• Accueil
  • > Recherche : drone predator

Résultats de votre recherche

Gros Mytho sauve la Syrie et distribue les Nobel !

Posté par grosmytho le 13 octobre 2013

On n’y croyait plus ! Gros Mytho avait-il disparu de la circulation, mystérieusement enlevé par les sbires de la DGSE aux ordres de la NSA ? Avait-il succombé à un AVC du nourrisson, comme son médecin l’en avait prévenu au vu de son embonpoint (BMI 31 tout rond) et son addiction aux oursons multicolores en gélatine de porc ? Pire ! Cent fois pire ! C’est bien simple, vous n’allez pas me croire ! Enfin si l’explication ci-dessous n’a pas l’heur de vous plaire, contentez-vous d’une des deux précédentes. Et pourtant ce qui suit est la pure vérité vraie.

Gros Mytho sauve la Syrie et distribue les Nobel ! dans Propagande groooos-mytho-300x126

Figurez-vous que je reçois l’autre jour un coup de fil de M. Poutine, Vladimir, en personne. J’étais aussi surpris que vous, croyez-moi, mais il semblerait que ce soit son pote Assad, Bachar-el, qui lui ait recommandé de m’appeler. Il faut dire que depuis que j’ai sauvé la Syrie d’une intervention éléphant-dans-un-magasin-de-porcelainesque …

oursons-de-gelatine-300x199 drone dans Propagande

Ah oui, je m’aperçois que vous avez loupé quelques épisodes. Bref je résume ces dernières semaines d’absence en quelques lignes. Vous vous rappelez cet article estampillé GM qui préconisait d’essayer sur la Syrie la diplomatie du 4×4, eh bien figurez-vous qu’il n’est pas tombé dans l’oreille d’une sourde (la NSA étant réputée pour l’extrême finesse de ses oreilles) !

 

Recueillie, décryptée, traduite, résumée, ma bafouille avait fini par atterrir sur le bureau de John Kerry le 23 août (un peu plus de deux mois donc après sa publication). Et ledit John sembla trouver l’idée simple et géniale, puisqu’il s’empressa de concocter une note à l’attention de sa chef de cabinet pour en évaluer la faisabilité. Parallèlement, il en touchait un mot à son chef, M. Obama, pour  lui demander d’attendre les résultats de l’étude de faisabilité avant de déclencher l’opération « Flying Carpet Bombing » (bombardement de Damas aux sous-munitions et au phosphore) en riposte à la ligne rouge qui venait d’être franchie toutes sirènes hurlantes par on-ne-sait-pas-trop-qui-ni-quand. Bref, Barack promet à John de faire patienter le monde qui retient son souffle, et surtout le petit Français rondouillard qui, au lieu de traîner les pieds comme d’habitude à l’annonce d’une nouvelle aventure militaire, semble au contraire piaffer et trépigner d’impatience, voire même à menacer d’y aller seul.

Malheureusement, l’étude de faisabilité a donné des résultats plus que mitigés. Si GM et Chrysler se montraient enthousiastes et prêts à fournir des guimbardes de qualité en quantités industrielles, les militaires quant à eux faisaient la tronche et refusaient tout net (sous divers prétextes plus alambiqués les uns que les autres) de prêter les avions gros porteurs nécessaires à l’opération. A les en croire, la diplomatie du 4×4 n’annonçait rien de bon, on risquait de se voir aspiré dans une spirale incontrôlable de violence et de surenchère, la démocratie pouvait tarder à émerger du processus, bref on prenait, enfin, des risques inconsidérés à jouer comme ça les apprentis-sorciers dans une région aussi stratégique et instable. Alors que la diplomatie de la canonnière, convenons-en, est parfaitement rodée et maîtrisée, elle a fait ses preuves.

Bref, le 28 août, la décision a été prise de temporiser et de freiner les ardeurs de François-je-vais-punir-la-Syrie.

Pendant tout ce temps, les émissaires de John Kerry me bombardaient d’e-mails (heureusement pas avec des drones Predator) pour me demander des détails et des suggestions de présentation pour cette fameuse « diplomatie du 4×4 ». Je me fendais donc de petits modes d’emploi marketing format powerpoint quasiment quotidiens (je voudrais bien les mettre en ligne, mais bon, pour ma sécurité personnelle je préfère attendre l’avis de déclassification par le Pentagone, ce qui risque de prendre quelques années), ce qui explique mon manque de temps pour alimenter votre blog préféré.

ppt-4x41-300x208 marketing

 

 

Mais bon, depuis qu’Assad a obtenu le prix Nobel de la paix (enfin pas lui mais presque : ceux qui supervisent la destruction de l’arsenal chimique syrien), évidemment, toute l’administration Obama est fumasse et je crains que ma brillante idée des 4×4 parachutés sur Damas ne soit enterrée pour de bon. Vladimir, lui, m’appelait pour savoir si je pouvais lui obtenir le prochain Nobel de la paix. Je lui ai dit que non, à moins qu’il ne se décide à bombarder massivement la Syrie et l’Iran. Il m’a dit qu’il allait y réfléchir, mais je crois que là non plus il n’y a pas beaucoup d’espoir.

poutine-telephone Nobel

Enfin à quelque chose malheur est bon : je retrouve mon blog et on repart de plus belle. D’ailleurs comme je me relocalise à Pékin, attendez-vous à y trouver de succulentes news laquées.

Publié dans Propagande | Pas de Commentaires »

Mea Culpa

Posté par grosmytho le 10 juin 2013

Les blogs : théatres de toutes les passions ! On y expose avec gourmandise ce qui fait le sel de notre vie, on y échange recettes de cuisine et recettes contre le lumbago. On s’y extasie de telle saillie et on s’y indigne de telle bassesse. Terrain de chasse des trolls qui batifolent sur les fora pour y secréter qui leur bile, qui leur venin et qui leur mal-vivre… Et puis on trouve aussi des empoignades pour la juste cause, celles qui opposent d’ardents défenseurs de la pureté syntaxicale, également convaincus de leur bon droit et de la fiabilité de leurs sources.

La controverse du moment, celle qui fait le plus couler l’encre, crépiter les claviers et mousser la salive, c’est celle qui oppose les tenants d’ « au temps pour moi » aux partisans d’ « autant pour moi ».

Il faut avouer que les arguments des uns et des autres, mille fois ressassés avec plus ou moins de talent et de passion par leurs défenseurs, ne manquent pas de piquant. Malheureusement, ils sont dans l’erreur, les uns comme les autres. La victime en est cette charmante formule d’excuse par laquelle le coupable se signale avec élégance et endosse, sans exagération grotesque, la responsabilité d’une petite erreur personnelle et les légères conséquences négatives qui s’appliquent au groupe. Plus précis et plus sophistiqué que « Oooooops! »; moins ampoulé que « Mea maxima culpa ».

Rappelons les positions des uns et des autres. Pour les premiers, l’origine de l’expression est musicale : alors qu’un orchestre ou un groupe répète un morceau, il peut arriver que l’un des exécutants fasse une fausse note, obligeant le groupe à reprendre. « Au temps pour moi » signifie donc « Revenons au temps précédent par ma faute ». Pour les seconds, l’expression tire son origine des exercices militaires et des punitions collectives qui de tout temps ont été le ciment de l’esprit de corps. « Autant pour moi » est la formule d’excuse du troufion qui, par son retard ou son épuisement, fait rater un exercice au groupe et éructer l’adjudant « vous m’en remettrez autant ! » (c’est-à-dire « recommencez depuis le début »).

Malheureusement ces deux interpréations sont aussi fausses l’une que l’autre. La vraie expression est d’origine à la fois musicale et militaire, et elle s’épelle : « Otan pour moi ».

L’Otan (Organisation des Territoires de l’Atlantique Nord) est cette organisation militaire, financée par vos impôts et encouragée par votre silence, qui a pour vocation d’aller chercher querelle à des populations lointaines, d’asticoter les têtes brûlées et de nous maintenir dans un état de semi-guerre permanente. De diffuser la petite musique martiale, voire parfois de battre carrément le tambour, de sonner l’alerte permanente et parfois de faire retentir le chant des morts…

Elle prend son origine dans l’expression de regret modéré que pousse le pilote de drone lorsqu’il vient de larguer une bombe sur un mariage en Afghanistan, ou que le missile qu’il a tiré au Pakistan sur un terroriste fait s’effondrer un immeuble entier. « Otan pour moi » exprime le léger picotement au coeur qu’éprouve le défenseur des valeurs occidentales devant la bavure dont lui seul est le témoin, à dix mille kilomètres de distance, et qui déjà est absoute et excusée par sa hiérarchie.

« Otan pour moi » exprime le très léger relent de dégoût du civil occidental qui sait, mais fait de son mieux pour oublier, qu’il finance par ses impôts et encourage par son silence, ces crimes de guerre aux quatre coins du globe.

Mea Culpa dans Propagande reaper_drone-300x266 predator-300x240 drone dans Propagande

Publié dans Propagande | Pas de Commentaires »

 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2