, l’université, du logement et de la santé gratuits, n’étaient pas satisfaits. Ils auraient préféré du Coca et de la pornographie payants ! Las, ces biens et services si éminemment désirables & nécessaires, le Parti communiste refusait absolument de les leur fournir. C’est le dilemme de toute société socialiste : ses industries sont peu compétitives et ses produits de consommation, médiocres. On peut à la rigueur les importer, mais l’hémorragie de devises finit par mettre le pays sur la paille. On essaie de les interdire, mais on s’aperçoit qu’on provoque alors une hémorragie de citoyens. Les habitants du pays ont tellement envie de ces babioles qu’ils partent vendre leur âme au capitalisme étranger : déserter, quitter le navire, s’établir à l’étranger, à tout prix, illégalement s’il le faut, quitte à y faire des sales boulots, tout ça pour bouffer avec Ronald McDonald et conduire une bagnole étrangère ! Que voulez-vous, l’être humain est ainsi fait.

capitalistes-ou-communistes démocratie dans Socio

C’est ce qui s’est passé en RDA, puis dans tous les autres pays socialistes d’Europe de l’Est. C’est ce qui se passe à Cuba. Et c’est ce qui se passera, forcément, en Corée du Nord.

developpement-du-nazisme marketing

En Chine, on a trouvé la parade : puisque les citoyens communistes sont prêts à se prostituer et à entrer en esclavage à l’étranger capitaliste, et que l’étranger capitaliste a de moins en moins envie de leur donner des visas, on invite les sociétés étrangères à se délocaliser. Comme ça tout le monde y gagne : le citoyen chinois peut travailler comme un esclave pour Apple et se payer un iPhone comme les prolétaires capitalistes les plus aliénés. Le pays, couvert d’usines à capital et technologie étrangers, devient super-compétitif. Il ne se suicide plus faute de devises étrangères : il les accumule jusqu’à ce qu’un jour, ce soient ses débiteurs qui demandent grâce.

la-finance-en-folie Pavlov

Publié dans Emploi, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Non, la France n’est pas accueillante

Posté par grosmytho le 26 octobre 2013

Je ne sais pas pour vous mais moi, la France, en ce moment me fait gerber. Au lieu de la lettre de Guy Moquêt, au lieu de l’abrutissant discours de la colonisation revue & positivée par Sarkozy, en antidote à la Valls des expulsions, lisez ou relisez les « Propos sur le colonialisme » d’Aimé Césaire (d’une actualité brûlante en 1950 comme aujourd’hui), faites-lui ce dernier plaisir, à lui qui nous a récemment faussé compagnie & nous regarde désormais de là-haut. « Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde ». Un texte féroce qui remue sans pitié nos consciences tranquilles. Un texte qui redéfinit la civilisation avec une impitoyable précision. Il inverse le sens du verbe civiliser. Aimé Césaire – le nègre civilisateur.

Non, la France n'est pas accueillante dans Fiches de lecture aime-cesaire-300x164

Une civilisation moribonde, voilà ce qu’est devenue la France. Sarkozy avait lancé le mouvement, lui, issu de l’immigration et doutant de ses racines, avec sa stupide « Identité nationale ». Valls, immigré de première génération, poursuit sur la même lancée. Admiratif de la stratégie de Sarkozy en 2007, il veut faire pareil en 2017. Et le pire est qu’ils ont raison : les Français sont si faciles à entraîner dans cette galère !

La civilisation est avant tout un mécanisme d’exclusion des non-civilisés. Vous ne me croyez pas ? Ah oui, c’est à cause de ces longs trémolos que l’on lit à longueur de colonne dans la presse ‘rue centrale’ sur ‘la France, terre d’accueil depuis toujours’ ? Ou bien parce que vous vous rappelez ce refrain d’un certain Michel Rocard (sorti de son contexte puis répété depuis, avec la caution morale du vieux, par tous les salopards que compte la politique française !*) : « la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ! ». Que veut-on nous faire croire ? Que nous sommes généreux ? Que nous accueillons les déshérités internationaux en grand nombre ? Lisez si vous en avez le cœur, le rapport annuel de l’OFPRA (Office de protection des réfugiés & apatrides) qui fait état d’une baisse de 50% des demandes (en réalité, des dossiers instruits. Mais admirez au passage la superbe langue de bois) depuis que cet organisme est passé sous la tutelle du nouveau ministère des Expulsions & des Quotas. 50 000 demandes par an environ avant 2005, 25 000 depuis. Et toujours 80% de demandes rejetées… après une instruction qui dure en moyenne un an ! Elle est jolie, la civilisation !

refugies démocratie dans Socio

Mais apparemment, les gens sont d’accord. L’internet passe quasiment sous silence les manifs étudiantes (il est vrai que les étudiants, on les fait manifester chaque année sous des prétextes assez variés, et à chaque fois ils croient que ça va être mai 68) ; en revanche on vous matraque ce sondage : 75% des Français sont favorables à ce que Leonarda reste chez elle. Et dire que Valls venait de parler des Roms, inintégrables et ingérables parce que soi-disant pas scolarisés… Faudrait savoir.

refugies2 différence

 

* Ce que tout le monde a oublié, en citant Rocard, c’est la fin de sa phrase: « … toute la misère du monde, mais elle DOIT faire sa part. »

Publié dans Fiches de lecture, Socio | Pas de Commentaire »

Les parois extérieures de la civilisation

Posté par grosmytho le 23 octobre 2013

La civilisation ! Rentré à Pékin hier de bon matin j’ai rarement éprouvé un tel soulagement de retrouver mes chères pénates d’adoption & pour une fois, ce n’est pas un effet de style : ce week-end je me suis heurté aux limites extérieures de la civilisation.

Ça aurait pu être n’importe où. Ce fut à Novosibirsk où je faisais escale pour aller voir des potes à Tomsk que j’ai, bien malgré moi, fait une visite hors des limites du monde dit civilisé. Des limites, moins géographiques que conceptuelles d’ailleurs, que je viens de sonder pour vous. Figurez-vous que je me lançai samedi, par le vol de minuit, vers une aventure qui aurait bien pu signer la fin de ces petits carnets qui vous amusent tant. Une brève excursion hors de l’atmosphère confinée de la civilisation.

Les parois extérieures de la civilisation dans Propagande novosib

Ah, la civilisation ! Y a-t-il dans les petit Robert et autres Larousse mot plus galvaudé ? Moins compris, plus employé ? Comment la définiriez-vous ?

Un ensemble de valeurs partagées ? La conviction que la vie, la santé et la dignité de l’individu sont au-dessus de tout ? L’égalité des personnes devant le droit, la solidarité entre congénères humains ? Détrompez-vous mes chers amis. Rien de tout cela n’existe dans le monde réel. Ce que nous appelons la ‘civilisation’ n’est en réalité qu’un club de riches dont vous possédez de naissance la carte. Votre vie, votre santé et votre dignité ne sont reconnus qu’en échange d’espèces sonnantes & trébuchantes (ou du moins votre capacité à accéder à celles-ci). Retrouvez-vous comme moi ce samedi dans une ville où vous ne connaissez personne, sans argent, et vous verrez : la civilisation pour vous cesse d’exister. Je vous dis cela sans amertume et sans jugement moral ; mais vous ferez bien, comme moi à l’avenir, d’y regarder à deux fois avant de tenir pour acquise votre appartenance à la civilisation. Ses portes se ferment plus facilement et plus impitoyablement que vous ne le pensez. D’ailleurs si la civilisation s’est construite au fil des siècles, le chemin inverse est infiniment plus rapide : j’ai depuis longtemps la conviction que tout dandy n’ayant pas mangé ni dormi pendant trois jours retrouve sans coup férir les manies et la façon de penser de l’homme des cavernes.

automne-siberien chômage dans SocioL’autre jour je pris donc l’avion pour Novosibirsk, d’où je méditais de rejoindre Tomsk (deux charmantes bourgades sibériennes éloignées de 300 km environ l’une de l’autre) en bus (aucun avion ne connecte Tomsk, sauf à repasser par Moscou – regardez sur une carte, c’est le délire). Bref ; arrivé à six heures du mat’ après une nuit fort courte, je me mis en devoir de pomper un peu de cash au distributeur de l’aéroport. Le cerveau engourdi par le manque de sommeil, j’ai le malheur de composer trois fois un code pin erroné. Et me voilà parti pour des aventures passionnantes : coincé à Novosib, ville d’une glaciale modernitude, sans presque un rond en poche, CB kéblo. Je rejoins le centre ville grâce aux quelques roubles qui traînaient dans mon portemonnaie, j’avise l’hôtel ‘Novosibirsk’ (les noms d’hôtel brillent rarement par leur originalité en Russie : il y en a un qui porte le nom de la ville, un autre celui de la région (Sibir’), le troisième, celui de la rivière ou du fleuve local (l’Ob’) ; les autres ont le choix entre Sovietskaya, Yubileynaya et Tsentralnaya). Je vous passe les tracasseries, démarches, négociations et supplications diverses pour dresser le bilan en début de soirée :

Le verre est à moitié plein parce que :

-j’ai un billet de bus pour Tomsk pour le lendemain ; j’y rejoins mes potes avec qui il y aura moyen de s’arranger

-mon téléphone fonctionne

-je suis en communication avec le Crédit Agricole qui est ouvert -courtesy décalage horaire

-le lobby de l’hôtel est chauffé et fournit le wifi gratos (d’où recherche possible de numéros de téléphone etc).

centre-ville-300x181 démocratie

D’abord amusé par cette situation à la McGiver (ce GM, vous allez me dire, un rien l’amuse) je commence à déchanter alors que je découvre la moitié vide du verre :

-potes absents de chez eux et injoignables au portable (mauvais numéro ?)

-carte bleue bloquée définitivement

-la banque contactée ne peut la remplacer sans que je passe personnellement à l’agence

-l’hôtel ne peut pas me fournir de chambre sans prépaiement

-la Sberbank Novosib ne peut me délivrer de l’argent déposé à la Sberbank Moscou (si, mais ça prend plusieurs jours, c’est le WE, etc)

-je ne connais personne à Novosib

-il fait -5°C dehors (température clémente pour la saison, mais bon).

Tout en hochant la tête en mimant une infinie compassion, les divers membres du chœur de cette tragi-comédie grecque répètent chacun à leur tour et à leur façon le refrain « oui, certainement, je vous comprends, mais malheureusement je ne peux pas vous aider. Essayez de demander à … [votre banque, votre hôtel, etc] ». Sans mettre en doute ma sincérité, ni éluder les conséquences inacceptables de leur refus, tous ces charmants personnages se réfugiaient derrière leur statut de simple rouage d’un système qui les dépasse pour se défausser sur quelque hypothétique tierce personne. Mention particulière au Crédit Agricole dont je dois reproduire ici quelques répliques :

-vous comprenez, ça ne va pas être possible (je les mets en demeure de débloquer immédiatement cette putain de carte), notre système doit assurer la sécurité des dépôts…

-même si cela met en danger la sécurité physique de vos déposants ? sans argent, je suis bon pour passer la nuit dehors, c’est l’hiver, il fait -10°

-ah ben là oui, malheureusement… c’est un cas de figure assez rare…

Ah, la civilisation. Si vous ne pouvez pas vous passer d’elle, sachez qu’elle ne demande qu’à se passer de vous. Il vous suffit de vous retrouver, pour une raison x, y ou z, dans l’impossibilité de prouver votre qualité de civilisé (le solde de votre compte en banque) au moment où cela vous est demandé, pour être aussitôt rejeté comme un corps étranger. Son système immunitaire est réglé de façon à empêcher les intrusions, tant pis s’il faut de temps à autre accepter qu’un passager légitime soit jeté par-dessus bord…

vue-de-la-fenetre-du-8e-300x175 étrangers

Je m’installai donc dans le lobby du fameux hôtel pour profiter des quelques infrastructures gratuites disponibles de jour (chiottes, chauffage, fauteuil, prise de courant, wifi) et donc rester civilisé encore quelques heures avant de me voir signifier par le vigile (qui commence déjà à effectuer des cercles de plus en plus rapprochés autour de mon QG) « vous comprenez Monsieur, ici on fait dans le gîte payant, le camping est interdit ». A tout hasard je dressai la liste des deux bars 24h/24 de la ville en les repérant sur une carte (pas trop loin à pied, je suis au centre ville) où je pourrai éventuellement faire durer trois ou quatre cafés jusqu’au matin. Pas brillant le plan d’action alors que j’ai peu dormi et que je me sens déjà piquer du nez à 10 h du soir. Je crains le moment où il me faudra quitter la tiède quiétude de l’hôtel pour affronter les rues nocturnes. Le plus gros risque étant (paradoxalement peut-être pour vous les civilisés?) la police. Police qui trouve sa pitance dans les situations semi-légales (pas d’enregistrement du lieu de villégiature) et difficilement explicables (« comment ça sans un sou en poche ? un grand étranger comme vous ? allons au poste voir ça si vous voulez bien »). Et donc écume tous les endroits chauffés et gratuits de la nuit (halls de gare, etc) à la recherche de cas sociaux à détrousser.

Ici comme chez nous, la civilisation est avant tout un mécanisme d’exclusion des non-civilisés.

Allez, je vous fais l’épilogue, je vous vois prêts à tourner de l’œil ! Je finis par téléphoner systématiquement, par ordre alphabétique, à tous mes potes, collègues, etc susceptibles d’avoir un contact local. A la cinquième tentative, je fais mouche : mon ancien collègue m’indique l’adresse de sa vieille mère qui (coup de bol) habite à deux pas de là. Pendant que j’affronte le blizzard et que je tourne autour des patés de maisons identiques à la recherche du bon pod’ezd, il l’appelle pour l’enjoindre de m’ouvrir la porte et de me soigner comme si j’étais son propre fils retrouvé après une longue absence : douche, repas, plumard, tout. Ah, chère Raissa Emelyanovna ! Si vous saviez : ce soir-là, à vous seule, vous avez remplacé pour moi toute cette saloperie de civilisation.

En guise de morale de cette brève nouvelle, cette traduction approximative d’un proverbe russe : « aie cent poteaux, pas cent euros » (ça rime en russe aussi).

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Gros Mytho sauve la Syrie et distribue les Nobel !

Posté par grosmytho le 13 octobre 2013

On n’y croyait plus ! Gros Mytho avait-il disparu de la circulation, mystérieusement enlevé par les sbires de la DGSE aux ordres de la NSA ? Avait-il succombé à un AVC du nourrisson, comme son médecin l’en avait prévenu au vu de son embonpoint (BMI 31 tout rond) et son addiction aux oursons multicolores en gélatine de porc ? Pire ! Cent fois pire ! C’est bien simple, vous n’allez pas me croire ! Enfin si l’explication ci-dessous n’a pas l’heur de vous plaire, contentez-vous d’une des deux précédentes. Et pourtant ce qui suit est la pure vérité vraie.

Gros Mytho sauve la Syrie et distribue les Nobel ! dans Propagande groooos-mytho-300x126

Figurez-vous que je reçois l’autre jour un coup de fil de M. Poutine, Vladimir, en personne. J’étais aussi surpris que vous, croyez-moi, mais il semblerait que ce soit son pote Assad, Bachar-el, qui lui ait recommandé de m’appeler. Il faut dire que depuis que j’ai sauvé la Syrie d’une intervention éléphant-dans-un-magasin-de-porcelainesque …

oursons-de-gelatine-300x199 drone dans Propagande

Ah oui, je m’aperçois que vous avez loupé quelques épisodes. Bref je résume ces dernières semaines d’absence en quelques lignes. Vous vous rappelez cet article estampillé GM qui préconisait d’essayer sur la Syrie la diplomatie du 4×4, eh bien figurez-vous qu’il n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde (la NSA étant réputée pour l’extrême finesse de ses oreilles) !

 

Recueillie, décryptée, traduite, résumée, ma bafouille avait fini par atterrir sur le bureau de John Kerry le 23 août (un peu plus de deux mois donc après sa publication). Et ledit John sembla trouver l’idée simple et géniale, puisqu’il s’empressa de concocter une note à l’attention de sa chef de cabinet pour en évaluer la faisabilité. Parallèlement, il en touchait un mot à son chef, M. Obama, pour  lui demander d’attendre les résultats de l’étude de faisabilité avant de déclencher l’opération « Flying Carpet Bombing » (bombardement de Damas aux sous-munitions et au phosphore) en riposte à la ligne rouge qui venait d’être franchie toutes sirènes hurlantes par on-ne-sait-pas-trop-qui-ni-quand. Bref, Barack promet à John de faire patienter le monde qui retient son souffle, et surtout le petit Français rondouillard qui, au lieu de traîner les pieds comme d’habitude à l’annonce d’une nouvelle aventure militaire, semble au contraire piaffer et trépigner d’impatience, voire même à menacer d’y aller seul.

Malheureusement, l’étude de faisabilité a donné des résultats plus que mitigés. Si GM et Chrysler se montraient enthousiastes et prêts à fournir des guimbardes de qualité en quantités industrielles, les militaires quant à eux faisaient la tronche et refusaient tout net (sous divers prétextes plus alambiqués les uns que les autres) de prêter les avions gros porteurs nécessaires à l’opération. A les en croire, la diplomatie du 4×4 n’annonçait rien de bon, on risquait de se voir aspiré dans une spirale incontrôlable de violence et de surenchère, la démocratie pouvait tarder à émerger du processus, bref on prenait, enfin, des risques inconsidérés à jouer comme ça les apprentis-sorciers dans une région aussi stratégique et instable. Alors que la diplomatie de la canonnière, convenons-en, est parfaitement rodée et maîtrisée, elle a fait ses preuves.

Bref, le 28 août, la décision a été prise de temporiser et de freiner les ardeurs de François-je-vais-punir-la-Syrie.

Pendant tout ce temps, les émissaires de John Kerry me bombardaient d’e-mails (heureusement pas avec des drones Predator) pour me demander des détails et des suggestions de présentation pour cette fameuse « diplomatie du 4×4 ». Je me fendais donc de petits modes d’emploi marketing format powerpoint quasiment quotidiens (je voudrais bien les mettre en ligne, mais bon, pour ma sécurité personnelle je préfère attendre l’avis de déclassification par le Pentagone, ce qui risque de prendre quelques années), ce qui explique mon manque de temps pour alimenter votre blog préféré.

ppt-4x41-300x208 marketing

 

 

Mais bon, depuis qu’Assad a obtenu le prix Nobel de la paix (enfin pas lui mais presque : ceux qui supervisent la destruction de l’arsenal chimique syrien), évidemment, toute l’administration Obama est fumasse et je crains que ma brillante idée des 4×4 parachutés sur Damas ne soit enterrée pour de bon. Vladimir, lui, m’appelait pour savoir si je pouvais lui obtenir le prochain Nobel de la paix. Je lui ai dit que non, à moins qu’il ne se décide à bombarder massivement la Syrie et l’Iran. Il m’a dit qu’il allait y réfléchir, mais je crois que là non plus il n’y a pas beaucoup d’espoir.

poutine-telephone Nobel

Enfin à quelque chose malheur est bon : je retrouve mon blog et on repart de plus belle. D’ailleurs comme je me relocalise à Pékin, attendez-vous à y trouver de succulentes news laquées.

Publié dans Propagande | Pas de Commentaire »

La Grèce: le problème et la solution

Posté par grosmytho le 12 octobre 2013

La presse s’en désole à longueur de colonne, les politiciens s’en alarment, les observateurs nous mettent en garde contre les risques de « dérive populiste ». Mais le phénomène est là : la déception vis-à-vis de la politique est générale.

C’est vrai qu’il est difficile de ne pas le constater : à droite comme à gauche, alternatifs ou républicains, tous pourris, tous corrompus, tous incompétents. D’élection en élection, le bon peuple cherche sans le trouver, en y croyant de moins en moins, l’homme (ou la femme) providentiel(le). Mais au plus tard depuis 2012, on sait que la droite et la gauche s’alignent sur la même politique dès qu’elles accèdent au pouvoir. Pépère, au désespoir de sa plongée dans les sondages, fait du super-Sarko : retraites, impôts, répression des migrants, en tout il surpasse son maître, faisant le désespoir de la gauche (ça se comprend) et suscitant les sarcasmes de la droite (l’ingrate, au lieu de dire merci). En désespoir de cause, le malheureux Hollande qui fait l’unanimité contre lui se décide à presser, pour la seconde fois, le bouton « petite guerre victorieuse ». Hélas ! Obama n’a pas donné le feu vert, et sa petite guerre lui a pété à la figure. Heureusement, l’écrivain grec Makis Malafekas lui suggère la solution : lisez ici, c’est génial. La Grèce: le problème et la solution dans Eco greek-protest

Le désespoir des électeurs se tourne dans tous les sens pour chercher des pistes. Il y a ceux qui sont séduits par les franges : Mélanchon  d’un côté, Le Pen de l’autre, ceux-ci jurent leurs grands dieux qu’ils n’ont rien à voir avec l’ « UMPS ». D’autres se réfugient dans l’abstention. Ou le vote blanc. Il y a ceux aussi qui explorent l’utopie (écolos, greek-demonstration-300x112 démocratie dans Fiches de lecturealtermondialistes). Mais toutes ces alternatives ont le même problème : des leaders dont on voit déjà (avant même de les mettre au pouvoir) qu’ils seront plus faibles et plus incompétents encore que ceux qu’on a déjà. Mais tous comprennent que le casse-tête est insoluble.

manif-grece philosophe dans Propagande

Pourquoi ? Pourquoi, du moment que nous jouissons d’un système démocratique, « le pire des systèmes à l’exception de tous les autres », n’arrive-t-on pas à trouver des dirigeants capables/désireux de résoudre les problèmes ?

Un problème qui n’a pas de solution est un problème mal posé. Puisqu’il est impossible (et pour cause) de trouver la personne parfaite qui rachèterait tous les défauts du système, peut-être est-il temps de réfléchir à une refonte de ce système ?

C’est ce que propose Etienne Chouard. Regardez ce cours sur Youtube (il y en a plein d’ailleurs), où il analyse les systèmes qui, depuis la démocratie athénienne jusqu’à la Révolution française, ont cherché à organiser la prise de décision collective. Il revient sur l’origine grecque des termes (démocratie, ostracisme, oligarchie, aristocratie) que l’on emploie sans cesse et qui peu à peu ont changé de sens, jusqu’à prendre un sens contraire à celui d’origine. Une sorte de novlangue que notre oligarchie utilise pour nous berner.

Etudions la Grèce au lieu de la villipender. C’est là-bas que se produisent toutes les catastrophes qui nous menacent. C’est peut-être aussi là-bas qu’on trouvera les solutions.

 

Publié dans Eco, Fiches de lecture, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

1...345678
 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2