Plantu se plante, Haski sait p’Haski dit!

Posté par grosmytho le 20 février 2015

Hilarante controverse entre Plantu et Haski. L’un semble se Plantu à skis, tandis que l’autre ne récolte p-Haski l’a planté !

merkel sous écouteJe résume pour ceux qui n’ont pas suivi : acte 1, l’ami Plantu se plante en direct dans une interview à la gazette israélienne Haaretz (attention lien payant), où il compare tout bonnement internet à l’armée allemande qui occupait la France (et d’autres pays j’imagine) et les gens-connectés-à-la-toile-mais-pas-d’accord-avec-lui à des nazis. Bref le genre de comparaison bancale à souhait. Un genre de point Godwin auto-décerné, phénomène fréquent chez les artistes du raccourci qui comparent par commodité à Hitler tout ce qui leur déplaît. snowden-nsa-2013

Plantage de Plantu immédiatement relevé par le grand manitou Haski, qui lui tombe dessus H-à bras-raccour-ski ! Acte 2, dans sa précipitation pour bien faire, l’ami Pierre se prend lui aussi un peu les pieds dans le tapis. Ce n’est pas internet qui occupe la France, nous informe le chef du « premier média internet de France », puisque les hordes terroristes nous terrorisaient déjà avant l’apparition de ce média, cf Salman Rushdie et la fatwa iranienne. Occupation oui, donc, mais pas à cause d’internet.

Gros Mytho arrive sur ces entrefaites pour renvoyer dos à dos nos deux comparateurs.

stop spyingN’en déplaise à Pierre, on peut bien parler d’occupation numérique de la France aujourd’hui, alors qu’on apprend, avec des détails chaque jour plus ahurissants, à quel point, avec quel systématisme, nos amis d’outre-Atlantique ont pris le contrôle total, absolu, monopolistique, de notre environnement numérique. Si c’est pas de l’occupation (de territoire numérique), ça, je ne sais pas ce que c’est. D’ailleurs, preuve de leur pouvoir d’occupation, Google, Facebook et consorts se moquent ouvertement du fisc français qui aboie bien timidement dans leur direction…

N’en déplaise à Plantu, même si les « islamistes » (aidés de quels mystérieux commanditaires ?) parviennent parfois à nous frapper, et douloureusement, comme en janvier, on ne peut pas sans quelque mauvaise foi comparer cela à une occupation. EA moins d’accréditer la thèse du « Grand remplacement » de Renaud Camus et d’Eric Zemmour. En fait d’occupation, il faudrait plutôt parler des guerres que nous menons (avec nos alliés) mondialement contre des ennemis assez vaguement identifiés (si vaguement qu’il s’agit le plus souvent de personnes neutres à, voire amies de, notre « cause »). Notre cause entre guillemets, tant elle est mal définie…  Caricature_Algerie

La propagande perd-elle de son efficacité lorsqu’elle recourt à des contre-vérités trop flagrantes ? Ou alors « plus c’est gros, plus ça passe » ? Les deux écoles n’ont pas fini de s’affronter. Le seul bénéficiaire de cet affrontement est le complexe militaro-industriel.

« Ils nomment zèle leur propension vers la malignité et violence ; ce n’est pas la cause qui les échauffe, c’est leur intérêt ; ils attisent la guerre non parce qu’elle est juste, mais parce que c’est la guerre. » (Montaigne, Essais)

 

NSA

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Le nouveau service de Google

Posté par grosmytho le 1 mars 2014

« Une Américaine agressée parce qu’elle portait des GoogleGlass » titre Bigbrowser. Parce qu’elle les portait ? Ou parce qu’elle les utilisait sur des inconnus dans un bar ? Cet incident indécent soulève toutes les questions de ce début de siècle. Les possibilités techniques augmentent les pouvoirs des personnes et obligent à redéfinir les frontières entre droits et devoirs. google-glass-banned-sign

Imaginez qu’on puisse acheter et piloter un exosquelette métallique d’une puissance et d’une rapidité telles que vous risquez de tuer quelqu’un à la moindre fausse manœuvre. Il faudrait réglementer leur usage, encadrer leur vente et leur entretien, etc. Tiens, justement ça existe déjà : la voiture. Le code de la route, le permis de conduire. La gendarmerie, les alcootests, les radars automatiques.

Joy-of-Tech-Glass-vs-iWatchÇa va faire pareil avec les caméras et les Google glass. On a le droit de filmer dans les lieux publics : ça semble logique. Vous êtes touriste, vous filmez la rue, les monuments, vous-même dans un bar etc. A priori personne ne conteste. Petit distinguo tout de même : la loi parle de sujet principal et de sujets secondaires. Vous filmez la cathédrale, un quidam traverse le parvis, OK. Vous suivez ce quidam avec votre caméra dans les rues pour voir où il va, qui il rencontre, où il habite : pas OK.

L’idée de base, c’est que la rue est à tout le monde. Les gens s’attendent à être vus et éventuellement photographiés. Ils sont habillés et se comportent normalement. Quid dans un bar ? Bourrés, en train de chahuter avec leurs potes ? En train de draguer extra-conjugalement ? Au karaoké, en train de chanter faux ? Il y a des situations limite où on veut bien être vu mais pas filmé par des tiers. Mais il n’y a pas de mécanisme pour l’empêcher. On va dire que cela relève de l’appréciation de chacun.

Ce qui est interdit clairement, c’est la diffusion publique payante. Le droit à l’image, retrouver les quidams pour leur faire signer une autorisation de diffusion, les cinéastes amateurs ou professionnels connaissent bien ça. Photos de manifs, d’accidents : c’est le droit d’informer qui prend le dessus sur le droit à l’image.

dilbert-comics-google-glass-invention

La vraie question, celle qui n’est pas résolue apparemment, c’est la diffusion gratuite. Autorisée ? Interdite ? Qui va empêcher et contrôler la mise de ces vidéos sur Facebook et sur Youtube ?  Le désagrément d’être vu bourré ne justifie probablement pas le fait de passer sa vie à traquer l’apparition de LA vidéo sur internet (d’autant qu’on a chacun quelques dizaines de cas où…). Donc il faut vivre avec ? Apparemment c’est une nouveauté qui ne plaît pas à tout le monde : la fille aux GoogleGlass illustre le cas d’école. Elle filme des gens, les gens lui demandent d’arrêter, l’agressent verbalement, elle poste la vidéo sur internet. Tout en se posant en victime d’ « agression », elle leur donne finalement raison : elle était bel et bien en train de les filmer, et elle a bel et bien posté le film sur internet, sans leur consentement.

Ça va finir comme avec la voiture : avec la généralisation des GG, les altercations de ce type vont disparaître du fait de l’égalisation des pratiques. Une fois que tout le monde filmera, plus personne ne s’indignera. Les gens non équipés seront comme les piétons d’aujourd’hui : on leur ménagera un territoire-alibi, des « trottoirs numériques » et des « cyber-passages cloutés », zones d’ombre où ils pourront se réfugier.  Des cas limite seront définis (relations sexuelles ? exhibitionnisme ? propos racistes ?) et des amendes seront fixées pour leur diffusion. Et puis la main invisible va vous caresser dans le sens du poil : des agences de gestion de votre image numérique vous proposeront leurs services. Vous signez, elles filtrent le net en permanence pour trouver les vidéos compromettantes de vous, elles engagent les procédures, récoltent les amendes et vous en reversent (ou non) une partie…

La protection de votre vie privée : le nouveau service de Google ! Ça va s’appeler GoogleParadox©.

Nerd glasses cutout isolated on white background

Publié dans Eco, Psycho, Socio | Pas de Commentaire »

Les 4 vérités qu’on ne dira pas à Obama

Posté par grosmytho le 24 janvier 2014

Qu’un responsable politique s’envole pour la Chine, et la presse française lui imprime systématiquement une feuille de route : « Tibet, droits de l’homme, yuan sous-évalué, prisonniers politiques, vous devez dire à Xi Jinping ses quatre vérités ». La Chine est menaçante, la Chine est agressive, la Chine est dangereuse : la presse française instruit en permanence contre la Chine le procès qu’elle n’ose pas faire aux USA.

Caporal Pieds dans l'platLe 11 février, c’est un François Hollande à la situation sentimentale clarifiée (espérons) qui s’envolera pour les Etats-Unis. Voici les quatre vérités que François Hollande doit dire à Barack Obama. Pour que la France reste un allié inconditionnel des Etats-Unis, il faut que ce pays :

Renoue avec le respect du droit international. Depuis 2003 et l’invasion de l’Irak qui s’asseyait sur les résolutions de l’ONU, la politique étrangère des Etats-Unis semble avoir complètement occulté ce paramètre. Décomplexé par sa supériorité technologique et son prix Nobel, le pays multiplie les bombardements humanitaires et les frappes chirurgicales dans des pays souverains. Quand la Chine rappelle au monde le principe de non-ingérence, on s’indigne et on crie au cynisme. Comme si les aventures militaires occidentales de la dernière décennie avaient permis, au moins parfois, au moins partiellement, de rétablir la paix civile dans les pays visés ! A chaque fois, le volontarisme humanitaire affiché a précipité une catastrophe que les civils continuent de payer dix ans plus tard. Il est temps pour nos alliés de tirer les leçons de ces échecs et de ramener leur politique internationale dans le giron de la légalité.

Respecte les Droits de l’homme. La victoire du candidat Barack Obama, juriste, spécialiste du droit constitutionnel, avait suscité bien des espoirs pour la cause des droits de l’homme aux Etats-Unis. Il allait mettre fin au scandale des prisons extra-territoriales, des enlèvements et des détentions arbitraires, peut-être même au scandale d’être le seul pays démocratique pratiquant la peine capitale. Malheureusement, la réalité est juste à l’opposé. En 2011, le président Obama a prorogé pour une période de quatre ans le tristement célèbre Patriot Act qui autorise les détentions arbitraires et que dénoncent toutes les ONG de défense des droits. Il vient de prendre une position plus que lénifiante sur le scandale PRISM et les écoutes systématiques aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, de dirigeants alliés aussi bien qu’ennemis. Ici encore, le charisme du président nobélisé, son habileté rhétorique, masquent et justifient des pratiques indiscutablement illégales.

Cesse de manipuler le dollar. C’est bien l’imprudence monétaire des Etats-Unis et non le yuan manipulé qui menace la finance mondiale d’une crise sans précédent. On est passé très près de la catastrophe en 2008-2009, et rien n’a été fait depuis pour réduire les risques. Les Etats-Unis ont décuplé leur production monétaire au lieu de chercher à réduire leur déficit. Résultat : un endettement record qui ne sera jamais remboursé et des échanges internationaux libellés en assignats. Le jour où les USA feront défaut, un tsunami monétaire aux conséquences encore imprévisibles s’abattra sur le monde. N’attendons pas la catastrophe pour sortir de la logique « le dollar, c’est notre monnaie et votre problème ». Il faut trouver enfin des solutions équitables au niveau mondial. Yes we scan

Renonce à persécuter les whistleblowers. En 2007, le candidat Obama avait invité les personnes qui en avaient connaissance à s’élever contre les actions illégales de l’administration. Dénoncer les errements de son pays pour qu’on puisse y remédier, c’est une façon positive d’être patriote. Et pourtant Manning, Snowden, Assange, tous ceux qui se sont indignés des violations par les Etats-Unis de leurs principes fondateurs sont désormais recherchés ou emprisonnés pour trahison, comme les dissidents et les activistes politiques le sont dans des pays non démocratiques.

Il ne s’agit pas de diaboliser les Etats-Unis ni d’en faire le Grand Satan. Ce grand pays et cette grande démocratie ont un rôle éminent à jouer dans le concert des nations. Mais notre allié d’outre-Atlantique jouera d’autant mieux sa partition qu’il aura pris le temps de réaccorder un peu son piano.

Ces principes de liberté, de légalité, d’équité, ont fait sa force et la nôtre. Ce sont ces principes qui donnaient au camp occidental son autorité et son aura auprès des pays en développement. Il est à notre portée de renouer avec eux.

Voici ce que François Hollande ne dira pas à Barack Obama. Mais il va sans doute s’expliquer sur le scandale Closer.

Publié dans Propagande, Psycho | Pas de Commentaire »

Les Arabes sont-ils cons ?

Posté par grosmytho le 2 septembre 2013

Oui. (Et je dis ça sans islamophobie et sans haine, mais avec tristesse).Les Arabes sont-ils cons ? dans Propagande images

Alors que l’Occident post-colonial a détruit le Liban, l’Irak et la Libye, et s’apprête à faire de même avec la Syrie, où sont les manifs monstres ? Les soulèvements ? Les attaques d’ambassades ? Le monde arabe semble attendre avec résignation la « punition » qu’on lui concocte (avec bien du mal, en plus). Tirs de missiles de croisière ? Drones ? Ou alors (la fameuse « ligne rouge » veut un châtiment exemplaire) allons-nous tester quelque arme secrète d’un genre nouveau ? Les Arabes acceptent le petit jeu sado-maso dans lequel ils sont invariablement les dominés et les punis.

Qu’attendent-ils pour dire ce qu’ils pensent des « frappes » dont on les menace ? Pour dénoncer l’affreux cynisme occidental qui ne veut pas voir que chacun de ses bombardements (même « humanitaire », même « chirurgical ») est cent fois pire, en dégâts matériels et en victimes civiles, que les attentats artisanaux qu’il redoute tant ?

ligue-arabe Arabes dans SocioSurtout alors que, hasard de calendrier presque trop beau pour être fortuit, on apprend le même jour que la CIA avait aidé Saddam à utiliser des gaz de combat et que l’armée US en a employé à Falloujah (Irak) en 2004.

On se le demande.

Quand vont-ils arrêter de s’entretuer comme des gladiateurs pour le bon plaisir de leurs néo-colons ? Quand cesseront-ils de prêter le flanc, de courber l’échine, de jouer les punching-ball ? Quand et où trouveront-ils l’indignation qui est le début de conscience politique ?

revolution-egypte-300x124 indignation  tunisie politique

Ce n’est pas qu’ils ne sachent pas s’indigner, pourtant. Il faut les voir, à chaque fois qu’un crétin en uniforme pisse sur un Coran. Ou à chaque fois que Charlie Hebdo publie une caricature de Mahomet. Manifs, menaces, soulèvement généralisé. Toujours au rendez-vous pour des futilités, jamais là quand c’est nécessaire !

Surtout les Arabes d’Occident ! Qu’attendent-ils pour montrer un peu d’indignation ? Pour utiliser leur droit démocratique au désaccord ? Pour boycotter symboliquement les impôts qu’ils paient et qui servent à martyriser leurs frères ? Pour se mettre en grève générale de solidarité ?


stupidite-arabe Prism

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

The Network II – The Return

Posté par grosmytho le 6 juillet 2013

Je ne sais pas si vous vous rappelez, le premier et aussi pratiquement le seul film SUR internet. Non, je ne parle pas d’un film en streaming, mais bien d’un film dont le sujet EST internet. C’était tout au début, vers 1999, quand l’internet était encore ce mot magique chargé de promesses et de menaces, l’époque où on demandait les uns aux autres « tu sais ce que c’est, toi ? Tu as déjà essayé ? »

The Network, ça s’appelait. Il n’a curieusement pas fait de carton au box-office, pourtant le timing était parfait. C’est vrai qu’il n’était pas inoubliable, avec un casting assez maigrichon et une intrigue policière un peu embrouillée. Mais voilà qu’il reprend toute son actualité.

The Network II - The Return dans Propagande fox-network      hollywood1 censure dans Socio

Le sujet de ‘The Network’ c’était « qui contrôle vos données, et que peuvent-ils en faire ». Dans ce film, l’héroïne se trouve soupçonnée par le FBI de je ne sais plus quel méfait et, au lieu de se laisser arrêter, elle se sauve. Les flics aidés des agents de la NSA se mettent alors à sa poursuite virtuelle : modifiant son nom dans les enregistrements, vidant son compte bancaire, manipulant son casier judiciaire, ils cherchent à la cerner et à la contraindre à se rendre (toujours sans savoir si réellement elle est coupable). C’était les hantises d’autrefois, ce que l’on redoutait, au tout début d’internet pour tous. A l’époque il ne venait à l’idée de personne de mettre son numéro de carte bancaire sur internet.

Et puis on a appris à apprivoiser internet. On apprivoise, on s’apprivoise aussi. De paiements sécurisés en blogs anonymes, on s’est senti de plus en plus en sécurité. Et c’est tant mieux. C’est vrai que les risques sont limités et maîtrisables. Jusqu’à ce qu’on déplaise aux autorités.

Et là, regardez ce qui se passe avec Snowden, comme avec Assange avant lui, et d’autres encore. On ferme les comptes, on bidouille le casier judiciaire, on traque et on piste ses e-mails, on révoque son passeport. Plus de passeport et plus de carte bleue, l’innocent présumé ! Vous y avez déjà pensé ? Qu’est-ce qu’il mange, Snowden, depuis trois semaines ? Où est-ce qu’il dort ? Comment il paie ? Peut-être avait-il préparé une réserve d’argent liquide ? Ou alors, est-ce que les autorités russes lui servent des rasades de vodka en échange d’infos sur le menu (top-secret) de la cantine à la NSA ? Assange, comptes bancaires bloqués, recherché par toutes les polices pour des crimes inventés de toutes pièces, vit depuis un an aux frais de la princesse d’Equateur.

Mais il s’agit de personnes qui ont réussi à faire tout un buzz médiatique autour de leur combat, à soulever l’enthousiasme et la solidarité de ceux qui s’inquiètent du pouvoir excessif des officines. Mais vous, mais moi, mais lui et elle, les anonymes, dont les messages, les coups de téléphone et les déplacements sont espionnés, comment ferons-nous le jour où… ?

Mot-clé: Tarnac. Je ne sais pas qui, quoi comment, j’ai pas de scoop, loin de moi l’idée de défendre des gens qui défendent leurs idées en faisant dérailler des trains, mais avouez que c’était bizarre leur truc.

L’absurde persécution qui s’abat sur les défenseurs de la liberté poursuit un deuxième objectif : nous mettre en garde. Acceptez l’espionnage silencieux de vos données, sinon…

Comme dans la pub Axe: « vous blogguez, tout peut arriver »!

 

 

network-19761 différencePS – j’ai rêvé ou quoi? Pas moyen de retrouver

l’affiche ou l’histoire du film. Il y a bien celui-

ci mais il date de 1976, donc forcément rien à voir

avec internet. Si quelqu’un a des infos, faites-moi signe.

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

Edward le pestiféré

Posté par grosmytho le 3 juillet 2013

Gros Mytho vous livre un scoop: Edward Snowden qui a demandé l’asile à la France, n’obtiendra pas gain de cause.

Il y a des naïfs pour invoquer le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, et son Article L711-1 : « La qualité de réfugié est reconnue à toute personne persécutée en raison de son action en faveur de la liberté … », qui semble taillé sur mesure.

Edward le pestiféré dans Propagande histoire-de-fou

Mais cet article ne s’applique pas au cas présent, étant donné que la France ne considère pas les USA comme un pays persécuteur. La peine de mort, Guantanamo, les bateaux-prisons extraterritoriales, les multiples guerres d’agression, les vols secrets de la CIA, n’ont pas suffi à changer le statut des USA, pays phare de la liberté sous toutes ses formes et des garanties constitutionnelles absolues. Tous les autres pays sont potentiellement suspects, mais les USA sont l’étalon-or. Alors le scandale Prism…

Du moment que ce sont les USA qui persécutent, il ne s’agit pour nos autorités que d’une banale affaire de droit commun dans laquelle nous n’avons pas à nous immiscer. On ne va quand même pas aller vérifier et rectifier tous leurs jugements, non ? On a déjà assez de mal à rendre les nôtres !

asile-france asile dans Socio

Sous les remontrances de Hollande (« Ça doit cesser immédiatement !») et les généralités de Fabius (« sa requête sera examinée conformément au droit international ») on sent poindre l’habituelle pétoche vis-à-vis de l’ogre Sam : l’avion de Morales, qui aurait pu contenir Snowden le pestiféré, est carrément interdit de survol du territoire ! Tout cela est évidemment « conforme au droit international ».

Comme à l’époque des vols secrets de la CIA : l’indignation publique finit par obliger les dirigeants européens à protester mollement et tardivement, pour la galerie, alors qu’on s’aplatit comme des carpettes, en attendant que l’actualité n’agite un autre chiffon rouge et distraie l’opinion vers d’autres problèmes tellement plus urgents…

asile démocratie

Mais que peut-il y avoir de plus urgent que de défendre notre liberté et nos principes ? Si les Etats peuvent s’asseoir sur la légalité dont ils persécutent à l’occasion leurs ouailles, si ces mêmes ouailles ne disent rien lorsque leurs droits sont bafoués, à quoi doit-on s’attendre ensuite ? Si l’on ne se plonge pas dans l’analyse des câbles de Wikileaks, si l’on ne protège pas Snowden et Manning qui ont sacrifié leur emploi, leur famille et même toute perspective de carrière pour que leur pays respecte ses propres lois, on envoie à nos dirigeants le mauvais signal. Le signal que 1789 est enterré, que les droits civils sont caducs, et qu’ils sont bien les géniaux agitateurs de marionnettes qu’ils voudraient être.

sans-papiers oncle Sam

En 1793, on a guillotiné les rois, et c’est là qu’ils ont enfin appris à se méfier.  A mettre un peu d’eau dans leur Château Lafite, à ne plus se foutre ouvertement de notre gueule. Finies les remarques style « Ils n’ont pas de pain ? Qu’ils mangent de la brioche » (attribué à Marie Antoinette). Désormais ils font semblant de compatir. Ils font semblant de nous respecter. Tout en continuant de se moquer et de rire sous cape de notre naïveté. Tant que c’est notre naïveté qui les amuse, c’est un moindre mal. Si par malheur ils découvraient que notre naïveté est en fait de la lâcheté, c’en serait fini des droits constitutionnels : retour à la case féodale.

asile-arme politique

Il faut de temps en temps leur montrer un peu de fermeté. Comme avec le tyran du préau, il suffit de pas grand-chose : un ou deux qui le regardent dans les yeux et lui disent « On n’a pas peur de toi ».

Mais une fois de plus le principe est démontré : c’est Oncle Sam et personne d’autre qui dicte leur conduite à nos dirigeants (pourtant c’est nous qui les élisons ?). Il leur dit de s’indigner (contre l’Iran, contre la Chine, contre la Syrie, etc), ils s’indignent, ils sanctionnent, ils tempêtent la bave aux lèvres. On leur dit d’extrader ? Ils s’empressent d’essayer par tous les moyens de complaire à leur maître.

sans-terre-dasile Prism

Publié dans Propagande, Socio | 1 Commentaire »

La vérité derrière le prisme

Posté par grosmytho le 22 juin 2013

Alors qu’éclate le scandale Prism (soyons sérieux : qui doutait, avant même que nous en soit administrée la preuve, que les services étasuniens avaient accès aux données des clients des réseaux sociaux ?), la réalité dépasse une fois de plus la fiction. Ceux qu’on appelait hier théoriciens du complot s’avèrent avoir eu raison trop tôt.

La vérité derrière le prisme dans Propagande yes-we-scanQu’est-ce qui change ? Rien. Les gens continuent de Tweeter, de Fesse-booker, etc. Tout ce qu’ils demandent désormais, ce sont des justifications, même un peu bancales, même pas très convaincantes, pour ne rien changer et continuer leur renoncement, pièce par pièce, à toute vie privée. On avait déjà « si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre » qui en convainc certains, et en laisse d’autres froids.

Et c’est là qu’intervient la presse libre. Elle remplit sa mission à merveille. On voit désormais fleurir cent articles qui prouvent que Prism, loin d’être un pas supplémentaire dans la tragique glissade des USA vers le totalitarisme (jusqu’où s’arrêteront-ils ? Espérons bientôt un sursaut salutaire, une relecture de Washington, de Madison et de Jefferson), est en fait le fétu de paille auquel s’accroche désespérément la sécurité du public insouciant.

On apprend désormais que Prism a déjoué des attentats : pas Mérah, pas Boston, pas Breivik, faut pas rêver non plus. Mais tout de même : en 2008, on aurait arrêté en Belgique l’ex-compagne d’un gars qui a été tué en tant que terroriste au Pakistan. L’était-il vraiment ? Admettons que oui. En quoi l’ex-compagne représente-t-elle un danger ? Ah : elle aurait parlé au téléphone d’un attentat en Belgique… Un peu maigre, non ? Pas de cache d’armes ? Pas de complices ? Pas de commencement d’exécution ? Mais alors si moi, Gros Mytho, je dis demain à Amandine au téléphone « J’ai peur qu’il y ait un jour un attentat en France » je suis moi aussi susceptible d’aller en prison ? Figurez-vous que mon ex-compagne a autrefois émargé auprès d’une organisation financée à l’époque par la CIA, mais classée terroriste depuis. Autre petit problème de cette révélation : on y apprend par hasard que la surveillance généralisée par les USA de tous les moyens de communication (téléphone, réseaux sociaux et internet) n’est pas si récente ! Elle date d’au moins 5 ans déjà…

Attendons-nous à d’autres révélations hollywoodiennes sur les sauvetages héroïques, les bombes à retardement dont le compteur aux gros chiffres rouges ont soudain été bloqués à 00:01 par les incroyables cyberdémineurs de la NSA. Qui ont su, grâce à l’analyse fine de nos données Twitter s’il fallait couper le fil rouge ou le fil jaune.

nsa démocratie dans SocioMais on aura aussi la poursuite de l’opération de discrédit des dissidents occidentaux. (Des dissidents en Occident ! Si on nous avait dit ça à l’époque de la guerre froide.) Après Assange, qui pratiquait le « sexe par surprise », et la moralité plus que douteuse de Manning dans sa cellule d’isolement, qu’apprendra-t-on sur Snowden ? Souffre-t-il d’une perversion susceptible de jeter le discrédit sur son action ?  Peut-être est-il nécro-pédo-zoophile (attirance pour de petits animaux morts) ?

Justement c’est l’été, la presse n’a rien à se mettre sous la dent.

Restez abonnés au Bigorneau, à Macérations et à l’Immonde, cet été, ça va croustiller !

Publié dans Propagande, Socio | Pas de Commentaire »

 

ghd mini straighteners |
Pgdgsecondeespagnol |
Weixiu |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Sria037
| Ma renaissance
| Download2