L’arnaque du revenu universel

Posté par grosmytho le 4 février 2017

De même que l’homme fut longtemps en lutte contre la nature avant de finalement se mettre à la protéger, on continue de considérer le travail comme un fléau à éradiquer, avant de s’apercevoir (peut-être, un jour, bientôt ?) qu’il s’agit d’un bien à entretenir. « Moi président » tire sa révérence, les travailleurs fêtent dix ans de régime Dukon à base de couleuvres, et voilà relancée la parade des charlatans experts et des recettes miracles. Qui a raison ? La droite ou la gauche ?  placard

Ah, qu’il me débecte ce discours de gauche inspiré de la Genèse « pour ta punition tu devras travailler et gagner ta croûte à la sueur de ton front ! » 35 heures, lutte contre le travail de nuit, lutte contre le travail le dimanche, lutte contre tout ce qui peut arranger ces salauds de patrons ! Pour ces Jean Jaurès d’opérette, c’est toujours la lutte des classes. Moins de boulot pour le même blé, ça ne sort pas de là…

Ah, que je déteste ce discours de droite qui fait du salarié une bête de somme feignante et simulatrice, trop chère, poule de luxe, toujours susceptible de grève, d’absentéisme, de sabotage et qu’il faut à tout prix remplacer par des machines ou des esclaves du bout du monde. Moins de blé pour le même boulot, voilà leur panacée…

diminution-temps-travailA la jonction des deux, on a Hamon et son revenu universel. Hamon est un personnage historique : l’inventeur de l’ultime trahison des travailleurs par la gauche. Son revenu universel leur donne le coup de grâce : il les transforme en purs consommateurs, en fait des tributaires à de l’aumône publique, ôte leurs derniers arguments à ceux qui luttent pour l’emploi, donne raison à 100% à ceux qui dénoncent les feignants assistés qui « ne veulent pas bosser sinon ils en trouveraient, du boulot ». Sur le front de l’emploi, après tous ceux qui pendant quarante ans ont fait semblant de chercher des solutions, il est celui qui dit « laissons tomber ! »

De ce point de vue, on a raison de dire que la gauche et la droite, c’est kif-kif. Leur erreur est la même : faire du travail l’ennemi. Trop cher pour les uns, trop dur pour les autres, elles se relaient efficacement pour le laminer. Pas étonnant que le chômage augmente, avec l’alternance gauche-droite qui souffle le chaud et le froid ! Unies dans le culte du PIB qui affirme que la croissance seule créera l’emploi. La consommation est au taquet, les gens bardés d’iPhones et de tablettes s’endettent pour acheter leur troisième bagnole. De quelle croissance parle-t-on ? Jusqu’où peut-on accroître la consommation ? Le salarié occidental, déjà surmené au travail, est en plus un marathonien du loisir et un forcené des soldes. Doit-il se doper à la cocaïne-red bull pour faire encore mieux et plus ?

A quand un gouvernement d’extrême-clairvoyance qui lira Piketty et acceptera l’évidence ? La croissance à 3 ou 4 ou 5%, la croissance boostée par la consommation, c’est fini. Apprenons à vivre avec une croissance zéro. Et surtout, qui dépoussiérera ces études déjà plus toutes jeunes sur la sociologie du travail ? Qui redécouvrira que le travail est le meilleur lien social ? Que le lien social est indispensable aux citoyens ? Que ceux-ci, s’ils en sont privés, s’étiolent et végètent ? Deviennent dépressifs ? Agressifs ? Que le travail bien dosé, ni trop ni trop peu, assorti d’un stress modéré et de gratifications équitables, est un facteur de développement personnel, d’estime de soi et d’équilibre psychologique ?  valeur-travail

Trop nombreux sont ceux qui pointent la délocalisation vers les pays à bas salaires et l’automatisation comme des fléaux et des signes avant-coureurs de la fin du monde…

La délocalisation n’est pas, pour nos pays, la catastrophe que l’on nous décrit. Et d’une, elle débarrasse nos salariés de toute une foule de travaux dangereux, salissants, aliénants qu’ils ne peuvent ni ne veulent effectuer. Et de deux, elle a permis de réduire le prix de bien des babioles que peu de gens pourraient se payer si elles étaient fabriquées en France. Et de trois, 80% du prix de détail d’une babiole faite en Chine tombe en moyenne dans des poches françaises, qu’il s’agisse de la grande distribution, de l’Etat (impôts & taxes), des transporteurs, des concepteurs, des publicitaires, des commerciaux, etc. La question est de mieux répartir cette manne qui a tendance à tomber majoritairement dans quelques poches, toujours les mêmes.

L’automatisation et la mécanisation ne sont pas non plus le diable incarné. Il faut les considérer avec lucidité : dans certains cas ils sont néfastes à la santé, destructeurs d’emplois, anxiogènes. C’est par exemple le travail à la chaîne, les bornes automatiques, les horribles centres d’appels. Mais dans d’autres cas ils sont au contraire libérateurs, protecteurs, ergonomiques. Citons les grues et nacelles qui évitent aux maçons de se casser le dos à coltiner des briques ou l’informatisation qui permet de conserver et de brasser efficacement des données. Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain, automatisons intelligemment.

Mais surtout, révisons notre jugement sur le travail. Que l’on soit de gauche ou de droite, il faut évoluer. Le revenu universel ? Ridicule et néfaste : c’est gaspiller notre ressource la plus précieuse, l’énergie et la créativité des gens, pour en faire de purs consommateurs. C’est, par un procédé nouveau, détruire des emplois chez nous pour en créer en Chine.

Une croyance s’est implantée qui dit que seules les entreprises sont créatrices d’emploi. Ce mensonge a coûté assez cher, il faut le faire cesser. L’Etat doit retrouver son rôle d’acteur économique et social. Son job est aussi de créer des emplois. Pas forcément rentables à 100% mais utiles. Utiles à la société, à l’écologie, au lien social, à la culture, au bien-être, à l’agriculture à l’ancienne, à la sécurité routière, à la réinsertion, à la prévention de la délinquance, que sais-je. Cela coûtera toujours moins cher de payer des gens à faire quelque chose d’utile qu’à s’ennuyer. 

Le chômage qui s’étend et se généralise dans certaines catégories de la population engendre la désœuvrance, une maladie mentale qui fait faire les pires conneries à des personnes qui voudraient trouver un sens à leur vie et dépenser cette énergie qui bout dans leurs veines. Tout aussi redoutable est le surmenage et la dépression qui frappent ceux qui « ont la chance de travailler ». Sous prétexte de concurrence sur le marché du travail, on leur impose des conditions de travail inhumaines, des cadences folles, des objectifs inatteignables. Résultat : burning-out, affections liées au boulot, voire suicides chez ces « privilégiés ».

Le travail c’est la santé, apprenons à le cultiver ! La croissance est une drogue, apprenons à nous en passer !

Publié dans Eco, Emploi, Politique, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

L’encerclement (des cons par les salauds et réciproquement)

Posté par grosmytho le 11 janvier 2016

J’ai regardé sur les conseils d’un pote le documentaire sur les méfaits du capitalisme qui date déjà un peu, puisqu’il est sorti en 2008, appelé l’Encerclement, du Canadien Richard Brouillette.50 years of capitalism

C’est drôle ce documentaire ; comme il donne la parole aux uns et aux autres, on s’aperçoit d’une chose rarement vue (puisqu’on écoute normalement un camp et qu’on déteste l’autre comme la peste). Libertariens et altermondialistes ont peur de la même chose, qu’ils voient arriver de deux côtés opposés.

Leur hantise : qu’on leur prenne leur bien. Mais ils soupçonnent deux entités différentes.

la-crise-financiere-expliquee-aux-nulsLes premiers, les libertariens, ont peur d’un Etat totalitaire, confiscatoire, qui leur « vole », pour le redistribuer à d’autres, aux parasites, le produit de leurs efforts. Les altermondialistes partagent la même peur, en sens inverse : celle des corporations, des monopoles, des monstres mutants du CAC40 qui leur vendent sous forme privatisée, à des prix astronomiques, les services qui étaient autrefois assurés gratuitement ou presque, éducation, santé, etc. Ou qui du moins étaient largement encadrés, modérés par l’Etat, garantis aux plus démunis. Or avec la privatisation de la sncf, de l’électricité, de l’eau, bientôt des logements sociaux, toutes ces garanties s’envolent les unes après les autres.

 

Il est évidemment plus facile de compatir avec les seconds qu’avec les premiers.nature-humaine-capitalisme

D’abord, parce que les premiers ont le vent en poupe. Dans le monde entier l’Etat recule, cède à leurs caprices, le vent du libre-échange et de la privatisation souffle à tout va. Législation, barrières tarifaires, réglementation du travail, tout craque, s’effondre, cède à leurs exigences insatiables. Je m’engage à pleurer sur le sort des riches lorsque le balancier repartira dans l’autre sens, qu’ils seront expropriés et parfois fusillés (les riches lâchent moins volontiers leur magot que les pauvres, qu’il suffit souvent d’effrayer ou de distraire).

 

Deuxièmement parce que la vision des premiers, conformément à leur théorie d’ailleurs, est très simpliste : occupés à faire de l’argent dans leur domaine d’expertise, ils n’ont que peu de temps à consacrer aux rébarbatives études de sociologie et d’économie, aux interactions et aux implications. Ils se contentent d’un slogan simple, qui est « l’Etat me vole pour donner mon argent aux pauvres, l’assistanat ruine le pays ». Alors que les altermondialistes, occupés à être chômeurs ou étudiants, disposent de temps pour aller sur internet, fouiller les forums, échanger des idées, refaire le monde, recalculer etc. D’où un discours bien plus diversifié, fouillé, argumenté, convainquant.

Troisièmement, enfin, parce que les premiers sont peu nombreux, minoritaires, souvent cyniques, brutaux, égomaniaques, tandis que les seconds représentent la foule, le pays, le monde, l’humanité finalement, dans sa diversité et sa touchante stupidité moutonnière.  

néo capitalisme

Reste qu’ils ont peur de la même chose : la perte matérielle, les uns par l’excès d’Etat, par l’insuffisance d’Etat pour les autres. Comment se fait-il que personne ne constate l’évidence ? Qu’il faut trouver un juste milieu ? Marre des balanciers qui tantôt arment les bolcheviks au couteau entre les dents, et tantôt les 200 familles ! Ce qu’il nous faut c’est un Etat fort, redistributeur, libéral avec les petites entreprises, vigilant avec les grosses, capable de tenir la bride des banques et des multinationales, comme de lâcher un peu la grappe aux PME. 

affiche_crisecapitalisme

Petite remarque complotiste pour conclure : comme à chaque fois qu’un film touche une question qui remet en cause la pensée unique, il est réalisé de façon à repousser le public. Plans fixes interminables, noir & blanc, intervenants au saut du lit qui expliquent, hésitent, se reprennent, se grattent le nez… des titres de chapitres et des résumés affichés sur fond noir et accompagnés de grincements sinistres… Jamais une image ou un graphique, un exemple, quelque chose d’autre que ce texte ultra-académique parlé ou écrit. Comme plus récemment Citizen four, il rafle les prix confidentiels du cinéma alternatif, mais n’atteint pas le public plus large. Seuls les altermondialistes les plus convaincus s’infligeront le visionnage intégral de ce monument de soporifisme qui dure 2h40…

Publié dans Eco, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Le blaireau qui valait 100 milliards

Posté par grosmytho le 30 décembre 2015

Tim Cook devrait prendre exemple sur François Hollande : lorsqu’on a le charisme d’un blaireau, il vaut mieux la fermer, parce que tout ce que vous dites finit par se retourner contre vous.

Qu’a dit le nouveau patron d’Apple ? Dans une récente interview, il s’est affirmé prêt à rapatrier le magot de 100 milliards de dollars qui dort dans les paradis fiscaux, le jour où l’imposition US qui serait aujourd’hui de 40% tomberait en dessous de 10%.Tim Cook

Ajoutant comme argument imparable que « le système fiscal est né de l’ère industrielle, il est inadapté à l’ère d’internet »… Ce que Tim Cook fait, par cette interview, c’est une proposition aux autorités fiscales étasuniennes : « je veux bien payer ce que je vous dois, si vous me consentez une ristourne de 75 à 80%. »

Son argument tient-il la route ? Je dis que non, et je diagnostique chez Monsieur Cook un syndrome psychiatrique : il se prend pour dieu.

Lorsqu’il dit « le système fiscal vient de l’ère industrielle » il a raison. A l’ère industrielle, on a vu des gens employer des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes, les maintenir à un niveau de tout-juste subsistance, et amasser des fortunes colossales. Il a bien fallu inventer, mettre au point un système de redistribution pour permettre à l’Etat d’exercer son rôle et aussi de fournir les services que ces capitaines d’industrie ne fournissaient pas à leurs employés : retraites, écoles, routes, etc. Cela dit, les industries aussi redistribuaient directement une partie de leurs profits : employant des milliers de travailleurs, la masse salariale (même si elle était maigre) entretenait une grande partie de la population. Souvent les usines construisaient des logements, conduisaient des programmes de charité ou de bienfaisance.

apple poorQuid de l’ère internet selon Monsieur Cook ? Ressemble-t-elle à un système de type agraire, où la redistribution était automatique et donc l’impôt, inutile ? Bien au contraire, on arrive à une époque où plus rien n’est redistribué. C’est moins vrai pour Apple, qui a encore un pied dans l’industriel et qui fournit du hardware. C’est plus vrai pour Google, Twitter, LinkedIn, Amazon etc : des petits génies brevettent une idée, la mettent en œuvre par des contrats de service, font mouliner des algorithmes, font travailler gratuitement les internautes par le « crowdsourcing », et finalement bâtissent en dix ou quinze ans des empires pesant des centaines de milliards de dollars.Apple-Taxes

Des génies ? Certes. Des dieux ? N’exagérons pas. Certes ils sont génialement parvenus à mettre en place des systèmes qui emploient des centaines de milliers de personnes (très peu de salariés, surtout des prestataires), et à capter les sous de centaines de millions de clients. Formidable, génial, admirable, tout ce que l’on voudra. Mais leur système fonctionne parce que la société est là, développée, technologique, que des gens ont été alphabétisés, que des systèmes informatiques ont été inventés et mis au point par des programmes de recherche financés sur fonds publics, des infrastructures de télécoms sont en place, etc.

Et ils voudraient, Tim Cook, et ses copains actionnaires, être les seuls bénéficiaires ? Ils affirment sans rougir que leur idée et leurs 10 ans de travail valent 100 milliards de dollars, tandis que le reste, la société, l’Etat, les centaines de millions de gens qui travaillent gratuitement (à déchiffrer des captcha, liker, commenter, produire des contenus), les milliards de personnes qui cèdent gratuitement leurs données personnelles, tout cela compte pour du beurre ?

Monsieur Cook devrait s’estimer heureux, et non pas lésé, d’être imposé au tarif industriel. Si j’étais à la place du fisc américain, je serais moins tendre et je ferais passer ce taux à 80%.  

Publié dans Eco, Emploi, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Le Super-U du XXè siècle

Posté par grosmytho le 20 décembre 2014

Revenu du SuperU (enfin c’était il y a quelques jours) avec deux bonnes nouvelles qui réchauffent le cœur. C’était mieux avant, certes, mais ce mieux et cet avant repointeraient-ils timidement leurs nez bien amochés ? Je ne m’y attendais pas, mais force est de constater.

Ma montre pas chère, made in China, précise, avec alarme et éclairage, au bracelet caoutchouc curieusement solide (normalement c’est ce qui cède en premier) et au cadran d’une résistance aux rayures étonnante, m’avait tout de même lâché : pas trop grave, c’est l’un de ces petits tuyaux métalliques à ressort qui fixent le bracelet, voyez ? Frappé par une branche que je coupais, il a cédé. Tordu, il ne se remet pas en place. A la caisse de SuperU, la dame m’informe, désolée, que « Non, les bracelets, on ne fait plus… » Mais aussi que « attendez, il m’en reste quelques-uns, de quand on faisait encore, je vais voir si j’ai la bonne taille ». Et de sortir la boîte, et de trifouiller, sans mentir, dix minutes, pour en essayer plusieurs et trouver le bon.montre

La dame n’est plus toute jeune : elle est plus vingtième siècle que vingt-et-unième, voyez ? Elle a le temps, elle le prend, elle cherche à rendre service, transposant un peu de son savoir-vivre civil sur son lieu de travail (ça se faisait au vingtième siècle : prendre un café, discuter un peu, offrir un café, même, que personne ne payait  grâce à la carte personnel du magasin, pas comptabilisée). Au vingt-et-unième siècle, pour chaque centime, c’est l’abus de biens sociaux. Une minute passée avec un client qui n’achète rien, techniquement c’est du vol, du détournement de fonds (temps=argent), du bénévolat non autorisé par la hiérarchie. Alors pensez, dix ! Faute professionnelle, de quoi l’envoyer chez Paul Emploi sans préavis). Bref. Elle me trouve le bitoniau de la bonne taille mais n’arrive pas à l’enfiler.

 

Au bout d’un moment, le XXIème siècle planant, menaçant comme un drone, au-dessus de sa tête, elle me dit : « C’est la bonne taille, je vous le donne, si vous avez la patience, vous pourrez l’installer vous-même ? » et d’aller chercher un bout de scotch (pas facturé, çui-là non plus) pour le fixer au fond de ma montre. Je remercie bien bas, je m’éloigne sourire aux lèvres. Et à la maison, en deux minutes, je l’installe. Réparation gratuite ? Sur le temps de travail de la préposée à l’info ? Je sais, je sais, au vingtième siècle, ça ne surprenait personne. Au vingt-et-unième, c’est carrément de la science-fiction.

Ah oui je disais deux surprises : la seconde c’est au rayon « boîtes de thon ». Je suis fan des boîtes de thon, que je trouve assez réussies esthétiquement, et puis j’en aime la contenance (104 g, juste bien pour un, mais ça peut faire en salade pour deux aussi, voire plus), le goût (j’aime mieux les « à l’huile » que les « au naturel » ; l’huile d’olive a ma préférence, je me dis que poisson + huile d’olive… c’est pratiquement le menu crétois pour 2 Euros – manque la bouteille de vin rouge, quand même). Bref : tout à mon exercice de recherche de la boîte idoine (toutes choses égales par ailleurs, je préfère les « miettes » qui font plus « déchets, si tu prends pas on les jette », que « thon entier » qui m’inspire l’impression « ah bordel aujourd’hui il a fallu en jeter cinq avant d’en avoir un bon »), mais curieusement il arrive (et c’est pas rare) que les miettes soient plus chères au kilo que les entiers… mystère. Est-ce parce que l’huile d’olive est recyclée à base d’hydrocarbures usagées pour les entiers, et première pression, effectuée par une vierge effarouchée, à froid pour les miettes ? Dans ces cas-là, je ne vous dis pas le cas de conscience… mais là, ce jour-là, celui de la bonne nouvelle, mes yeux tombèrent sur une mention qui me remplit d’allégresse (avant que mon allégresse ne se contamine d’une petite dose fielleuse de doute cynique, et vous savez comme moi qu’une goutte de fiel suffit à contaminer toute une barrique d’eau de source…). Bref : la mention dit « pêché à la canne ».

miettes de thonOui, vous m’avez bien entendu. Du vingt-et-unième siècle, celui où l’on arrache, au filet raclant le fond, tout ce qu’un coin d’océan contient de bouffable, avant de faire le tri sur le pont et de rebalancer 90% à la mer, pour garder qui les thons, qui les ailerons de requin et qui les morues, on repasse carrément au XIXème, celui où l’on partait en mer avec des cannes à pêche et des appâts, pour tirer de la flotte des poissons carnivores (thons, espadons, que sais-je, je crois que la morue aussi, à l’époque, se pêchait comme ça). Eh bien si j’en crois l’étiquette de SuperU, cette époque revient, et (ce qui me fait quand même douter un peu) ce n’est même pas plus cher que le thon « normal », celui qu’on sélectionne au milieu de tonnes et de tonnes de poissons comestibles mais rejetés morts parce que, ici et maintenant, c’est du thon qu’on pêche (quotas, etc).

 

Peut-être qu’un jour on renoncera même à l’heure d’hiver (héritage débile et contre-productif d’une période où, le pétrole renchérissant spectaculairement, il fallait bien annoncer quelque mesure elle aussi spectaculaire) ?

Je suis un optimiste prudent (donc caché).

Publié dans Eco, Emploi, Socio | Pas de Commentaire »

Un centenaire bien mal en point…

Posté par grosmytho le 22 octobre 2014

impotsLes commémorations ont du bon : elles permettent de mettre le nez sur des choses auxquelles on ne fait pas attention normalement. En 2014, on commémore les 100 ans de la Grande guerre… et aussi de l’impôt sur le revenu !

Ce n’est pas anodin, de mettre    en place un truc pareil. Imaginez un peu : jusque-là, votre salaire était à vous. Pas épais, sans seuil minimal, mais au moins vous pouviez le boire en bonne conscience. Le produit de votre travail, la France était encore largement agricole, était maigre, peut-être, mais il était à vous. C’était pour ça qu’on avait fait 1789 : le droit de propriété, la fin des privilèges, l’abolition de la taille et de la gabelle. Dans la France des 200 familles, aux inégalités plus fortes qu’aujourd’hui, il y avait un impôt sur le patrimoine (la fameuse taxe sur les portes et les fenêtres). Mais le revenu était sacré ! La sueur de votre front ! En donner la moitié à l’Etat ? Pas fou, non ? Il aura fallu les Boches, les fleurs au fusil, l’ivresse patriotique pour instaurer ça.

Apparemment l’Etat y avait déjà un peu réfléchi. Lorsque les Allemands sont arrivés, la défense des frontières, pas prête, a été enfoncée, mais l’impôt sur le revenu, lui, il est sorti flambant neuf des cartons. Fin prêt à l’emploi !

augmentation des impôtsEt aujourd’hui, comment se porte-t-il, l’ancêtre ? Disons que ça ne va pas bien fort, mais il n’a pas l’air de vouloir casser sa pipe de sitôt. D’une part, tout le monde a admis qu’il est nécessaire et normal de verser à l’Etat une partie de son revenu, pour payer les routes et les écoles (de moins en moins) et rembourser la dette (de plus en plus).

D’autre part, l’IRPP (Impôt sur le revenu des personnes physiques), enjeu de toutes les batailles politiques, n’a cessé depuis cent ans de se complexifier. Tous les intérêts corporatistes, toutes les politiques natalistes, toutes les péripéties régionales ou sociétales ont laissé leur empreinte, sous la forme d’une loi ou au moins d’un décret d’application, dans le Code des impôts. D’une exonération, d’un abattement, d’un plafond, d’une déduction, d’une réintégration, d’une majoration différée, d’une décote, enfin bref d’une des centaines de petites conduites dérivées qui font la magnifique usine à gaz que nous connaissons aujourd’hui. L’Impôt sur le revenu est l’encyclopédie des revendications et des batailles catégorielles de ces cent dernières années.

impôts-hollandeProgressif dans son esprit, dégressif dans la réalité, vous lirez Piketty pour plus de détails. Progressiste dans ses intentions (l’impôt se veut redistributif), réactionnaire dans son essence (l’ « inquisition fiscale » qui frappe les classes moyennes). Je ne vous livre qu’un chiffre, celui qui m’a abasourdi. Excédé par tous les arguments de tous les tenants du moins d’impôt, fatigué par les jérémiades des tenants du « mieux d’impôt », je me suis procuré le chiffre de tous les revenus en France (salaires, dividendes, retraites etc) que j’ai divisé par la somme que l’impôt sur le revenu rapportait aux caisses de l’Etat. Tenez-vous bien, ça secoue : le taux moyen d’imposition, en France, toutes catégories de revenu confondues, est d’environ 4%.

déclarationComparez ça à ce que vous payez, et posez-vous les questions qui se bousculent forcément. Mais surtout imaginez : si l’on payait tous, chacun, qu’il pleuve ou qu’il vente, qu’on aime ça ou pas, 10% de ce que l’on gagne. Milliardaires, pauvres, sans distinction de race, de couleur de cheveux ou de quotient intellectuel. Raisonnable, non ? Et surtout, le produit de l’IRPP serait multiplié par 2,5. Elle serait pas belle, la vie ? 

Plus de casse-tête des déclarations ! Plus de jalousies de classe ! Plus d’accusations d’assistanat ! Et, cerise sur le gâteau: le budget de l’Etat, rééquilibré, recevrait les louanges mérités de Bruxelles…

Publié dans Eco, Emploi, Socio | Pas de Commentaire »

Obama, Hollande et les bastonours

Posté par grosmytho le 10 avril 2014

Hollande et Obama nous le promettent : cette fois, trop, c’est trop ! Poutine est allé trop loin, il va s’en mordre les doigts ! On va enfin découvrir cette fermeté chantée par les poètes épiques, si habilement dissimulée jusqu’ici par Molasson 1er et Barack-le-compromis-bipartisan.

Comme tous les grands mollassons, ils choisissent pour leur inattendu coming-out l’adversaire le plus redoutable, le plus féroce, le plus dur, le plus impitoyable. Poutine, vraiment ? Avouons qu’ils ne manquent pas d’air, nos apprentis-Matamore ! On aurait pu croire qu’ils allaient commencer par s’entraîner sur quelque roitelet africain, sur quelque dictateur chauve et édenté du proche-Orient, sur le dirigeant inexpérimenté d’un pays facilement contournable. Mais non ! Quelle n’est pas la surprise de leurs aficionados qui voient leurs deux picadors favoris descendre dans l’arène dans leur costume de lumière, pour attraper par les cornes le toro le plus retors, le plus féroce et le plus expérimenté. Ils jouent leur va-tout.Russie crimée

Désolé, malgré tout mon patriotisme occidental, je ne mise pas sur le duo de clowns contre la bête féroce.

Washington a mis en garde contre la violation du droit international que constitue le référendum en Crimée. « Le référendum sur l’avenir de la Crimée viole la Constitution ukrainienne et le droit international. Toute discussion sur l’avenir de l’Ukraine doit inclure le gouvernement légitime » du pays, a affirmé Barack Obama lors d’une brève intervention à la Maison Blanche. Légitime ? Un gouvernement composé dans l’urgence des coups de feu, un gouvernement qui fait plus de place aux vœux de la diplomatie étasunienne qu’à ceux des Ukrainiens ?

Crimée

Désolé, cher Barack : l’Ukraine ne possède pas aujourd’hui de gouvernement légitime. Dans ces conditions, chacun des peuples & territoires qui la composent doivent réfléchir, pacifiquement, aussi démocratiquement que possible, à leur avenir.

Les appels des Etats-Unis ont ceci de particulier qu’ils reviennent toujours à réajuster les principes du droit international aux intérêts des USA contre ceux de ses rivaux, en particulier de la Russie, de la Chine, de l’Iran, du Venezuela, des pays arabes : du reste du monde, quoi. Dans le cas de la Yougoslavie, l’urgence était de découper le pays en petites républiques indépendantes (91-00). Dans la crise géorgienne (2008), au contraire, il était capital de conserver le pays intact. Dans le cas du Soudan du Sud, il fallait partitionner (2010 ?). Cette fois en Ukraine, le mot d’ordre est à nouveau l’intégrité territoriale. Et à chaque fois, c’est au nom du droit international. Pourquoi ?

Le droit international comprend deux principes potentiellement contradictoires : il y a d’un côté le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et d’un autre l’inviolabilité de la souveraineté nationale. Le droit des gens, et le droit des Etats.

Lorsque ces deux principes cohabitent, tout va bien : le peuple x vit heureux dans les frontières du pays x et l’Etat se charge, dans le respect le plus absolu des droits de l’homme et du citoyen, de faire respecter la souveraineté et l’indépendance nationales.

Crimée 1945 2014Malheureusement, ce cas est relativement rare. Dès que cohabitent plusieurs peuples aux langues et aux cultures différentes, dès que des minorités veulent faire entendre une différence, ces deux principes entrent en conflit. Un conflit potentiellement violent.

Ces principes se contredisent dans de nombreux pays : minorités aspirant à l’autonomie, voire à la sécession ; mouvements révolutionnaires (terroristes/résistants) réprimés ou tolérés par les autorités en place ; minorités privées de territoire lorgnant vers un rattachement aux minorités du pays voisin. C’est indémerdable si les populations sont mélangées ; c’est explosif si elles sont concentrées dans différentes parties du territoire.

Le problème n’est pas le droit international (qui comprend les deux principes) mais son interprétation. Lequel des deux doit prendre l’ascendant sur l’autre ? Privilège de la domination médiatique : la réponse est toujours fournie par les USA, en fonction de leurs intérêts ; réponse reprise en chœur par leurs alliés occidentaux. C’est pour cela que l’on a eu la partition de la Yougoslavie, puis de la Serbie (alliés proches de la Russie), celle du Yémen, celle du Soudan, etc. Si au contraire c’est une partition qui arrange la Russie, on entonne le chant de « l’intégrité territoriale », comme avec le cas de la Crimée.

Ce serait drôle si ce n’était pas si tragique : les pays occidentaux doivent leur belle unité territoriale à mille ans de guerres et de génocides qui ont uniformisé les peuples et redessiné les frontières. D’autres pays plus récents n’ont pas cette « chance » : leurs frontières encore fraîches n’ont pas eu le temps de cicatriser. Elles traversent des territoires et des régions ethniquement semblables, ignorent des minorités locales, méprisent des réalités incontournables sur le terrain. Le processus qui nous paraît si inacceptable chez les autres se produisait chez nous voici à peine quelques décennies. Il s’agissait des fameuses « heures sombres » de notre histoire. Si sombres qu’on a parfois du mal à croire qu’elles ont réellement existé…

La Crimée devait bientôt être rebaptisée: avec les larmes et les trémolos qu’elle suscite, on va l’appeler désormais la Lacrymée.

 

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Souveraineté et compétitivité

Posté par grosmytho le 30 octobre 2013

Il y avait autrefois, il y a fort longtemps, un pays fort lointain, qui a un jour brusquement cessé d’exister. Comment ? Pourquoi ?

Souveraineté et compétitivité dans Emploi communistes-ou-capitalistes-300x124

Il n’a pas été envahi par un voisin belliqueux (son armée était réputée bien entraînée et motivée, équipée de matériel dernier cri). Il ne fut pas non plus noyauté par la CIA (le contre-espionnage de ce pays faisait l’envie et l’admiration des autres pays de la région). En crise économique, ce pays a baissé pavillon. Pas compétitif, il a préféré se suicider.

consommateurs-ou-cons-tout-court chômage dans Propagande

Ses habitants, qui bénéficiaient de l’école, l’université, du logement et de la santé gratuits, n’étaient pas satisfaits. Ils auraient préféré du Coca et de la pornographie payants ! Las, ces biens et services si éminemment désirables & nécessaires, le Parti communiste refusait absolument de les leur fournir. C’est le dilemme de toute société socialiste : ses industries sont peu compétitives et ses produits de consommation, médiocres. On peut à la rigueur les importer, mais l’hémorragie de devises finit par mettre le pays sur la paille. On essaie de les interdire, mais on s’aperçoit qu’on provoque alors une hémorragie de citoyens. Les habitants du pays ont tellement envie de ces babioles qu’ils partent vendre leur âme au capitalisme étranger : déserter, quitter le navire, s’établir à l’étranger, à tout prix, illégalement s’il le faut, quitte à y faire des sales boulots, tout ça pour bouffer avec Ronald McDonald et conduire une bagnole étrangère ! Que voulez-vous, l’être humain est ainsi fait.

capitalistes-ou-communistes démocratie dans Socio

C’est ce qui s’est passé en RDA, puis dans tous les autres pays socialistes d’Europe de l’Est. C’est ce qui se passe à Cuba. Et c’est ce qui se passera, forcément, en Corée du Nord.

developpement-du-nazisme marketing

En Chine, on a trouvé la parade : puisque les citoyens communistes sont prêts à se prostituer et à entrer en esclavage à l’étranger capitaliste, et que l’étranger capitaliste a de moins en moins envie de leur donner des visas, on invite les sociétés étrangères à se délocaliser. Comme ça tout le monde y gagne : le citoyen chinois peut travailler comme un esclave pour Apple et se payer un iPhone comme les prolétaires capitalistes les plus aliénés. Le pays, couvert d’usines à capital et technologie étrangers, devient super-compétitif. Il ne se suicide plus faute de devises étrangères : il les accumule jusqu’à ce qu’un jour, ce soient ses débiteurs qui demandent grâce.

la-finance-en-folie Pavlov

Publié dans Emploi, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Villages de Potemkine et/ou presse censurée ?

Posté par grosmytho le 10 juillet 2013

Corruption généralisée, bureaucratie, népotisme et favoritisme, atlantisme servile : on croyait avoir tout vu en Europe. Il manquait les villages de Potemkine, les devantures repeintes et la fausse prospérité pour donner aux leaders l’illusion qu’ils dirigent un pays à l’économie florissante. C’est désormais chose faite : Fermanagh et Dublin (Irlande) investissent dans les PME et le petit commerce de proximité, avec des affiches taille réelle collées sur les devantures des magasins fermés. Ils ont fait illusion le temps que passent les limousines du G8.

Villages de Potemkine et/ou presse censurée ? dans Eco fake-shop fake-shop2 censure dans Emploi

C’est drôle parce que ces pauvres subterfuges, qui avaient cours dans les dernières années de faillite du système communiste en Roumanie ou en Russie, ne faisaient pas illusion même à l’époque, malgré la presse censurée et alors que n’existait pas internet. On se moquait des gazons peints en vert et des arbres morts sur lesquels on agrafait de fausses feuilles vertes pour Ceaucescu sans même avoir vu les photos ! Aujourd’hui, il suffit d’ouvrir l’internet pour avoir tous les détails !

fake-shop3 chômage dans Propagande  fake-shop4 corruption dans Socio

Comment ça vous n’en avez pas entendu parler ?

Hé oui, le scoop ce n’est pas le G8 qui a recours aux méthodes de Ceaucescu, c’est que la presse libre se transforme en Pravda ! Silence assourdissant de la presse libre : tapez ‘G8 fausses devantures’ et toutes les variantes possibles dans le moteur de recherche du Monde ou du Figaro ou de Libération… On vous répond « Aucun résultat trouvé ». On nous fait le coup du mépris. Pas une info. Un non-événement. C’est quand même surprenant, non ?

Imaginez la même chose en Chine ou en Iran ou en Corée du Nord ? Les gros titres pendant une semaine ?

Publié dans Eco, Emploi, Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Tribut à Frankensteve Jobs

Posté par grosmytho le 14 juin 2013

Témoin d’une scène pas si extraordinaire : l’autre jour alors que je faisais mon marché j’observais deux garnements en train de chahuter. L’un est clairement plus fort et plus déterminé : il bourre son compère de taloches et de coups de pied au cul, tandis que l’autre encaisse en esquivant et en riant jaune. Soudain, au détour d’un coup plus brusque que les autres, le smartphone du second s’échappe de sa poche et tombe sur le sol pavé ! Je vois le malheureux qui plonge d’un air affolé, récupérer et examiner son bien, l’ausculter avec une souffrance non simulée, sous les sarcasmes de son ami. Lui qui subissait stoïquement les bourrades assez vigoureuses de son compère est maintenant décomposé de douleur de voir son joujou ébréché !

Tribut à Frankensteve Jobs  dans Psycho iphone-casse-160x300Vendues comme des panacées qui nous rendent forts et charismatiques, ces babioles ont au contraire le pouvoir de nous rendre vulnérables. Fragiles comme des mères inquiètes au chevet d’un enfant malade ! Elles nous rendent peureux devant la perte, le vol, l’endommagement toujours possibles ! Tremblants comme le savetier enrichi de La Fontaine, que n’avons-nous comme lui la sagesse de les rendre, ces merveilleuses richesses qui nous privent de sommeil ?

au-secours pouvoir d'achat dans Socio

En anglais, «device » signifie (au XXIème siècle) ‘appareil (normalement petit et portatif, électrique/électronique, à vocation domestique ou nomade)’ et (mais c’est un peu désuet) ‘dessein’ ou ‘fabrication’. D’où le slogan-jeu de mots « Prisoner of your own device » (‘prisonnier d’une cage de ta propre fabrication’ mais aussi ‘prisonnier de ton propre smartphone’). L’autre jour deux amies arrivent dans un bar, commandent deux cafés, s’installent, déballent leurs iPhones. Elles n’échangent pas un mot en une heure, et c’est pitié de les voir tipoter de frivoles nouvelles avec leurs amis absents en ignorant la chaleur et la proximité de l’amie assise en face.

Ah la génération iPhone : tout à ma rancune & à mon sarcasme, je ne vous ai pas dit pourquoi c’est à lui, ténébreux objet du désir et incarnation de la platitude, que je m’en prenais si violemment! Il est devenu si omniprésent, si emblématique, qu’on ne peut plus attaquer que lui! Le MacDo de la pensée, le Coca-Cola de la mode ! A travers lui on parle de tous ces gadgets de plus en plus microscopiques et pourtant envahissants (par nano-prolifération) qui tous vous confèrent les pouvoirs surprenants, surnaturels & surhumains qui vous manquent : divination, ubiquité, télépathie, intelligence (artificielle).

iphone-prison smartphone

Bill Gates avait dit qu’en matière de dialogue en ligne, vous ne pouvez pas savoir si votre interlocuteur est un humain ou un chien. Steve Jobs va plus loin et met au point le summum de l’évolution anthropoïde. Même dans leurs pires cauchemars, ni Darwin ni Pavlov n’ont pu imaginer ce perfectionnement du primate équipé d’un pouce opposable. Quatre doigts en nacelle pour enserrer tendrement l’iPhone, le pouce gauchement recroquevillé par-dessus, le regard focalisé sur un horizon virtuel situé dans la profondeur pourtant millimétrée de l’appareil, l’index de la main libre gratouillant l’intérieur des narines, le cerveau indisponible… But ultime de l’évolution : le primate interactif, créature de Frankensteve Jobs.

Steve Jobs est mort. Au milieu des hommages dithyrambiques qui ont retenti de toutes parts, peu nombreux sont ceux qui ont pris la véritable mesure du personnage : un gars qui a réussi à asservir les riches (qui se bousculaient à 4 heures du mat’ devant les magasins pour être les premiers à acheter l’iPhone hors de prix), les pauvres (Chinois de Foxconn où on a installé des filets sous les fenêtres parce que les gens sautaient pour se suicider), à décerveler les premiers et à exploiter les seconds ! A prendre l’argent des uns et la santé des autres ! Un dieu vivant dont les uns comme les autres subissaient servilement les oukazes ! (Sans parler de l’optimisation fiscale mondiale qui localise les centres de profit dans les paradis fiscaux, récemment soulignée par la presse, qui lui permet de payer moins d’impôts en dépit de bénéfices historiquement inégalés). Pas étonnant que sa boîte à la pomme soit passée première capitalisation mondiale ! Génie du mal universel, il a fait pire que Hitler, Mao et Staline réunis : avec ses machines infernales, il a conquis tous les continents. Heureusement qu’il est mort, avec ses super-pouvoirs magiques, qui sait jusqu’à quelle déchéance inédite il aurait entraîné l’humanité ?

hitler-iphone Steve Jobs

On parle toujours dans nos pays de crise du pouvoir d’achat. C’est une erreur de diagnostic : on ne manque pas d’argent, on souffre d’un excès de désir. Convaincu qu’il sera de plus en plus heureux à mesure qu’il accumulera les babioles de marque, le malheureux consommateur ne peut les acheter toutes ! Supplice de Tantale de voir sans cesse échapper (faute d’argent) ce énième gadget qui, c’est sûr & certain, lui apporterait enfin la sérénité… Addiction de joueur devant la roulette qui lui soutire un à un ses jetons en lui promettant la fortune…

A rebours de l’accumulation toujours décevante se trouve la surprenante satisfaction du renoncement. La surconsommation a ses limites, la non-consommation aussi ; les deux frontières sont riches de merveilles à explorer.

C’est comme pour beaucoup de choses : il faut commencer par surmonter une répulsion instinctive. Mais on prend finalement autant de plaisir à vaincre l’endoctrinement qu’à céder à ses sirènes. Vous n’allez pas me croire : une fois épuisées les joies que proposent Hugo (Boss), Louis (Vuitton), Christian (Dior), on est surpris des trésors que l’on trouve chez Hypatie et Sénèque. Après la mode Dolce&Gabana, essayez la collection Diogène&Epicure.

Publié dans Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2