Le centenaire encore vert

Posté par grosmytho le 11 novembre 2018

Je ne peux pas me retenir d’un petit coup de chapeau aux organisateurs des célébrations du centenaire de la fin de la Grande Guerre. Oui, je sais, Gros Mytho est plus connu pour sa plume acerbe, voire vitriolée, que pour les félicitations qu’il décerne avec une parcimonie confinant à l’avarice.

Macron inaugure les chrysanthèmesL’organisation était impec’. Macron a dignement inauguré les chrysanthèmes ; Merkel, avec sa mine de circonstance, célébré la défaite de son pays, en attendant celle de son parti. Netanyahou était là, se demandant un peu pourquoi sans doute ; Poutine, Erdogan, habituellement boudés, étaient cette fois invités. Le protocole a été respecté.

J’imagine que cela n’avait rien de facile ; il a fallu accommoder 72 des plus gros egos de la planète, d’où défi protocolaire en cascade ! Et puis, accorder les violons de leurs services de sécurité respectifs (enfin surtout celui des Américains qui comme d’hab’ ont effectué une sorte de reconstitution du D-Day avec tanks blindés, hélicos et tout le tintouin !) avec le dispositif national qui lui aussi se devait d’être à la hauteur… Enfin, proposer à tous un programme millimétré à la seconde près pour permettre trognes de circonstance (on commémore tout de même quelques millions de morts occidentales, en plus des autres), rencontres informelles entre personnes qui officiellement ne se causent pas, et ateliers susceptibles de justifier à la maison le déplacement de toute cette armada de luxe…

Bravo donc les organisateurs ; les quelques inévitables mini-couacs ont hollande sorcier de la pluieété habilement évités ou minimisés, comme lorsque le micro présidentiel refusa tout net de transmettre ubi et orbi les plates évidences idéalement calibrées qu’il avait prévu de nous asséner, un petit ramasseur de balles de Roland Garros était là pour lui proposer un micro de secours. Ou comme la pluie qui innonda la cérémonie malgré l’absence de François Hollande qu’on avait eu soin de tenir à distance respectable, à Tulle, pour essayer de conjurer le sort… Pas assez loin ! Quid du Sahel ? Le Blanc-qui-fait-pleuvoir y serait accueilli en héros, enfin !

le défiléComme l’a dit si justement Karl Marx, l’histoire se répète toujours, la première fois comme tragédie, et la seconde comme farce. Ce n’est pas la faute des organisateurs qu’on a été obligé d’assister, en cette période d’avant-guerre, à quelques détails grotesques. C’est celle du monde dans lequel nous vivons, qui n’est pas le pire, mais certainement pas non plus le meilleur des mondes possibles. Il y a cent ans, pendant que les Poilus pataugeaient dans la boue glacée et disputaient leur rations aux rats « gros comme des chats », Paris se livrait aux voluptés des Années folles, avec spectacles extravagants, strip-tease et champagne. La tradition a été dignement reprise avec la concurrence féroce des premières dames internationales pour la plus haute marche du podium… de la haute couture, qui arborant un tailleur Chanel et qui une guêpière Dior, qui son carré Hermès et qui son ensemble Givenchy ! Bon, heureusement leurs maris ne furent pas en reste lors du déjeuner et du dîner… si la presse a beaucoup glosé sur les « pommes de terre de la Somme » censées rappeler (sous une forme désamorcée, inoffensive) le rata des Poilus, elle a le plus souvent passé sous silence les grands crus qui l’accompagnaient et le champagne du dessert…

la foule des chefs d'etatCe n’est pas la faute des organisateurs, c’est juste le monde qui est comme ça… Les bus étaient là, prêts à accueillir les invités de marque pour les conduire à l’Elysée. Sauf évidemment Donald Trump, qui ne prend pas les transports en commun comme le vulgus pecum, lui ! Qui opte bien sûr, pour franchir le kilomètre et des poussières qui le sépare du déjeuner, pour son convoi blindé digne du Paris-Dakar. Ni évidemment Vladimir Poutine, incapable de se contenter du bus si le président américain ne se plie pas à l’exercice !

L’histoire ne dit pas quel sort le 45e président des USA a réservé à la porcelaine de Sèvres après les banderilles macroniennes de l’Arc de Triomphe : « le nationalisme est le contraire du patriotisme » avait-il asséné sans avoir l’air d’y toucher, un peu après la tirade sur « ceux qui optent pour le protectionnisme et le repli sur soi » ; espérons qu’elle était bien assurée, vu le caractère ‘taureau dans un magasin de porcelaine’ de Donald. Espérons surtout que l’ami américain portait bien son oreillette pendant le discours et qu’il a pu réceptionner une petite part au moins de l’émouvante évocation par M. Macron des « pères, des mères, des veuves, des sœurs, des fiancées » des millions de victimes du conflit. C’est à ce moment que l’on n’a pas pu s’empêcher de ressentir cette vérité trop évidente pour être généralement formulée : de tous les personnages présents, c’est bien lui le représentant de la nation va-t-en guerre, celle pour qui la guerre est avant tout une opportunité commerciale et un marché de reconstruction, celle où l’on n’imagine pas les affres du pays dévasté, occupé, asservi, amputé. Celle pour qui le summum de l’horreur et de l’injustice reste l’effondrement de deux immeubles. Celle où l’on croit par conséquent volontiers que la solution la plus efficace à tout différend international se trouve embarquée dans les flancs d’un drone ReaperTRump au cimetière

C’est peu probable. Si bien qu’on peut à peine lui reprocher d’avoir préféré s’échapper et couper court au Forum sur la paix, où on allait à nouveau le bombarder de remarques désobligeantes et de piques plus ou moins subtiles… lui préférant le silence approbateur des tombes du cimetière militaire US.

S’il est resté stoïque jusqu’au bout des cérémonies, le « chef du monde libre » a éloquemment montré par son langage corporel à quel point il se faisait tartir, assis au milieu de ces Européens si compliqués, à écouter leurs discours polyglottes et à assister aux danses des collégiens et aux concerts de musique classique. Les téléspectateurs, eux, ont eu droit à quelques petites digressions, principaFemenlement basées sur de magnifiques photos d’époque… et puis aussi sur l’inqualifiable agression de trois Femen à son encontre. Chose incroyable pour moi qui suis habitué aux news russes ou chinoises : non seulement l’incident non prévu au protocole n’a pas été gommé du journal de treize heures qui lui a consacré plusieurs minutes, mais en plus les seins nus n’étaient pas floutés. Habileté diabolique ? C’est en réalité le meilleur moyen pour empêcher qu’on lise les revendications pacifistes que ces terribles femelles s’étaient barbouillées sur le torse !   

Trump l'enfumeurLe festival des métaphores involontaires et des incidents lourds de sous-entendus ne s’est pas achevé avant la dernière minute des célébrations : alors que Trump faisait ses adieux à l’hôte des lieux, et que la limousine présidentielle blindée enfumait la cour de l’Elysée, multipliant à l’infini les allusions et les sous-entendus tragi-comiques. Comme pour faire un sympathique petit « fuck you » d’adieu à la capitale de la COP21 ! Comme pour suggérer que les désormais premiers producteurs mondiaux de pétrole grâce au gaz de schiste peuvent bien se permettre d’afficher leur gaspillage comme des sheiks d’Arabie Saoudite ! Ou comme pour abaisser un gentil écran de fumée sur les intentions et les impulsions du flamboyant président américain… 

Publié dans Non classé, Politique, Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Si c’était à refaire…

Posté par grosmytho le 4 novembre 2018

Qui nous débarrassera de ces deux inséparables ? Désormais c’est l’une contre l’autre. Tout contre, pour paraphraser Sacha Guitry. Ségolène publie un livre où elle décrit le quinquennat Hollande tel qu’elle l’a cauchemardé. Réponse méritée à François qui tantôt décrivait son quinquennat rêvé… Leçons du pouvoir : à un espace, un s et une cédille près, on serait d’accord avec lui. Malheureusement la cédille est là, le s aussi, et l’espace manque.   

Le con du pouvoirSon livre propose deux choses : la première lisible dans les lignes, l’autre lisible entre les lignes. Le texte officiel, c’est un autosatisfecit. Les réformes courageuses, il les a menées à bout, les réformes importantes aussi, et les impopulaires, il ne s’y est pas dérobé. La leçon du pouvoir est simple : le meilleur président est celui qui laisse le pays en meilleur état qu’il ne l’a trouvé. Et, doit-on comprendre, qui laisse à son successeur paresseux et pusillanime la joie de tirer les marrons du feu : chômage enfin en [très légère] baisse, déficit en-dessous des 3%, des régions compétitives, etc (pas la Coupe du monde, qui n’était pas encore gagnée au moment de mettre sous presse !). Pour les durs de la comprennette, il enfonce le clou : « Je ne me plains pas que ces fruits péniblement acquis, ce soit Emmanuel Macron qui les récolte » (enfin un peu quand même).

Il s’explique sur l’apparente contradiction entre le fameux ‘Discours du Bourget’ et son programme : « j’ai déjà mon idée. Je l’ai formulée dès le discours du Bourget. Le désordre européen est trop périlleux pour que la France ne prenne pas les mesures nécessaires, fussent-elles difficiles. Nous mangerons d’abord notre pain noir. Une fois le redressement accompli, nous procéderons aux redistributions attendues. » Et puis, évidemment, le redressement prend un tout petit peu plus longtemps que prévu, et les mesures de gauche passent à la trappe… Comprenez : ça n’enlève rien à mon mérite.Résultat de recherche d'images pour "consigne de vote hollande au premier tour mai 2017"

En filigrane, subtile, flotte l’idée qu’il a eu bien tort de ne pas se représenter, et que finalement, 2023, ce n’est pas si loin que ça, il n’y aura pas besoin de le supplier longtemps pour qu’il décide de s’y recoller (il paraît qu’il était prévu d’intituler ce pavé Si c’était à refaire…).

François Hollande l’incompris… Il revient avec amertume sur « l’acharnement moutonnier » des journalistes contre lui. « Le succès éditorial supposait de me représenter avec une montre à l’envers, le cheveu décoiffé, le regard perdu ou la cravate de travers. » En effet. Difficile de ne pas constater, par contraste, le culte de la personnalité que la presse réserve à Jupiter… « Dans le livre-déballage du linge sale Un président ne devrait pas dire ça (il paraît que le titre original était Hollande devrait fermer sa gueule) on découvrait avec stupéfaction le Tartuffe de l’Elysée, son incompétence éternellement satisfaite, ses étonnements naïfs sur la méchanceté du monde, ses hargnes aussi soudaines que sans objet…

Amer, il ressasse les mensonges officiels qu’il a clairement assimilés au point d’y croire sur le terrorisme et la politique étrangère de la France. Amertume contre le « revirement d’Obama » qui devait autoriser le bombardement de la Syrie fin août 2013… bizarre : si c’est l’Amérique qui autorise et interdit, si notre diplomatie et notre politique étrangère ne nous appartiennent pas, si nous ne faisons qu’exécuter les ordres d’Obama, pourquoi s’occuper de juger de ce qui est bien et mal ? Si l’on n’est pas responsable, à quoi bon se tourmenter sur les conséquences de nos actes ? Ainsi qu’il ressortait déjà du livre de Davet et Lhomme, François fait sienne la délirante « théorie de la radicalisation » que personne de sérieux ne pouvait prendre au sérieux. « Le processus de radicalisation n’est pas continu. Il peut être très rapide (…) mais il est souvent progressif (…) favorisé par l’adhésion au salafisme, par la fréquentation de leaders engagés depuis longtemps dans le prosélytisme islamiste dans les quartiers, dans les mosquées ou en prison. » Tout de même, il avoue en sourdine que « notre intervention au Mali » et « notre engagement en Syrie » pouvaient avoir un rapport de cause à effet, éloigné, ténu, bien sûr, avec les violences qui parfois s’exercent ici ou là contre nos ressortissants… Un rapport qui bien sûr ne pourra pas entraîner le moindre ralentissement de nos actes de guerre humanitaire !

il a un don

Réécriture du quinquennat ? Les dix-huit chapitres intitulés chacun d’un verbe retracent pourtant (inconsciemment ?) la descente aux enfers que fut la présidence Hollande : après la tonalité majoritairement active, positive des premiers (présider, décider, voyager, vivre, choisir), la seconde moitié comprend surtout des verbes négatifs (regretter, punir, rompre, renoncer…) Le livre se termine sur un bien mièvre ‘espérer’… Qu’espère François Hollande pour la France ? Pour sa postérité personnelle ? Pas grand-chose, si l’on en juge par la volée de bois vert qu’il assène à son successeur en guise de plan média pour la sortie de son opus…

Le livre reprend et développe l’incroyable « Macron m’a trahi ». On reste submergé, épaté, bluffé par la mauvaise foi hollandaise : non seulement l’ennemi de la finance a nommé le financier au gouvernement ; une fois déclaré son renoncement à se présenter, une fois décrété le refus de Macron à se plier à la discipline de la primaire, il accable Hamon de camouflets méprisants et tire à boulets rouges sur la gauche et Mélenchon. Dignité présidentielle, me direz-vous ? Dès le soir du premier tour il monte au créneau pour soutenir, sans ménager ses grimaces ni ses déhanchements, le « traître » MacronRésultat de recherche d'images pour "consigne de vote hollande au premier tour mai 2017"

François Hollande, c’est le digne élève de Mitterrand : la trahison comme art et comme mode de vie. Après avoir trahi ses engagements puis nommé de nouveaux traîtres de classe à sa succession, il trahit ses successeurs en dénonçant leur action qui s’inscrit pourtant dans la continuité de la sienne. Après avoir servi Mitterrand, l’ancien ministre vichyste qui livra le pays à la finance, il aura fait la courte échelle à Macron, le banquier thatchéro-reaganien dissimulé sous la même pelisse socialiste que lui. Macron est un Hollande qui ose. Trahi, François Hollande ? Seulement par lui-même.  

Ennuyeuse, prévisible, cette autobiographie constitue un document historique précieux. Elle documente l’ampleur du malentendu entre un président qui observe dans le rétroviseur le pays des « sans-dents » et la France réelle livrée au hollandisme décomplexé.

Publié dans Fiches de lecture, Politique, Propagande, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

L’exception médicale, maintenant!

Posté par grosmytho le 20 juin 2013

Vous voyez bien qu’Hollande a des couilles au cul ! Seul contre tous, contre les Etats-Unis ET contre les Euro-désunis, il a défendu l’exception culturelle. Bravo ! Second sujet d’admiration pour le bonhomme qui signe tout de même, après le mariage gay, son second but en or.

C’est pas Sarkozy l’Américain qui aurait fait ça. Nos amis qui nous veulent du bien sont furax: Hollande résiste aux lobbies du tout-commercial (pour les mauvaises raisons, mais ça n’enlève pas tout à son mérite). Les mauvaises raisons ?

L’exception culturelle est la tentative d’ériger un mur protectionniste pour TF1, Doc Gynéco et Gaumont contre le rouleau-compresseur des séries TV, de Lady Gaga et de Hollywood. Si c’est ça la culture, me direz-vous… Mais bon, il y a des bénéficiaires collatéraux, Rimbaud, Berlioz, Truffaut.

Que devrait être l’exception culturelle ?

L’exception culturelle, au-delà de la protection des bénéfices de Bouygues et de Luc Besson, devrait être la conviction que certaines valeurs se situent hors du champ d’action de l’offre et de la demande. Que ce qui relève de la culture nationale ne peut pas être livré à la loi de la jungle du marketing.

L'exception médicale, maintenant! dans Propagande cocktail-medical

Qu’est-ce que le marketing ? La science appliquée du consommateur. La géographie des motivations et l’histoire des désirs, la cartographie des besoins et la chorégraphie de la vente. C’est la technique qui vend des frigos aux Eskimos et des capotes aux cathos.

Ancien marketologue, j’ai mon point de vue sur la question. J’ai dit marketologue, pas marketeux. Marketologue, j’ai été de ceux, je n’en tire aucune fierté, qui mesurent l’ampleur des dégâts. A ne pas confondre avec les marketeux, qui les occasionnent. Les seconds sont mieux payés que les premiers, ce dont ils sont très fiers. Les premiers sont moins coupables que les seconds, ce dont ils tirent une sorte de justification morale. Bref, j’ai baigné dans ce milieu et j’en connais les ficelles.

Certains produits sont un défi au marketeux (les frigos, les capotes), tandis que d’autres sont presque trop faciles à vendre (les petits pains, les iPhones). Le marketing est la science qui monnaie le désir. On comprend que la culture doit, le moins possible, être lâchée dans la fosse aux lions du privé, mais au contraire être disséminée le plus largement et le plus également possible au public. En exagérant à peine, disons que la culture doit être un service public.

Bien joué Pépère ! A l’étape suivante maintenant !

L’étape suivante ? L’exception médicale. La médecine doit soigner les gens indépendamment de l’épaisseur de leur portefeuille. Soumettre la médecine, comme on commence chez nous et comme on achève de le faire aux USA, aux lois du marketing, c’est non seulement bête mais criminel. C’est creuser le déficit de la Sécu au profit des labos et au détriment de la santé publique.

Le marketing des labos cherche, trouve et applique le prix psychologique (celui que le malade est prêt à payer pour guérir) là où devrait s’appliquer le coût de revient (ce que coûte effectivement le remède). C’est faire légal ce qui est immoral. C’est donner le droit aux pharmaceutiques de dire « le marché du cancer est en plein développement ». C’est en fait confondre (avec un peu de mauvaise foi) un besoin avec une demande.

La loi du marché est ici distordue, parce que la peur de mourir est une motivation plus puissante encore que celle de posséder le plus gros 4×4. Le pouvoir du labo bardé de brevets est trop disproportionné par rapport à celui du patient. fabirque-malades culture dans SocioLe malade paiera ce qu’il faudra (par l’intermédiaire des assurances qui augmentent leurs tarifs, des complémentaires qui réduisent leurs prestations, la Sécu qui creuse son déficit, etc), et c’est la raison de ne pas laisser ici libre cours à l’offre et à la demande.

D’autant que l’étape suivante du marketing médical, c’est comme dans le marketing classique : la création d’un besoin de toutes pièces. Créer une maladie avant d’en proposer (en payant) l’antidote.

L’exception médicale… on peut encore rêver gratos, quand même ?

Il n’y aura bientôt plus que ça de remboursé par la Sécu !

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2